Podcast : Edgerton et la critique de l’innovation

Dans le cadre des 20es rendez-vous de l’histoire de Blois, Techniques & Culture a proposé une table ronde avec l’historien des sciences et des technologies David Edgerton.

La parution inédite en français de son article « Techniques créoles et histoires mondiales. Repenser le déplacement des objets dans l’espace et dans le temps » dans le n° 67 de la revue Techniques & Culture, interpelle directement le sujet de cette 20e édition des rendez-vous de l’histoire baptisée « Eurêka, inventer, découvrir, innover ».

David Edgerton par son approche remet en question la notion même d’innovation en « brisant l’association malheureuse qui existe entre la technique et les notions d’invention et d’innovation ».

Sortant la technique de la visée progressiste et linéaire dont elle fait l’objet depuis plus d’un siècle, l’historien britannique tente  d’écrire une histoire des techniques « qui prenne en compte plus qu’une petite minorité de Blancs de sexe masculin ». Son ouvrage The Shock of the Old. Technology and global history since 1900, paru en 2007, démontre l’importance des anciennes idées, anciennes structures, anciennes inventions dans notre présent durant toute la Révolution industrielle en Europe et durant le vingtième siècle dans la grande majorité des pays du monde. Il s’interroge sur la raison de la disparition de cette notion « d’ancien » dès que l’on aborde scientifiquement le domaine de la technique:

Quand on parle de technique ou de technologie, on le définit comme quelque-chose d’extrêmement restreint, un choix très restreint de nouveautés: internet, le téléphone mobile, l’intelligence artificielle et les big data. C’est une portion extrêmement faible de ce qui s’invente aujourd’hui dans le monde, pour laquelle on fantasme un pouvoir transformatif extrêmement rapide sur nos sociétés.

Tout au long de cette table ronde, David Edgerton multiplie les exemples et fait tomber les idées reçues pour inviter l’auditoire à entrer dans son propos:

Prenons l’exemple des chevaux, de la traction hippomobile, que nous considérons comme relevant du Moyen Âge jusqu’à sa lente extinction au XIXe siècle. Le moment où il y a eu le plus de chevaux à Londres, c’était en 1890. Aux Etats-Unis, le pic d’utilisation des chevaux est 1915, c’est à dire quelques années après l’introduction du travail à la chaîne et du modèle fordien dans les usines. En 1812, quand Napoléon marche sur Moscou, il a moins de chevaux que la Wehrmacht d’Hitler en 1941, le nombre de chevaux par homme était beaucoup plus important pour l’armée d’Hitler.

Podcast:

« L’invention existe-t-elle? » David Edgerton, discutants: Jean-Baptiste Fressoz et Pierre-Olivier Dittmar.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *