« La main invisible a-t-elle le pouce vert ? » La contre-replique de Fressoz

 

Selon M. Pierre Desrochers l’existence de traités sur le recyclage industriel au XIXe siècle prouverait (1) son application générale au monde productif de cette époque (2) l’efficacité de la main invisible pour résoudre la crise environnementale et corrélativement la relative inutilité des réglementations contemporaines. Cet argument présenté comme « hétérodoxe » me paraît franchement fallacieux. Voici le fond de l’affaire.

Mais commençons tout d’abord par le reproche « d’occultation ». Cette accusation est d’autant plus surprenante que trois articles de M. Desrochers sont référencés ce qui en fait l’auteur le plus cité de l’article. Concernant le titre, son article « Did the invisible hand need a regulatory glove to develop of green thumb? » est également dument cité. Bref, il est évident que loin de les occulter, mon essai, en les discutant, contribue au contraire à faire connaître ses travaux auprès des historiens de l’environnement et des historiens des techniques qui, du moins en France, n’en avaient guère entendu parler.

Cette question des citations pourrait n’être qu’une affaire d’égo académique sans importance si elle ne révélait pas une conception problématique du travail historique. « Exhumer » et lister des auteurs et des traités du XIXe siècle ne suffit évidemment pas pour faire oeuvre d’historien, d’une part parce que « l’exhumation » est toute relative —ces ouvrages sont consultables en quelques clics sur internet—, deuxièmement parce que cela ne dispense pas de les interpréter, de les questionner, de les critiquer et surtout de les contextualiser dans leurs projets politiques. Et c’est précisément ce que fait Timothy Cooper sur Peter Simmonds Lund et ce que ne fait pas Desrochers qui, pour les besoins de sa cause, prend au pied de la lettre les affirmations de cet auteur.

Enfin affirmer que mes sources sont « peu ou prou » les mêmes est pour le coup complètement faux. Mon argument repose sur des recherches en archives (Conseil de Salubrité de Paris, archives judiciaires des bouches du Rhône, archives industrielles) menées pour un travail de thèse, publié en partie dans L’Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique. Or, la question des sources archivistiques est essentielle car l’un des problèmes de la thèse de Desrochers est justement de prendre pour argent comptant les traités de recyclage industriel sans se rendre compte de leur faible application dans le monde industriel du XIXe siècle.

Venons-en maintenant au fond de l’affaire. Grâce à Pierre Desrochers, on sait donc qu’il existe maints traités sur le recyclage industriel au XIXe siècle. Soit. Mais dix traités ne prouvent rien, pas plus que cent citations éloquentes de Lund, Razous ou d’autres sur les profits à tirer des déchets. La vraie question est quantitative: il faut connaître avec précision les quantités de matières recyclées ou rejetées dans l’environnement. Tant que ce travail quantitatif sur l’effectivité du recyclage industriel n’a pas été réalisé avec soin on ne peut rien dire de définitif. Mon article qui n’avait pas cette prétention et qui se contentait d’étudier les origines industrialistes du rêve d’une économie circulaire donne néanmoins quelques indications sur deux industries que je connais relativement bien, à savoir celle de la soude et celle du gaz d’éclairage, qui sont parmi les plus grandes productrices de déchets au XIXe siècle. Or, dans ces deux cas, les quantités de matières réfutent clairement la thèse de Desrochers.

Concernant le gaz d’éclairage, malgré la glorification récurrente du recyclage dans ce secteur (même chez Marx, d’habitude plus clairvoyant quant aux réalités industrielles de son temps), il est clair que la chimie des colorants n’utilisait qu’une infime partie des résidus de la distillation de la houille.

L’industrie de la soude est invoquée par les auteurs dans leur réplique. L’exemple est très mal choisi car en dépit de nombreuses tentatives de recyclage par les industriels ses résidus furent massivement rejetés dans l’environnement durant tout le XIXe siècle. La production de deux tonnes de soude selon le procédé Leblanc (à partir de sel et d’acide sulfurique) dégageait une tonne de vapeur d’acide chlorhydrique qui corrodait tout aux alentours. Récupérer cet acide était possible mais réduisait le tirage et nécessitait des condensateurs coûteux qui, se corrodant rapidement, devaient être changés tous les cinq ou six ans. Concernant les marcs de soude, il est aussi exact que des recherches sont menées pour récupérer le soufre qu’ils contiennent. Mais à la fin du XIXe siècle, la compagnie Rio Tinto établie à Marseille les rejetait dans la Méditerranée[1]. En 1862, un rapport de la chambre des Lords anglaise estimait que pour produire les 280 000 tonnes de soude britannique cette année là, il avait fallu rejeter 3 873 000 tonnes de déchets. Voilà pour l’effectivité du recyclage dans deux industries polluantes clés du XIXe siècle.

L’objection sur les plaintes au civil (qui forceraient les industriels « à internaliser les externalités » pour parler comme les économistes) tombe à plat pour deux raisons.

1/Le fait qu’il y ait eu effectivement un grand nombre de procès contre les pollueurs témoignerait plutôt de l’inapplication des techniques de récupération, condensation et recyclage. En tous cas, il n’est pas du tout évident qu’il faille placer le système judiciaire dans le même cadre analytique que la société de marché.

2/ Loin d’ignorer les procès au civil, j’en ai fait le coeur d’un chapitre de mon livre ainsi qu’un article[2]. En ce qui concerne la soude pour résumer l’histoire, les soudiers s’installent dans les années 1810 près de Marseille, les procès nombreux et couteux les forcent en 1822-23 à s’installer plus loin, là où le coût de la pollution est moindre. Avec l’arrivée du chemin de fer, l’industrie de la soude peut enfin se délocaliser à Salindres (dans le Gard, le berceau de Péchiney) qui d’un petit village exploitant les vers à soie se transforme en ville mono-industrielle entièrement contrôlée par l’entreprise. L’évolution en Angleterre est similaire : l’industrie de la soude d’abord établie à Liverpool se cantonne à Widnes et Saint Helens, deux petits villages au début du XIXe siècle, deux territoires dévastés cinq décennies plus tard. Les procès pour dommages sont tellement inefficaces que le gouvernement britannique se résout à réglementer la pollution et à instituer un inspecteur des usines de soude.

Il est donc manifeste que les compensations au civil n’ont pas empêché les pollutions mais qu’elle les ont plutôt délocalisées et concentrées dans quelques territoires pauvres, dépourvus des ressources sociales et politiques permettant d’en faire payer le prix.

En tant qu’historien je tiens surtout à la précision des exemples et des cas et ne suis pas convaincu par l’invocation de quelques traités de recyclage industriel. Et en tant que citoyen à l’époque de l’anthropocène, je ne peux souscrire au discours sur « l’efficience » et « l’innovation » de l’entrepreneur « en situation concurrentielle » pour recycler et résoudre la crise environnementale[3]. Comme le disaient les opposants à Chaptal dès 1811 : « il s’agit d’un discours de parade qui n’en impose plus à personne ».

 

L’auteur

Jean-Baptiste Fressoz est historien des sciences, des techniques et de l’environnement, chargé de recherche au CNRS (Centre Alexandre Koyré).


Notes

[1] AN F12 4932

[2] « Payer pour polluer. L’industrie chimique et la compensation des dommages environnementaux, 1800-1850 », Histoire & Mesure, 2013, XXVIII-1, p. 145-186.

[3] De fait, ce débat n’est pas qu’académique. Pierre Desrochers n’hésite pas à invoquer le recyclage industriel et son histoire pour justifier à la télévision canadienne les projets industriels les plus polluants comme l’exploitation des sables bitumineux d’Alberta.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *