« La main invisible a-t-elle le pouce vert ? » La réplique de Derochers et Queinnec

© Bibliothèque Nationale de France, Das Grüne Manifest, Leberecht Migge (1926)

 

Dans le n°65-66 de la revue Techniques & Culture, Jean-Baptiste Fressoz développe la thèse selon laquelle l’avènement du « recyclage industriel », promu au XIXe siècle en Grande Bretagne et en France, fut l’argument central d’un discours capitaliste dominant visant à désamorcer les contestations environnementales et les mobilisations contre les pollutions des premières usines chimiques. Un discours derrière lequel l’auteur analyse des pratiques moins vertueuses  et tout un processus politico-économique visant à asseoir le projet moderniste. En conclusion, l’auteur conteste les travaux de Pierre Desrochers où se déploie une théorie de l’écologisation  optimale des pratiques industrielles de cette époque par les règles intrinsèques à l’économie de marché. Pierre Desrochers et Erwan Queinnec présentent ici une réplique à cet article.

Dans l’article intitulé « la main invisible a t-elle le pouce vert? Les faux-semblants de l’écologie industrielle au XIXème siècle »[1], Jean-Baptiste Fressoz prend le contrepied de la thèse défendue par Pierre Desrochers, seul ou en collaboration avec Erwan Queinnec (et d’autres auteurs), selon laquelle les économies de marché sont plus spontanément écologiques que la théorie économique et/ou la doctrine du développement durable ne le supposent habituellement. Cette thèse s’appuie sur un travail historique. Desrochers et consorts exhument en effet de nombreux auteurs ayant documenté et analysé la tendance spontanée des entreprises industrielles à valoriser leurs déchets tout au long du dix-neuvième et début du vingtième siècles, à une époque où réglementations vertes et discours pro-développement durable étaient moins prégnants qu’aujourd’hui.

Tout en s’appuyant sur un matériau bibliographique peu ou prou identique, Fressoz livre une autre lecture de cette propension alléguée au recyclage « spontané ». Il s’agirait en fait d’un discours plus que d’une pratique -une forme précoce de greenwashing– procédant d’une tentative de légitimation du capitalisme afin d’en masquer les effets nocifs, tant écologiques que sociaux. L’article de Fressoz appelle donc la controverse. On reprendra notamment l’auteur sur l’utilisation qu’il fait (ou plus justement, ne fait pas) des travaux de Desrochers ainsi que sur son interprétation parfois partiale des auteurs qu’il convoque à l’appui de son point de vue. Une troisième et dernière partie donnera un autre éclairage conceptuel à certaines de ses remarques.

Les travaux de Desrochers, occultés:

Signalons d’abord que le titre de l’article de Fressoz est pratiquement identique à celui de Desrochers (2009)[2]. Sans surprise, un grand nombre des références qu’utilise Fressoz – et presque toutes les références généralistes ou non françaises consacrées au recyclage des déchets industriels – ont été préalablement utilisées par Desrochers (op.cit) ainsi que Queinnec et Desrochers (2013)[3].

Or, l’auteur se montre avare des références faites à ces travaux. Ainsi, dans la note 6 (p. 326) afférente aux travaux du Britannique Peter Lund Simmonds, Fressoz mentionne l’exégèse qu’en fait Cooper (2011). Les travaux que Desrochers consacre à l’œuvre de Simmonds, non seulement antérieurs à ceux de Cooper mais en outre plus nettement axés sur ce que dit cet auteur de la valorisation des déchets, ne sont pas cités. Dans la note 29 (p. 336) consacrée au cas du recyclage du goudron de houille tel qu’évoqué par Lyon Playfair et Karl Marx, le travail de Desrochers (qui cite pourtant les mêmes auteurs, 2008)[4] n’apparait toujours pas.

