Intimité et regard(s). Le soutien-gorge comme frontière par L. Gehl

Archive personnelle, Lorraine Gehl.

Le texte ci-dessous est le résultat d’une première enquête à vocation ethnologique, réalisée dans le cadre d’une deuxième année de licence d’ethnologie à l’université de Nice Sophia Antipolis (2016-2017). Elle marque le début de nos questionnements d’alors, articulés autour de la place et du corps des femmes dans l’espace et la société. Ces intérêts se sont approfondis, élargis à tous les rapports de domination, et s’expriment aujourd’hui dans un travail de mémoire que nous effectuons à propos, mais aussi et surtout au sein, d’initiatives « écoféministes » émergentes, c’est-à-dire, à l’intersection du féminisme et de l’écologie.

Du fait de cet ancrage dans notre parcours, et des personnes auprès desquelles a été réalisé ce travail, les termes utilisés ici relèvent encore d’une pensée binaire, notamment par l’usage exclusif de la dénomination « femmes » ; nous précisons a posteriori qu’ildésigne des femmes cis-genre (dont le genre correspond à celui qui leur a été assigné à la naissance), mais que ces réflexions s’appliquent cependant à toute personne se sentant concernée.

Les vêtements posent des questions. Leur usage ne va pas de soi, ils ne sont pas non plus neutres, et ils sont sanctionnés à la fois par nos pratiques quotidiennes, leur représentation, et la manière dont tout cela évolue dans une société. Parfois, cette relation ambiguë se trouve être encore plus intense, presque palpable, notamment lorsque le vêtement touche à l’intimité et croise un imaginaire lui aussi à la fois personnel et construit. Le soutien-gorge mêle justement en son sein toutes ces problématiques, cristallisées et mises en relation dans celles, incontournables, du genre et du corps féminin.

Nous nous proposons donc de nous poser cette question : comment le soutien-gorge modèle-t-il le rapport d’une femme à son corps, et comment, en retour, celle-ci modèle-t-elle le soutien-gorge ? Elle s’appuie sur une première enquête ethnologique étendue sur une année scolaire, menée surtout au moyen de sept entretiens réalisés auprès de jeunes femmes étudiantes d’une vingtaine d’années, d’une vendeuse dans une boutique de lingerie, et de la responsable d’une autre. Ce matériau principal s’est enrichi de l’étude de divers textes et de l’accompagnement constant et éclairant de professeur.e.s ethnologues. Nous présenterons ici un volet spécifique de l’étude intégrale, dont l’objectif sera de montrer qu’il existe des interstices entre le soutien-gorge comme objet et la personne qui l’utilise, et que ceux-ci sont comblés par tout un appareillage social symbolique, qui concerne d’ailleurs le corps féminin dans son ensemble, et a une influence sur le rapport concret entretenu par ces femmes à leur propre corps.

Inadéquations : quand le soutien-gorge modèle le rapport au corps

Le soutien-gorge parfois, déçoit. Il existe notamment des tailles standardisées, auxquelles les femmes ne réussissent pas toujours à se conformer, ou en tout cas pas sans une certaine souffrance. Alice, une jeune étudiante, en parlant de son expérience de vendeuse en boutique de lingerie, opposait ainsi « des tailles qui sont hypernormalisées » aux changements des seins au cours de la vie, dues aux grossesses ou aux maladies par exemple. Elle constatait souvent une grande ignorance des femmes quant à leur taille réelle de soutien-gorge, qui s’en remettaient à elle, et l’analysait ainsi : « Les femmes ne savent pas leur taille parce que les tailles ne savent pas les femmes ». Cela avait des conséquences réelles sur la perception de leur corps : elle a souvent relevé que des clientes disaient ne pas réussir à trouver leur taille parce qu’elles ne se croyaient « pas normales » ou « disproportionnées », et soulignait que de nombreuses personnes à forte poitrine considéraient cela comme un problème, les tailles ne répondant pas à leurs besoins. Cette inadéquation de la taille qui semble donc très répandue s’inscrit finalement dans une dynamique que nous avons pu déceler au fil des entretiens, et qui oppose souvent l‘esthétique et le confort, condamnant les intéressées à faire le choix de l’un ou l’autre. Une autre jeune femme, Emilie, est ici particulièrement concernée puisque sa taille de bonnet va jusqu’au G, taille très peu représentée dans les magasins et qui, pourtant, nécessite réellement un soutien quotidien pour soulager le dos et permettre la mobilité sans gêne. Or la difficulté de trouver des soutien-gorges adaptés à son cas la forcent souvent à devoir choisir soit un soutien-gorge qu’elle va juger beau, soit un soutien-gorge qui va être confortable. Cela peut réellement s’apparenter à une souffrance dans son rapport à son corps et à la féminité que vend l’image du soutien-gorge. « Quand je vois une belle pièce parfois, je pleure ! » confie-t-elle par exemple, en riant certes, mais en soulignant quand même que les modèles qui lui vont la font se sentir « comme une mémé » car ce sont, esthétiquement, des « soutien-gorges de vieilles », et qu’elle trouve injuste que les bonnets de petite taille, donc des poitrines qui n’ont pas besoin de soutien-gorge d’après elle, soient représentés et diversifiés dans les magasins tandis qu’elle, qui en a réellement besoin, ne trouve rien qui lui plaise vraiment. Elle ajoutait qu’elle se sentait parfois triste, et résignée en même temps, et que cette évolution pendant son enfance avait créé un rapport « étrange » à son corps. Sa poitrine en général lui impose de « penser tout le temps » à sa position et à l’image qu’elle renvoie, ce qui est très lié au regard d’autrui certes, mais qui est aussi à mettre en relation avec des soutien-gorges qui ne permettent pas un vrai maintien et jouent efficacement leur rôle de prothèse1. Elle explique ainsi qu’elle doit toujours se poser la question de ce qu’elle va faire et qui elle va voir dans la journée, afin de choisir un soutien-gorge qui lui permette d’être sûre « que rien ne va sortir, que ça va pas trop bouger », ce qui n’est d’ailleurs jamais complètement satisfaisant.

