Retour sur l’ex-voto: une lecture de Renée de la Torre

Ex voto en cire, Fatima, Portugal, 2019. Photo POD.

Un tournant épistémologique dans les sciences sociales tend actuellement à la reconnaissance du poids de la matérialité dans la culture. Plusieurs auteurs ont attiré l’attention sur ce point. L’un des plus reconnus dans le champ anthropologique a été Tim Ingold (2015) qui invite à abandonner la conception de nature comme objet afin que nous orientions notre regard vers les flux des matériaux, proposant ainsi une théorie relationnelle qui questionne les épistémologies scientistes. D’autre part, nous mentionnerons Bruno Latour (2012), anthropologue français qui a questionné la propre prétention occidentale à être modernes en même temps que la myopie quant à la méconnaissance de l’agentivité du monde naturel, du monde des choses et des artefacts.

Ce tournant connu comme philosophie matérialiste a eu d’autres évolutions plus modérées, en particulier l’étude du fait religieux qui ne s’attache plus seulement à l’étude des religions (en abordant ses principales structures organisationnelles, les dogmes et les doctrines) mais qui s’intéresse désormais à la religiosité vécue (comme le proposent Ammerman, 2007, Mc Guire, 2008 y Orsi, 2015) en dehors des enceintes religieuses, afin de la saisir dans la quotidienneté en se concentrant sur la relation que les croyants entretiennent avec les objets matériels, qui sont le support du sacré et du transcendant.  Parmi ces objets se trouvent les autels, les médailles, les images, les statuettes, mais aussi les expressions votives qui, sous leur forme d’offrandes, se manifestent à l’aide de la matérialité. Dans cette perspective qui fut négligée par le rationalisme scientifique et par la sécularisation du catholicisme sous l’influence de Vatican II,  il y a eu un nouvel élan avec l’attention portée aux études sur la corporéité (embodiment) entrepris par Thomas Csordas (1994) et, pour finir, ceux qui apprécient le caractère esthétique sensible et séducteur de la matérialité (Meyer, 2018) et ceux qui prêtent attention à la charge affective présente dans les objets et à leur capacité à générer des expérience sensibles qui sont difficiles à décrire avec de simples mots (Newell, 2018).

Je considère que le dossier Matérialiser les désirs, n°70 de la revue Techniques&Culture, trouve un écho dans ces résonnances théoriques et méthodologiques qui imprègnent l’étude des ex-voto cessant dès lors d’être abordés comme de simples matériaux qui documentent quelque chose mais qui sont désormais reconnus comme des matériaux qui transmettent des affects à des corps sensibles.

Les ex-voto peuvent être constitués de différents matériaux. Ils renferment des stratégies narratives variées et utilisent différents codes esthétiques pour demander, remercier et témoigner de l’intervention d’un pouvoir miraculeux ou surnaturel sur un problème vécu. Nous pouvons les reconnaître comme l’expression matérielle de l’échange de dons-faveurs-remerciements entre les êtres humains et les non-humains – qui ne sont pas seulement des dieux mais qui peuvent être aussi des forces de la nature, des énergies facilitatrices ou des forces surnaturelles, des sentiments (comme l’amour, la chance, le succès, la fortune ou même des essences animales ou végétales). Dans cette revue, les auteurs désignent cet ensemble comme des forces ou des essences invisibles. Et les éditeurs nous mettent d’accord sur la définition des ex-voto comme expression visible des échanges avec l’invisible.

Sanctuaire du Seigneur de la Miséricorde Enciso, Unión de Tula, Jalisco, 18 mars 2018. Photo Renée de la Torre.

Ex-voto au Seigneur des Merveilles, San Miguel Allende, Mexique, 23 août 2015. Photo Renée de la Torre.

Soulignons que la pertinence du titre du dossier n’est pas due au hasard mais qu’elle est le résultat d’une réflexion qui a débouché sur une définition : matérialiser les vœux. Techniques votives. Ce numéro réunit différent matériaux (des articles, des essais visuels, des notes) qui pris ensemble nous permettent d’apprécier les dispositifs matériaux du vœu à différentes époques et dans différents contextes géographiques. Le vœu est indissociable de ce qui est valorisé dans les différentes cultures mais il met aussi en évidence ces biens inatteignables ou rares qui sont par conséquent nécessaires, valorisés et courtisés. Certains de ces vœux sont une constante dans l’histoire de l’humanité comme peut l’être le désir de santé, suite à une maladie ou un accident. Les ex-voto sont des offrandes qui, lorsqu’elles sont destinées à demander la santé, peuvent être représentées par les organes endommagés (par des statues en cire, en bois, des dessins, des béquilles, des organes. D’autres ex-voto comme les planches, les reliefs de marbre ou les vases grecs décrivent les actes votifs comme le sacrifice rituel qui servira d’offrande par exemple). Ceux-là permettent d’identifier les espaces sacrés destinés à la réalisation des offrandes (comme le sont les pinacles). Grâce à ces matériaux on peut aussi reconnaître les divinités vénérées au cours de chaque époque distincte, mais aussi les manières et les moyens de les vénérer et de les satisfaire.