Une utilisation partiale des auteurs ayant traité de la valorisation des déchets industriels, au dix-neuvième et (début du) vingtième siècles: 

Plus fondamentalement, Fressoz évalue l’apport de certains documents à l’aune de ses propres présupposés idéologiques plutôt que d’en prendre rigoureusement acte. Ainsi, p. 333, Karl Marx (manifesterait) « une foi étonnamment naïve dans la capacité de l’industrie à fermer les boucles de matière ». P. 334, Charles De Freycinet, ingénieur et spécialiste français de l’assainissement industriel sous Napoléon III (tiendrait quant à lui) « le discours convenu et incantatoire sur les bienfaits financiers du recyclage (tout en consacrant) une centaine de pages (…) aux différentes manières de déverser les produits chimiques dans les rivières (…) ». En somme, la portée critique des propos de Marx ou Freycinet en déterminerait a priori l’intérêt documentaire tandis que leur reconnaissance de la réalité ou de l’intérêt du recyclage industriel relèverait de la naïveté ou de l’incantation. Notons d’ailleurs qu’au dix-neuvième siècle, la « naïveté » de Marx était partagée par d’autres penseurs socialistes (Desrochers, 2009, 2012)[5].

Le biais idéologique de l’argumentation de Fressoz se laisse ici trop voir. Il conduit l’auteur à minimiser la portée pratique du recyclage industriel, en la réduisant à « quelques exemples » nourrissant la « confiance naturelle des économistes » à l’endroit de cette tendance. La réalité va pourtant très au-delà de « quelques exemples ». Le Britannique Peter Lund Simmonds fait ainsi état de plusieurs milliers de cas de valorisation des déchets industriels dans son ouvrage de 1862 (voir Desrochers, 2009). Mais sur cette question, l’ouvrage le plus complet est sans doute celui de l’ingénieur Paul Razous que, curieusement, Fressoz omet de citer[6]. Selon Desrochers (2009, p. 107), il s’agit pourtant de l’ouvrage de synthèse le plus systématique et le plus imposant jamais rédigé sur la valorisation des déchets industriels.

Razous remarque en introduction que les transformations successives que subissent les matières premières afin d’aboutir au produit final « donnent naissance à des résidus, à des déchets que, par négligence ou par ignorance, on laisse trop souvent entrer dans la masse des rebuts ». Il est par contre souvent possible « d’employer les déchets et les résidus soit dans la fabrication originelle qui les a produits, soit dans d’autres fabrications pour en retirer, par un traitement approprié, des matières ayant une valeur appréciable » (Razous, 1905, p. 1). L’auteur observe dans chaque édition que de grands progrès ont été réalisés durant les années précédentes et que « plusieurs industries sont parvenues à utiliser, à régénérer, à revivifier des déchets et des résidus qui auparavant étaient une cause d’encombrement et d’insalubrité » (idem). Il discute de façon plus détaillée des objectifs et des limites de sa démarche dans l’avant-propos de la dernière édition: « les nouveaux procédés ou les perfectionnements d’anciens procédés de récupération qui sont donnés dans ce premier supplément ne comprennent certainement pas l’ensemble des progrès réalisés en matière de traitement des sous-produits; car certains procédés ne sont pas entièrement connus dans leurs détails d’exécution et d’autres (notamment dans les usines de produits chimiques) sont gardés aussi secrètement qu’il est possible de le faire, par leurs inventeurs et utilisateurs. Mais plusieurs des cas concrets qui ont été décrits peuvent éveiller chez les industriels, chez les ingénieurs et leur personnel, des idées de recherches qui seront souvent couronnées de succès, grâce aux connaissances de plus en plus étendues, que les techniciens des usines ont sur les combustibles et la combustion, l’enrichissement des minerais et l’extraction des éléments utilisables qu’ils contiennent, la filtration et la centrifiguration des mélanges, la constitution des colloïdes et leur précipitation, les réactions catalytiques et les conditions électrotoniques qui permettent de prévoir les affinités des corps mis en présence, etc. » (Razous, 1937 : viii).  Il semble qu’il y ait ici matière à plus que « quelques exemples ».

Un prisme théorique contestable:

Ce dernier aspect de notre critique pose plus largement le problème du « dialogue » entre une approche structuraliste des systèmes économiques (on devine que Fressoz s’arrime à une théorisation de type marxiste) et son alternative praxéologique (souvent qualifiée de « libérale »). Si chacune de ces épistémologies se montre capable de fournir une explication de la « dynamique du capitalisme », leur fondement diffère. Très schématiquement, pour la première approche, le « capitalisme » résulte d’un rapport de domination sociale (dont le greenwashing participe). Pour la seconde, l’économie de marché (préférée au terme « capitalisme ») procède d’un ensemble d’institutions et d’incitations qui permettent d’ajuster progressivement des besoins (la « demande ») à des possibilités productives (« l’offre »), les deux étant évolutifs. La dernière partie de l’article de Fressoz –la « marginalité du recyclage industriel »- porte la marque de cette différence de cadrage conceptuel. L’auteur y oppose un argument conjectural et deux remarques empiriques au « pouce vert » de la main invisible.

