Énigme #3 : Alcaline, antidote contre la sorcellerie, j’agrémente…

La revue Techniques&Culture et les Éditions de l’EHESS vous propose une ultime bouchée des énigmes et paradoxes en conserve du n°69 Le temps des aliments.

Laurence Douny, anthropologue, mène depuis 2001 des recherches approfondies sur l’écologie du paysage sahélien et la culture matérielle ouest-africaine. Ses travaux portent sur l’anthropologie des techniques et des matériaux qu’elle a publiés dans plusieurs articles et un livre intitulé Living in a Landscape of Scarcity. Materiality and Cosmology in West Africa (Left Coast Press / Routledge, 2014).

Qui suis-je ? Alcaline, de cendre, de tige de mil ou de bois ; antidote contre la sorcellerie, j’agrémente plats et sauces, et sers à conserver…

Vivant dans un environnement climatique contraignant, les dogons du Mali ont développé au court du temps des stratégies techniques afin de pallier au manque de ressources alimentaires et de conserver leur céréale de subsistance qui est le petit mil. Pour ce faire, les cendres de tige de mil ainsi que la potasse qui résulte de la percolation lente de ses cendres puis de la cuisson du filtrat obtenu, sont très couramment utilisées afin de conserver cette céréale dans les greniers en terre et les préparations culinaires, particulièrement celles à base de mil. Sous l’angle de l’anthropologie des techniques et en utilisant la chaîne opératoire comme méthode principale de collecte et d’analyse des données de terrain, cet article explore les techniques de conservation traditionnelles du mil qui sont déployées par les hommes et les femmes dogons du village de Kani Kombolé situé dans la région linguistique Tengu Kan. En se concentrant sur la dimension des matériaux du système technique de conservation dogon, cette étude considère “conserver et transformer” comme des pratiques matérielles impliquant des matériaux génératifs qui sont la potasse de mil et la cendre dont elle est extraite et qui résulte de la calcination des tiges et du son de mil. Ainsi, la potasse est considérée à la fois comme une propriété de la cendre et comme la matière résultante de sa transformation. A travers une analyse des processus de transformation du mil notamment par le feu, les chaînes opératoires recueillies mettent en évidence des formes de significations implicites telles que des systèmes de croyances relatifs aux matières, la ritualisation et les aspects symboliques des techniques de conservation qui entrent dans une définition et des pratiques de conservation dogon. Sous cet angle, il sera question de comprendre les logiques de conservation portant sur l’aspect social de la consommation du mil et de sa temporalité. Il s’agira également de définir une épistémologie indigène des matériaux qui repose sur une conception dogon de l’efficacité matérielle de la potasse, c’est-à-dire, la force intrinsèque de la potasse considérée par les dogons comme l’ensemble de ses propriétés actives qui permettent de soigner, d’assaisonner, de conjurer un sort ou encore de conserver. Par conséquent, en tenant compte des relations matérielles entre les différentes parties du mil dans un contexte social et quotidien plus large, cet article propose de voir tout ce qui se passe lorsque les hommes et les femmes dogons rendent conservable et de voir ce que la potasse fait aux matières et à ceux qui la consomment.

Date de réalisation : 18 Mai 2018

Durée du programme : 4 min

Réalisation, montage : Jean-Romain Mora ; assisté pour finalisation de Brigitte Jamois


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.