De même, Julie, vendeuse dans une boutique de lingerie au sein d’un grand centre commercial, a fait face à un changement brutal de sa poitrine et insistait bien sur le fait qu’elle devait désormais faire le choix du confort, et que les possibilités offertes auparavant par une poitrine plus petite lui manquaient. Ainsi, même s’il existe des modèles allient confort et « féminité » pour les grandes tailles, elle précise bien que « quand c’est plus petit, c’est plus féminin, plus sexy, parce qu’il y a moins besoin du maintient, donc c’est plus joli ». Ce ne sont pas uniquement les personnes avec une forte poitrine qui opèrent cette distinction : nos différentes jeunes interlocutrices étudiantes, à la fois Alice, Sandra, Mélissa et Emilie associent le fait d’enlever son soutien-gorge le soir, chez soi, à un certain confort, une « libération d’un poids » (Mélissa) et cela a parfois guidé des changements de pratiques, comme pour Aurélie, qui fait également partie de ce groupe de personnes interrogées, qui n’en a plus mis lorsqu’elle s’est rendue compte du confort que cela lui procurait. Pour Mélissa, les choses se résument donc ainsi : « La vraie utilité pour les poitrines qui n’ont pas besoin de soutien-gorge, c’est l’esthétique ».

Le mythe de la féminité : quand l’image modèle l’usage

En tant qu’objet, le soutien-gorge est lui-même soutenu par toute un discours et une image, construits de concert, et qui concernent également la femme dans son ensemble. Pour Mélissa, par exemple, le soutien-gorge est « montré comme le truc sexy par excellence ». Les publicités et les marques jouent notamment beaucoup sur cet aspect, et dans la boutique Aubade par exemple, on valorise une certaine image du « glamour, de la féminité, de la séduction au sens noble » selon les mots de Florence, sa responsable. Chaque marque va ainsi investir une certaine ligne directrice et présenter une vision de la femme, l’importance de l’image est donc primordiale dans ce domaine, et cette image est surtout concentrée sur l’aspect féminin : ainsi quand Florence décrit sa marque, elle fait référence à la féminité en tant que valeur mise en avant, mais décrit également un état d’esprit qui rassemblerait ses clientes, à savoir « la femme féminine », celle « qui a envie de sentir belle et bien dans son corps ». Il y a donc réellement une construction d’un imaginaire autour du soutien-gorge et qui lui permet d’évoquer « un moyen de se sentir sexy » (Julie). Mais cela révèle aussi une certaine définition de la féminité, qui peut être ressentie comme problématique, surtout lorsqu’elle est en relation avec la complète représentation du corps féminin dans ces publicités. Sandra explique ainsi que pendant longtemps, ce n’était pas forcément son choix de mettre un soutien-gorge, c’était « la pression de l’extérieur, l’image idéale des seins parfaits » à laquelle elle voulait correspondre, ce qui la poussait donc à l’utiliser pour faire paraître ses seins plus gros. Aurélie, de son côté, explique qu’elle a longtemps associé la féminité à son soutien-gorge et pas à sa poitrine, instaurant une certaine distance avec elle. Or cette idée que la poitrine en soit ne suffit pas, qu’elle doit être améliorée pour ressembler à l’image que les publicités diffusent, est représentatif d’une définition bien établie de ce qu’est la femme féminine. Toutes les morphologies ne sont pas forcément représentées dans les magasins et cela participe à cette logique globale qui semble réglementer l’usage du corps féminin. Alice ajoute pour sa part qu’elle ressent une véritable « ultrasexualisation » de la femme en général à travers les publicités et les médias, et à ce titre, la poitrine est évidemment une partie du corps éminemment érotisée. Elle dénonce également un certain idéal, celui de la fermeté. C’est là que réside à son avis tout le problème de la poitrine : elle bouge, tandis que ce qui est valorisé socialement aujourd’hui chez une femme, c’est à la fois « l’idéal de la maigreur » et celui de la fermeté, de l’immobilité. « Faut pas que ça bouge, faut pas avoir de bourrelet, faut pas avoir un téton qui pointe » énumère-t-elle en évoquant un certain « contrôle » dirigé