L’argument conjectural tient en ce que « pour amortir le capital, les industriels avaient souvent intérêt à produire vite et en masse » (p. 334) ce qui ne leur laissait pas le temps d’améliorer l’efficience de leur outil. Le propos est ici particulièrement lapidaire. Il est un fait que l’investissement en « capital fixe » ne se justifie précisément que parce que l’investisseur en infère une quantité importante de produit (l’argument est quasi tautologique); et c’est cette quantité de produit qui rend précisément la non valorisation des déchets fort coûteuse. Mais pourquoi faudrait-il amortir « vite » -au prix pour le moins surprenant d’un rendement diminué- si l’on veut bien considérer que le retour sur investissement s’apprécie justement sur longue période? Implicitement, la conjecture de Fressoz renvoie à une myopie des « capitalistes » –une nette préférence pour le court terme- dont il faudrait expliciter le fondement, notamment à l’époque considérée. C’est d’autant moins convaincant qu’historiquement, le « progrès technique » (entre autres) a effectivement amélioré l’efficacité du capital. On ne voit donc pas bien en quoi une loi d’airain de l’étalement des coûts fixes inhiberait la quête d’efficience des industriels, dont la valorisation des déchets serait une modalité parmi d’autres. Sur cette thématique de l’efficience, l’auteur est d’ailleurs ambigu. Envisagée sous l’angle de ses vertus écologiques, l’efficience ne serait principalement qu’un mythe capitaliste. Mais appréhendée sous celui de ses conséquences sociales, elle deviendrait une réalité aliénante, transformant des artisans relativement autonomes en ouvriers progressivement réifiés (cf l’exemple de la chambre de plomb, p. 329-330). On retrouve ici un biais dont l’auteur est coutumier, consistant à apprécier la substance d’un argument en seule fonction de son potentiel idéologique.

Les deux autres arguments opposés au « pouce vert » de la main invisible sont d’autant plus recevables que nous les avons nous-mêmes mis en exergue : (1) le processus de valorisation d’un déchet prenait parfois plusieurs années voire décennies et (2) tous les déchets n’étaient pas récupérables (l’ingénieur Paul Razous a notamment inventorié les conditions qui faisaient du déchet d’aujourd’hui la matière première de demain). Notons cependant qu’en l’occurrence, l’auteur ne s’appuie que sur quelques exemples qui ne sont pas toujours judicieusement choisis. Ainsi, Fressoz s’appuie sur l’histoire du marc de soude pour illustrer que « dans de nombreux cas, aucune solution de recyclage n’est finalement advenue » (p. 336). Or, Desrochers et Haight (2014) traitent spécifiquement de ce cas et en mettent en exergue les diverses transformations[7].

Il n’est cependant pas question de contester l’acuité du problème de la pollution industrielle, au dix-neuvième siècle. En revanche –et il s’agit d’une thèse hétérodoxe- nos travaux mettent en exergue que les forces et tendances opposées à cette pollution sont précisément endogènes au cadre institutionnel même de l’économie de marché (notamment le respect du droit de propriété). Pour autant, le résultat issu du travail de ces forces n’était ni instantané, ni parfait. Si tel était le cas, d’ailleurs, aucun « progrès » ne serait même concevable.

Fressoz fait peu de cas de ces considérations, se contentant d’une critique allusive de nos travaux en conclusion de son article. C’est sans doute parce que l’auteur ne voit pas de quelle autre impulsion que la coercition (ou la bonne volonté), le recyclage des déchets pourrait procéder. On peut rejoindre l’auteur quant au fait que les discours ont une fonction prégnante de communication/légitimation. Et cela questionne évidemment le paradigme contemporain de la « responsabilité sociale de l’entreprise ». Le problème vient de ce que, plus ou moins confusément, la quête d’efficience économique relèverait elle-même de cette production discursive. Fressoz n’accorde ici aucune espèce de crédit à l’activisme des entrepreneurs, au processus concurrentiel, à l’innovation comme forces de changement social, économique et écologique (peut-être parce que selon lui, le « profit » ne procède que de l’exploitation du travail). Or, ce cadre explicatif bute précisément sur la réalité historique du recyclage. Et c’est sans doute pourquoi l’auteur s’emploie à minimiser cette dernière.

