Racontez-nous vos pannes !

Parce que les objets tombent en rade, buguent, vous envoient des bips et des messages d’erreurs, ou tout simplement parce qu’ils ne fonctionnent pas comme prévu, la panne est une situation courante que nous connaissons tous.

Qu’est-ce qui casse chez vous ? Quels objets dysfonctionnent ? Quelles sont les machines récalcitrantes de votre quotidien ? Quelle est alors votre réaction ? Galère ? Frustration ? Situation amusante, occasion de se débarrasser d’un vieux bouzin, ou incitation à la consommation, comment réagissez-vous ?


Racontez nous votre expérience dans les commentaires ci-dessous, ou en envoyant un courriel à Techniques&Culture [techniques-et-culture[at]ehess.fr]. Vos témoignages nourriront l’animation d’une soirée sur le thème de la panne à La Gaieté Lyrique, organisée pour la promotion du n°72 de la revue.



10 réponses

  1. GESTION DE PANNE ET MÉANDRES SYMBOLIQUES
    =par où passe la lumière=

    Il y a peu je tente d’allumer ma lampe halogène en faisant glisser le curseur sur le boitier régulateur d’intensité. Elle ne s’éclaire pas. Je signale la chose à l’homme qui partage mes jours et mes nuits, qui m’annonce qu’il a changé l’ampoule il y a peu, et que ça ne pas être la cause de la panne. Un faux contact, diagnostique-t-il. Soit.

    Les choses sont donc de mon côté car dans notre répartition des rôles, c’est moi qui plonge dans les méandres des circuits électriques. Je démonte donc le boitier et tombe sur un circuit électronique qui dépasse de loin mes compétences d’électricienne. Je remonte le boitier dans la vague espoir que cette simple action de montage et démontage de la boite ait résolu la panne. Mais j’ai mal remonté le boitier : je n’ai pas enclenché le curseur du boitier à celui du circuit. Je redémonte et remonte donc le boitier et sens avec plaisir que les deux curseurs s’enclenchent, mais la lampe ne fonctionne toujours pas. J’ai oublié de rebrancher la lampe. Je le fais. Mais sans succès.

    J’entreprends de coucher la lampe pour bidouiller le fil sur toute sa longueur à la recherche du faux contact. Je me dis quand même que j’aurais pu commencer par là. Mais sans succès, la lampe ne marche pas. J’en suis presque rassurée car cela justifie mon process de réparation, même inversé.

    Il n’empêche, me voilà obligée d’acheter une nouvelle halogène. Je me rends sur le site internet de la grande surface la plus proche. Je repère un premier prix, note la référence et me rends en voiture dans la banlieue proche à la recherche de la nouvelle lampe.

    Arrivée sur place, une vendeuse m’annonce que la lampe n’existe plus, qu’on ne fait plus de lampe halogène mais des LED, pour des économies d’énergie. Sauf qu’on ne change plus les ampoules, mais quand elles ne fonctionnent plus, on jette la lampe entière… c’est comme une télé, ajoute-t-elle. Je n’ai pas de télé, mais là, je me souviens de mon enfance et des heures passées par mon père le dimanche pour réparer, la télé, la voiture ou la machine à laver… toutes actions auxquelles je n’ai pas accès aujourd’hui pour être digne héritière. Il ne me reste que l’électricité. Pas question que j’achète une lampe LED. Question de vie ou de mort.
    Je déclenche alors un langage facial et corporel de la désolation, que je parviens à verbaliser et communiquer à la vendeuse.
    Par une chance incroyable, elle est sur la même longueur d’onde que moi : elle m’embarque dans un coin du magasin et nous plongeons tout en bas d’un rayon. Là, des lampes halogènes bas de gamme, pas trop moches et pas trop chères, dont on peut changer les ampoules. Tope-la, j’ai envie de lui dire !
    J’achète la lampe, reprends ma voiture et rentre chez moi. Je monte la lampe, y mets l’ampoule de l’ancienne lampe, je branche. Ça ne marche pas.

    Et là. Suée. Doute. Gouffre. Solitude.