sur les femmes. Mélissa accentue encore cette idée en évoquant l’idéal du « corps lisse » qui ne bouge pas, valorisé en général. Elles font ainsi écho au chapitre de France Borel dans Le Vêtement incarné, les métamorphoses du corps qui parle d’une « obsession d’un corps structuré, solide » qui va de pair avec une « crainte de la flaccidité » (p. 99)2. Or le ventre et les seins des femmes, toujours d’après Borel, se prêtent particulièrement à cette crainte et demandent donc un modelage qui, idéologiquement, évoquerait l’idée que « la culture raidit la nature ». Ainsi le soutien-gorge et toute l’imagerie qui l’accompagne pour en faire un objet incarnant la sensualité, la féminité, traduisent-ils en réalité des valeurs maniées et remaniées dans un discours, transmis à l’échelle de la société, et qui détache en plus le soutien-gorge de son historicité. Mélissa pointait du doigt ce phénomène, soulignant qu’il fallait en « revoir l’historique », pourquoi et comment il était né, car aujourd’hui « on l’adopte sans savoir sa symbolique, ce que ça représente, ce que ça veut dire d’en mettre ». Les marques de soutien-gorges ne jouent pas sur l’héritage du corset, dont il descend pourtant, et cela révèle la malléabilité d’un objet : le contexte social peut s’en emparer, le récupérer, lui réinventer un rôle qui corresponde aux idéaux actuels. Ainsi même si le lien avec le corset n’est pas renié, le passage par des idéaux d’émancipation de la femme – qui ont aboli le corset au début du XXème siècle – font qu’on va plutôt, désormais, valoriser le pouvoir séducteur que la femme peut acquérir en achetant un soutien-gorge, sa possibilité de se sentir belle, sexy, et féminine par lui, et donc d’accéder à cette « certaine assurance » qu’évoquait Florence.

Au-delà des usages, ce sont donc les inadéquations, ce sont les perceptions sociales, ce sont les ressentis sur son propre corps, qui en disent le plus sur ce qu’est réellement un vêtement : ils révèlent qu’il existe un espace vide, que l’objet ne comble pas, et qui peut être investi, utilisé, détourné par les discours, les croyances. Un espace qui n’est pas neutre, et qui révèle que tout le corps de la femme est modelé selon des représentations, construites et sociales, certes mouvantes et interactives, mais dont on ne peut nier l’influence sur les individus. Les reconnaître, cependant, permet déjà de réinvestir cet espace par la conscience de la portée de nos usages quotidiens, voire de mener à leur remise en question. Dans le cas du soutien-gorge et de la poitrine, on assiste ainsi aujourd’hui à des initiatives éminemment politiques, depuis Free The Niple (littéralement « Libérez le téton ») sur les réseaux sociaux, à la lingerie dite « body positive » (la « positivité » appliquée au corps, présenté sans retouches). Dans le premier cas, des utilisateurs et utilisatrices d’Instagram notamment dénoncent le floutage ou la suppression systématique de photos présentant des tétons féminins (alors que les poitrines masculines sont autorisées), en s’exposant seins nus avec le hashtag #freetheniple. Dans le second, des marques de lingerie, au rayonnement plus restreint et aux modes de production de plus petite échelle, axent leur discours, leurs campagnes publicitaires et leur ligne directrice sur la diversification des représentations, et sur la volonté de les rapprocher de la réalité : les corps apparaissent sans retouches, dans des sous-vêtements qui les respectent (moins susceptibles de causer des douleurs, par exemple) et qui ne produisent pas, ou en tout cas limitent, les discours sur une forme attendue de féminité. Ces exemples sont loin d’être isolés, et traduisent la dynamique socio-culturelle qui ne manquera pas de réinventer, à nouveau, le soutien-gorge et notre rapport à lui.


1 Ce terme de prothèse renvoie à un autre volet de mon travail sur le sujet, et qui traite en particulier de ce qu’apporte le soutien-gorge, son rôle et ses usages dans la vie quotidienne des femmes entretenues.

2 Borel, F., « La taille fine des européennes », Le Vêtement incarné, les métamorphoses du corps, Pocket, 2006, pp. 97-115.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.