Last but not least, pas un mot n’est consacré à l’institution judiciaire. À lire l’article, une fois produit le discours tendant à convaincre les autorités politiques du bien fondé de leurs implantations industrielles (y compris en zone résidentielle), les « capitalistes » auraient carte blanche pour s’installer n’importe où et polluer à loisir. On peut d’abord remarquer que si la « domination » des capitalistes avait été à l’époque considérée aussi manifeste que le travail de Fressoz le suggère, les industriels n’auraient sans doute pas eu besoin de s’astreindre à plaider leur cause. Car il n’y a construction de légitimité que là où il y a intérêts conflictuels et donc, contre pouvoirs.

Mais surtout, nos travaux (s’appuyant sur ceux de spécialistes de la common law et du droit civil)) montrent que la loi assise sur le droit de propriété était souvent sévère à l’égard des conséquences environnementales de la pollution industrielle. Au-delà de son observation « incantatoire » de la réalité du recyclage, Charles de Freycinet remarque par exemple (à propos de la France) que, lorsque les émissions nocives atteignent des niveaux insupportables, « la double poursuite [s’engage] concurremment et [que] les fabricants [sont] à la fois passibles d’amendes et de dommages-intérêts » (1870, p. 4 in Desrochers, 2009, p. 110-111). Cette sévérité attestée de la loi civile à l’égard de la pollution industrielle amende la vision quelque peu monolithique du pouvoir des capitalistes, telle qu’elle ressort de l’article de Fressoz.

Il faut naturellement se féliciter que des travaux issus de disciplines diverses s’intéressent à la réalité autant qu’aux facteurs explicatifs de la valorisation des déchets à l’époque de la révolution industrielle. On doit d’ailleurs aller plus loin dans l’identification des facteurs explicatifs du phénomène décrit dans nos travaux. Il y a là, bien entendu, matière à spéculation donc à controverse. Mais quand bien même la tendance des entreprises de la révolution industrielle à valoriser leurs déchets serait-elle difficile à étayer sur un plan rigoureusement quantitatif, sa remise en cause appelle plus de rigueur documentaire que l’article de Fressoz n’en fait montre. C’est de très loin le point essentiel de notre critique à son endroit.

 

Les auteurs

Pierre Desrochers, Professeur associé, Département de Géographie, Université de Toronto.
Erwan Queinnec, maître de conférences en sciences de gestion, Centre d’Économie Paris Nord, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité.


Notes

[1] Techniques & Culture, 2016/1, n° 65-66, p. 324-339.

[2] Desrochers, P. (2009), “Et si la main invisible avait le pouce vert? Aperçu historique sur le développement de « boucles industrielles » dans les économies de marché. » Management International, vol. 13, no. 4, pp. 103-114. http://www.erudit.org/revue/mi/2009/v13/n4/038588ar.html?vue=resume

[3] Queinnec, E. et P. Desrochers (2013), « Peut-on être écologiquement vertueux sans être socialement responsable? L’exemple du recyclage des déchets au dix-neuvième siècle », VSE: Vie et sciences de l’entreprise, no. 195-196, pp. 99-116.

[4] Desrochers, P. (2008), « Bringing Inter-Regional Linkages Back In: Industrial Symbiosis, International Trade and the Emergence of the Synthetic Dyes Industry in the Late 19th Century. » Progress in Industrial Ecology, vol. 5, no. 5-6, pp. 465-481.

[5] Desrochers, P. (2012.), « Freedom Vs Coercion in Industrial Ecology: A Reply to Boons. » EconJournalWatch 9 (2), pp. 78-99.

[6] Razous, Paul. 1905. Les déchets industriels. Récupération – Utilisation, 1ère édition. Paris : Ch. Dunod, éditeur (voir également les éditions de 1921 et 1937).

[7] Desrochers, P. et C. Haight (2014). « Squandered Profit Opportunities? Some Historical Perspective on Wasteful Industrial Behavior and the Porter Hypothesis« , Resources, Conservation and Recycling, vol. 92, pp. 179-189.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *