Socialiser nos connaissances

Le premier numéro de Techniques & Culture publié en 1976, s’ouvre sur ces mots de Robert Cresswell : « Le postulat de base, celui qui ne sera jamais mis en doute est qu’il existe des rapports entre phénomènes techno-économiques et manifestations socio-culturelles ».

Il s’agissait alors, dans la foulée d’André Leroi-Gourhan, de révéler une face obscure de l’anthropologie, un ensemble de recherches croisant les études sur les gestes techniques, une approche politique et une ambition structuraliste. Plus de 40 ans après la publication de ce numéro, la revue est devenue une référence en anthropologie et en archéologie et le postulat de Cresswell est toujours aussi pertinent : la place de la technique dans nos vies n’a semble-t-il jamais été aussi structurante et aussi clivante.

Si la revue a joué un rôle moteur dans la sphère intellectuelle, en étant un espace de controverse particulièrement tonique entre des personnalités comme Pierre Lemonnier ou Tim Ingold, elle n’a cessé de repenser ses formes éditoriales. Ce fut notamment le cas en 2006, lorsque Frederic Joulian reprend la direction de la revue pour lui donner une orientation formelle originale faisant de la revue papier, un outils sensible à même de favoriser l’interdisciplinarité.

Désormais éditée par les Editions de l’EHESS, la revue a radicalisé ses pratiques et cherche plus que jamais à repenser les modes de diffusion de la connaissance en Sciences Humaines et Sociales.

Créer les conditions d’un débat : Il est banal de déplorer un appauvrissement du débat en SHS, dont témoignerait la diminution des comptes rendus et des droits de réponses demandés aux revues. Pour rendre au champ toute sa vigueur critique, la revue organise le débat en amont de chaque numéro. Les auteurs retenus à la suite d’un appel à contribution sont ainsi invités à se retrouver pour des journées de débat public à Marseille, dans le cadre d’un partenariat avec le MUCEM. Chaque auteur doit alors présenter ses intentions et son objet bien avant la rédaction de l’article, ce qui est non seulement la condition d’une critique utile entre collègues, mais aussi une façon d’affirmer que le dialogue avec le public, ne doit pas relever de la communication mais bien d’un processus d’écriture.

Une utopie documentaire anime depuis 2006 le rapport que la revue entretient avec l’image. Dans la mesure où en contexte numérique, l’édition papier ne peut exister que grâce à ses qualités sensibles, la revue accorde une place (et une énergie) considérable aux images. Il s’agit en l’occurence d’expérimenter avec l’aide des auteurs des pratiques d’écritures intégrant autant que possible la dimension iconographique, notamment la photographie, mais aussi dans certains cas, la bande dessinée. Il s’agit en substance de promouvoir d’autres façons de raconter la connaissance, qui tiennent à égal distance, l’illustration gratuite d’inspiration journalistique et un triste logocentrisme venu d’un autre siècle.

Frédéric Joulian, « Masque calebasse. Petite leçon guinéenne de photographie », Techniques & culture 65-66, 2016.

Proposer différents formats d’écriture. Nos pratiques de lecture changent, se réalisent sur des supports toujours plus diversifiés, dans des temporalités très variées. D’un autre coté, avec la diffusion de l’image numérique et le développement des réseaux sociaux, les pratiques alternatives d’écritures scientifiques se sont multipliées, intégrant plus facilement les images prises sur le terrain, animées ou non, articulant formats courts (carnets d’hypothèses et micro-blogging) et formats longs.

De fait, ces pratiques remettent largement en cause le canon de l’article à notes de bas de page tel qu’il s’est imposé au XIXe siècle. Pour accompagner et accentuer ce renouvellement des formes, la revue propose aux auteurs trois formats d’écriture:

Des articles d’une quinzaine de pages, rédigés dans une langue non jargonante, avec une iconographie soignée. Ces articles qui constituent le coeur de la revue papier doivent être compréhensibles en dehors des disciplines de leur auteur pour assurer la circulation des savoirs. Si l’on souhaite lutter sérieusement contre la segmentation de la connaissance, il nous appartient de créer des objets de connaissance, qui suscitent un désir de lecture au-delà de notre domaine de travail immédiat. C’est la vocation de ces articles.

