Ex-voto, un regard franco-allemand A. Treiber

Pour boucler le cycle de l’année, un bouquet de lectures votives. Nous avions accueilli en janvier 2019 avec le n°70 de Techniques&Culture Matérialiser les désirs, consacré aux techniques votives. La collection Pietas (Computus druck satz & verlag 2019) vient de publier un ensemble de recherches françaises et allemandes consacrées aux ex-voto. Ce sont, sur la base du même séminaire réuni à l’École des hautes études en sciences sociales depuis 2015, des travaux essentiellement consacrés au fait votif depuis l’Antiquité gréco-latine jusqu’à l’époque moderne et contemporaine, dans la perspective d’une anthropologie historique. Nous vous présentons tout au long du mois de décembre les résumés en allemand, français et anglais, de ces contributions à découvrir, pour partager avec le plus grand nombre autour des techniques et de la culture des vœux.

Le premier article est celui d’Angela Treiber, Professeure (Volkstunde et ethnologie européenne) à l’université catholique Eichstätt-Ingolstadt, qui s’interroge : Les ex-voto, des objets rebattus pour l’ethnologue ?…


Objets rebattus pour l’ethnologue ? Phänomenologische und kulturanthropologische Zugänge der Ex-Voto-Forschung in der Volkskunde / Europäischen Ethnologie

Bereits in den 1960er und 1970er Jahren wurden in der Volkskunde neue, phänomenologisch inspirierte, sozialkonstruktivistische Forschungsansätze entwickelt und grundlegende kulturhistorische Studien zum Votivwesen und den Votivgaben publiziert. Der Forschungsgegenstand scheint insgesamt ziemlich erschöpfend von volkskundlich kulturanthropologischer Seite bearbeitet zu sein. Forscherinnen und Forscher der Volkskunde und Ethnologie, auch in Frankreich, empfanden und empfinden daher nicht selten Votivgaben als “abgedroschene Gegenstände” (objets rebattus) eines überholten Themas. Dagegen wurde von kunsthistorischer Seite in Frankreich die “singularité épistémologique” (Didi-Huberman) der Votivgaben im letzten Jahrzehnt neu ‹entdeckt›.

Der Beitrag greift diese Beurteilung in doppelter Hinsicht auf: zum Einen, indem er den Ex-Voto-Gebrauch als Erkenntnisquelle für die innere Logik, für Sinnstrukturen darlegt, die über materielle Techniken und Praktiken zeiträumlich spezifische Gestalt erfahren; des Weiteren, indem er deren Erforschung als Erkenntnisquelle für “Episteme” nachgeht, für Wissensformationen oder Wissensordnungen im Foucaultschen Sinne wie sie in Fragestellungen, Zugangsweisen und Deutungen von Votationsakt und Votivgaben in der Forschungsgeschichte aufscheinen. Konzepte wie “Ähnlichkeit” in unterschiedlichen Herstellungszusammenhängen oder “Reziprozität” und die damit verknüpfte dominierende Deutungsformel “do ut des” werden auf ihren heuristischen Wert hin befragt und einer Kritik unterzogen.

Dès les années 1960 et 1970, des nouvelles approches, inspirées par une recherche phénoménologique et par le constructivisme social, ont été développées dans la discipline autrefois nommée « Volkskunde » en Allemagne. Dans cette période, un certain nombre d’études conduites d’un point de vue historico-culturelle fondamentale concernant la pratique de l’ex-voto et les objets votifs ont été publiées. Pour cette raison, on peut avoir le sentiment que ces sujets de recherche ont été traités d’une manière suffisamment exhaustive par les ethnologues et les anthropologues culturels. Les ethnologues, également en France, perçoivent donc souvent les offres votives comme des « objets banals » (objets rebattus) d’un thème dépassé. Par ailleurs, la « singularité épistémologique » (Didi-Huberman) des œuvres votives a été « redécouverte » par les historiens de l’art en France au cours de la dernière décennie.

L’article reconsidère cette évaluation de deux points de vue : premièrement, en présentant la pratique de l’ex-voto comme une source de connaissance de la logique intérieure, des structures sensorielles, qui, par le moyen des techniques et des pratiques matérielles, prennent des formes spécifiques dans l’espace et le temps ; et par ailleurs, en poursuivant des réflexions sur l’ex-voto comme source de connaissance des « épistémè », des formations de connaissances et des systèmes de connaissances au sens de Foucault tels qu’ils apparaissent dans les approches et les interprétations des pratiques de l’ex-voto et des offrandes votives dans l’histoire de la recherche. Des concepts tels que la « similarité » en différents contextes ou la « réciprocité » du don et la formule d’interprétation dominante « do ut des » (littéralement: “je donne pour que vous donniez”) associée à ces interprétations sont réintérrogés dans leur valeur heuristique et soumis à une critique nouvelle.

Already in the 1960s and 1970s, new, phenomenologically inspired, social-constructivist research approaches were developed in the discipline called Volkskunde in Germany and known as European Ethnology in English. These approaches informed foundational, cultural-historical publications on the subject of votivism and votive offerings, and overall, this field of research appears to have been quite exhaustively tilled from the perspective of Ethnology and Cultural Anthropology. Scholars working on Volkskunde and European Ethnology, also in France, therefore often consider votive offerings banal objects of study. In French Art History, by contrast, the “singularité épistémologique” (Didi-Huberman) of votive offerings has been ‘rediscovered’in the last decade.

The article engages with this state of research in two ways: on the one hand, it treats the practice of ex-voto as a way of gaining insight into the inner logic and the structures of sensory meaning that are given a shape specific to time and space by certain material techniques and practices. On the other hand, the article investigates the study of ex-votos itself as a source of insight into “epistemes”, that is the orders or systems of knowledge (in the Foucaultian sense) inherent in the questions, approaches and interpretations applied to votive acts and offerings throughout the history of research. As such, concepts such as “similarity” or “reciprocity”, as well as the dominant interpretive formula of “do ut des” associated with the ex-voto, are critically assessed as to their heuristic value.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.