    Evidemment que j’aurais dû d’abord vérifier l’ampoule avant de racheter la lampe. Pourquoi faut-il toujours que je fasse confiance à cet homme qui m’a dit qu’il avait changé l’ampoule ??? Déjà qu’il avait diagnostiqué un faux contact alors que ce n’était pas le cas. Suée de la honte d’être crédule, incapable et sur-consomatrice… la situation est difficile.

    Heureusement je suis seule à cet instant.

    Je me rends chez l’épicier arabe en bas de la rue et lui demande une ampoule halogène. Nous parlons de la disparition des halogènes, une technologie pourtant pas si vieille. Il m’en vend deux pour le prix d’une – j’aimerais lui dire toute l’admiration des savoir-faire africains du bricolage, mais ce n’est pas le moment. Il y a des gens dans le magasin, et puis j’ai bien d’autres choses à faire que réparer une lampe, et puis ce doute qui me taraude quant à l’homme avec qui je vis et partage la lumière, d’ordinaire.
    Je reviens donc chez moi et teste la nouvelle ampoule sur l’ancienne lampe… je bidouille le fil. Sans succès. Ouf, l’honneur est sauf, le mien et celui de mon homme : même une ampoule neuve ne change pas son diagnostique de panne.

    Je teste la nouvelle ampoule sur la nouvelle lampe. Victoire !!!

    Triple victoire :
    – victoire de ma vie de couple – l’homme avec je vis reste un homme de confiance même s’il achète des ampoules de mauvaise qualité (moi aussi)
    – victoire de mon héritage d’électricienne, qui pourra continuer à s’exercer sans avoir à jeter une lampe sans essayer de la réparer
    – victoire des relations sociales au-delà de la consommation : trouver des alliés dans les circuits pourtant mondialisés pour maintenir les courts-circuits entre les boites noires qui enferment nos vies.

  2. XavCC dit :

    Un endroit ydillique en Bretagne,
    sur le côte aux granits roses, des hackeuses, hackers, designeuses, designers, écologues, linguistes, architectes, militant⋅e⋅s, programmeuses et programmeurs, ingé⋅e⋅s, queers, se réunissent.

    Des bords bords du Jaudy, sur épéron de roches et de terres face à la mer, elles et ils pensent que leurs utopies peuvent panser un peu le monde.

    Dès le premier jour, à l’abri des pins, les WC et la douche rompent leur assignation à évacuation des matières. Leur spoir de deux semaines estivales florissantes sont menacés, leur hygiène est compromise. Un enfant de moins de dix ans est privé de commodités élémentaires dites modernes. Manger devenait compliqué car la vaisselle difficile à réaliser sans rejeter d’eau.

    Les WC se bouchent, la douche refoule, l’odeurs de putréfaction colle à leur système de conceptions idéalistes, l’odeur se répand dans le paysage. Même la vase de l’embouchure de la rivière ne rivalise pas avec ce spectre et son suaire olfactif.

    Elles et ils pensent les liens, les techniques, les cultures, les systèmes et infrastructures. Elles et ils tissent des étoles de promesses et de dévenirs. Pourtant cette pannne les paralysait, au point critique que personnes n’agissait.

    Il n’y a pas de “How To”, de “write up”, de “post mortem”, de page wiki pour ces siutations. Seule les manches retroussées de rares personnes qui acceptent la responsabilité de l’investigation dans le dur, qui se chargent de patauger et de remuer les défécations d’un groupe social, ici concentré comme rarement sur cette zone, sont les agents de persistences d’une continuité de qualité de vie moderne faisant face à l’obligation physiologique.

    Deux, nous avions été deux à prendre une pioche partagée pour fendre le puissant granit dans l’attente de libérer une hypothétique fausse ; à s’acharner à découvire les drains bouchés par les temps et les rejets des humains. Chaque coup de boutoir n’enlveait que quelques éclats de roche, faisant raisonner notre squelette comme un simple tube métalique. En revanche de notre opiniâtreté nous recevions des jaillissements de liquide chargé de matières molles dont nous refusions la composition bien qu’étant obligés d’en avoir les odeurs.

    Sueurs d’août, eau croupie, excréments, éclats de granit rose, finissaient par former un nouveau film, part de nous et de notre labeur, à même notre peau et faible quantité de vêtements.