Extrait de l’article portefolio en ligne. Hilary Powell, « Urban Alchemy », Techniques & Culture 65-66, 2016.

Par ailleurs, les auteurs peuvent rédiger un article sous la forme de portfolio composé d’une vingtaine d’images. Il s’agit ici de proposer une lecture plus personnelle et plus sensible des données de terrain (ou des archives), en partant de la documentation.

Enfin les auteurs ont la possibilité d’écrire un article en ligne, en accès libre immédiat, en profitant autant que possible des opportunités que présentent le média. Ces articles peuvent accueillir des ethnographies précises comportant de très nombreuses notes de bas de page, rédigées dans différentes langues, enrichies de vidéos (la revue promeut plutôt l’usage de GIF pour citer l’image animée) ou de documents sonores. Ces articles en ligne, qui permettent de developer dans toute sa précision des objets complexes, peuvent relever de la hard-science. Ils sont l’objet d’une synthèse de 4 pages dans la version papier de la revue.

Mikaëla Le Meur, « Sous la montagne de plastique, une mine d’or?… », Techniques & Culture 65,66, 2016.

Proposer différents formats d’écriture, favoriser l’usage savant de nouveaux média suppose une certaine pédagogie vis-à-vis de l’ensemble de la chaine de production de la connaissance. Nous avons ainsi produit des procédures d’évaluations propre à chaque format, afin que les rélecteurs puisse accompagner au mieux les auteurs dans ces modes d’écritures hors normes.

 Socialiser la connaissance

Comment faire exister une revue en ligne, comment promouvoir la lecture du projet intellectuel que constitue un numéro, comment en somme dépasser la lecture utilitaire, article par article, moissonné par mots-clés ?

Depuis plusieurs années déjà, l’accès au données en ligne passe d’avantage par les réseaux sociaux que par les moteurs de recherches. Des récentes expériences menées par le CNRS Image à partir de POM (Petits Objets Multimédia) ont montré qu’ils permettaient de toucher des publics qui n’auraient jamais accédé à ces travaux sans ce canal. En réalisant des films de 5 minutes par article, reliés entre eux sur le modèle d’une série, la revue expérimente ces derniers mois une forme de diffusion propre aux réseaux sociaux. Chaque vidéo se pense comme une excroissance, l’émanation d’un article scientifique (vers lequel elle renvoie directement), dans l’étrange monde des réseaux sociaux.

La multiplication des formats courts (en texte, en video) ne doit pas être vu comme un appauvrissement : en revoyant toujours vers un article long, ils constituent un outils indispensable pour assurer les conditions d’une véritable interdisciplinarité.

Un moment d’ouverture

On peut considérer le paysage éditorial comme un champ de ruines, on peut aussi considérer qu’il n’a jamais été aussi riche dans sa production, diversifié dans ces formes, ouvert par ses intentions. Le bouleversement technique des quinze dernières années nous invite à repenser nos pratiques et interroge nos convictions. A ce titre, la refonte de Techniques & Culture, comme celle contemporaine et complice de la revue Terrain, s’inscrit dans une conception du service public et du bien commun, qui considère que la connaissance ne doit pas se rencontrer seulement dans les bibliothèques universitaires, mais aussi en ligne sur les réseaux sociaux, en librairie, dans l’espace public. Elle rend de fait toute sa richesse au mot « publication ».

Ce texte a été publié dans une première version sous le titre « Techniques éditoriales et anthropologie des techniques: Techniques & Culture en 2017 »,  lettre de l’InSHS, n°47/mai 2017, 6-7.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *