Énigme #2 : Liquide ou solide ; transformé en poudre, je voyage…

La revue Techniques&Culture et les Éditions de l’EHESS vous propose, en guise d’amuse-bouche du n°69 Le temps des aliments, ses énigmes et paradoxes en conserve.

 

Samuel Pinaud est maître de conférences à l’université Paris-Dauphine, chercheur à l’Irisso. Ses travaux portent sur les transformations contemporaines des marchés et des entreprises agricoles, en France (Hauts-de-France) et en Afrique de l’Ouest (Mali, Burkina Faso).
 
Qui suis-je ? Je suis liquide ou solide ; transformé en poudre, je voyage… 
À Bamako, 90% de la consommation de produits laitiers est constituée de poudre de lait importée ou de produits transformés à partir de poudre de lait importée alors même que le Mali a une longue tradition d’élevage. En analysant le déploiement au Mali de l’économie de la poudre de lait, l’article donne à voir l’influence de la capacité de conservation des aliments sur les échanges alimentaires, des années 1930 à la mondialisation contemporaine.
L’analyse historique montre que la capacité de conservation de la poudre de lait offre des « prises politiques » tant sur l’espace que sur le temps alimentaire. Durant la première moitié du xxe siècle, l’envoi de poudre de lait en Afrique de l’Ouest permet de nourrir les familles de colons selon les normes alimentaires à l’œuvre à la même époque en Europe et participe ainsi à renforcer le rapport de domination colonial. Les échanges humanitaires d’aide alimentaire qui se déploient dans les décennies suivant les indépendances s’élaborent sur les mêmes bases matérielles et participent à l’attachement de la population bamakoise à l’usage de la poudre de lait. En outre, cette conserve alimentaire offre une prise sur le temps alimentaire qui se donne à voir dans la constitution de stocks publics européens destinés à réguler les prix.
L’analyse sociologique des échanges contemporains de poudre de lait montre que la capacité de conservation du produit influence fortement les modalités de mise en marché du produit. La libéralisation des marchés agroalimentaires internationaux transforme les usages sociaux de la conserve alimentaire. Dans ce contexte, la capacité de conservation du produit n’est plus mise au service d’une volonté politique. En revanche, elle permet à des acteurs privés d’élaborer des stratégies spéculatives à différentes échelles. L’analyse des stratégies des commerçants bamakois montre les conditions pratiques de cette mise à profit des échanges de conserve alimentaire.
 

Lire l’article

Date de réalisation : 18 Mai 2018 

Conditions d’utilisation / Copyright : EHESS / 2018

Réalisation/montage : Jean-Romain Mora

Assistante : Brigitte Jamois


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.