    La fausse fut découverte après une journée de bagnards. Il fallut ensuite y plonger seau et mains pour purger de mix de matières et de liquides afin d’envisager à la racine le problème. Pas non plus rejeter n’importe comment, ni n’importe où, ces reliquats de notre humanité que le temps de la nature et les technologies n’avaient pas encore eu le plaisir de traiter et digérer. Un ydillique cap rose ne mérite pas notre infection.

    Le groupe, lui comment il fonctionnait ? Dans l’indigence, dans la mécanique sociale cassée, tout du moins arrêtée jusqu’à l’extrême capacité à retenir des besoins du corps.
    Certaines personnes encourageaient, d’autres regardaient par la fenêtre, d’autres encore s’échappait à la situation. Une forme de socialité chargée se consituait ; deux creusaient.

    Ces personnes pouvant être vues et lues comme « en capacité », sachantes, ou performantes, étaient ici dans une épaisse panne qui les gênait. Revelant aux passge beaucoup de l’intime et du fonctionnement de leur prédéceseuses et prédécesseurs, exposant à l’œil et au nez un envers du décors de nos communautés.

    Nous avions pioché et curé plus d’une journée et demi. la pioche en étant usée, même rabougrie dans son profil. Déboucher, re-tuayauter, puis retapisser de sols, n’auront été que des épiphénomènes, tant ils furent faciles physiquement, tant la tension n’existait que dans la panne non-résolue du fonctionnement sanitaire.

    Le camp des utopistes, des commonistes, pouvait reprendre le chemin du focntionnement qui lui était promis. Là dans ce coin de paradis qui jadis et aujoud’hui est le théâtres de pirateries dont on ne sait jamais vraimment si elles furent fictionnées ou perpétrées.

    À ami⋅e⋅s, à Kerbors.

  3. Luce Marie dit :

    Depuis un certain temps, ces derniers mois en particulier, j’observe une grosse panne institutionnelle dont nous sommes un nombre certain à pâtir toutes professions et statuts (ou sans) confondus. Je vois que votre revue elle-même se déclare mobilisée pour dénoncer cette panne, réfléchir à des actions communes et trouver les moyens d’une résolution collective. Le rendez-vous du 27/02/20 à La Gaîté Lyrique pourrait-il être le lieu de l’évoquer non sans légèreté ainsi que votre appel à récit nous y enjoint ? Merci d’avance pour votre éclairage.
    Luce-Marie Rose Piquée

  4. Chorier dit :

    Est ce que ce recueil de récits est toujours d’actualité?
    J’ai tout un lot …
    Cok

    • techniquesetculture dit :

      Bonjour, merci pour votre intérêt ! oui, l’appel est toujours d’actualité ! n’hésitez pas. Belle journée, La rédaction.

    • techniquesetculture dit :

      Ce recueil de récits est plus que jamais d’actualité. Il nous servira dans le cadre d’un événement-débat autour de la sortie du n°72 qui aura lieu fin février (cf. billet Gaîté Lyrique)

      merci de votre contribution!!
      La rédaction du Carnet de T&C

  5. veronique routin dit :

    Mes objets qui tombent en panne ou qui se cassent : principalement l’écran du téléphone portable et les appareils ménagers (lave vaisselle, frigo, lave linge).
    Pour l’écran du tel : je découvre l’usage du micro pour continuer d’écrire mes messages textes ou je tourne le tel pour accéder à des touches tactiles inaccessibles en mode portrait mais accessibles en mode paysage.
    Pour le lave vaisselle : j’ai fait appel à des passionnés de machines à laver, qui luttent contre l’obsolescence programmée (https://murfy.fr/). Je ne supporte plus d’acheter, et je tente donc de prendre soin des appareils, les laver régulièrement…
    Je suis parfois fatiguée par mes objets qui dysfonctionnent mais c’est une vraie joie quand je répare mes objets plutôt que d’aller acheter un neuf.

    • techniquesetculture dit :

      Merci pour votre contribution. Pouvez-vous nous raconter quelques situations précises? Par exemple la première fois que votre écran de téléphone vous a lâchée? Quel était le contexte? Comment vous est venue cette idée du micro? Comment cela s’est-il terminé?

      Notre collection de récits de panne se compose de textes qui entrent dans le détail d’une situation.

      Dans l’attente de vous lire.
      La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.