Offrandes votives dans le cimetière de Naples, Italie. 15 septembre 2018. Photo Renée de la Torre.

Appareil orthopédique, mur de Romualdito à Santiago du Chili, 17 novembre 2018. Photo Renée de la Torre.

 Le n°70 de la revue T&C donne accès à de nombreux travaux qui abordent le thème des ex-voto et des pratiques votives. Ils traitent de leur présence dans diverses cultures et religions (pas uniquement la religion catholique) qui vont du néolithique à Chypre, en passant par la culture classique des Grecs, le christianisme du Moyen-Âge, apporté en Amérique au cours de la colonisation ibérique, et pratiqué en Asie par des taoïstes et des bouddhistes. Toutes ces traditions sont encore d’actualité, même si elles ont été transformées voire déplacées de leurs environnements purement religieux. Dans certains cas, elles peuvent avoir lieu en tant que rites séculaires (l’activité touristique par exemple), dans d’autres cas en tant que rites différents qui peuvent avoir lieu dans un même endroit (comme le décrit l’article à propos des musulmans qui se réunissent dans un temple de Saint Georges en Turquie). Les ex-voto sont également présents durant les rituels d’équinoxe qui se déroulent dans certains lieux archéologiques et au cours desquels différentes cérémonies païennes sont pratiquées à l’unisson.

 Après avoir lu la revue, personne n’hésiterait à parler du caractère universel et historique des ex-voto, dont les articles dans leur ensemble affirment qu’ils peuvent être considérés comme une tradition qui maintient une lignée de la mémoire sociale de longue durée (Alves et Perrée dans cette revue). Ceci est dû au fait qu’il s’agit là d’une tradition présente dans différents pays et continents, qui fait partie de l’héritage culturel méditerranéen mais aussi du continent asiatique. Il existe des ex-voto de différents matériaux et styles narratifs et esthétiques. On demande autant aux vivants (comme on peut le voir dans le cas latino-américain) qu’aux morts (comme le montre Agnès Girard dans ce numéro avec les images votives des unions post-mortem au Japon). On les réalise aussi dans différents endroits, parfois liés aux sanctuaires, à leurs chemins de pèlerinage et parfois dans des lieux séculiers comme peuvent l’être les grottes anciennes ou les ponts européens sur lesquels on a aujourd’hui l’habitude d’accrocher des cadenas pour matérialiser l’amour liquide auquel Bauman fait référence dans ses essais sur les temps post-modernes.

Ex-voto à la Vierge de San Juan de los Lagos, Jalisco, Mexique. 28 mai 2005. Photo Renée de la Torre.

Ex-voto à l'Archange Saint Michel, Tlaxcala, Mexique, 4 juin 2016. Photo Renée de la Torre.

Certains de ces articles alimentent des réflexions théoriques qui cherchent à définir ce qui est essentiel dans le fait qu’un ex-voto soit un ex-voto, au-delà de ses différentes manifestations rituelles. Surgit donc une question : quel est le centre de gravité de l’acte votif : le geste ou l’objet ? Ce sujet est important car l’ex-voto s’inscrit dans une pratique performative ritualisée qui transforme la valeur des objets et les matérialités mêmes (elle transforme par exemple les marchandises en offrandes dont la vie utile se termine quand elles ne sont plus exposées) ; elle modifie la valeur des espaces où les ex-voto sont placés en transformant une rue, un passage ou un pont en sanctuaire de vœux. Cependant, le lieu ne définit pas pleinement l’objet votif, puisqu’il peut se trouver dans un temple, à la maison ou dans la rue, mais il peut aussi changer de valeur s’il est sorti du sanctuaire pour être placé dans une vitrine ou dans une salle de musée. Par conséquent, comme le soulignent les coordonnateurs de la revue, son activité rituelle est à la fois éphémère et fugace en même temps qu’elle est permanente et changeante.

Ex-voto sur le trottoir du sanctuaire de Notre Dame des Nœuds, Campina, Brésil,  3 octobre 2017. Photo Renée de la Torre.

L’étude, le catalogage et l’analyse sémiotique des ex-voto montrent qu’il s’agit d’un matériel de grande valeur pour approfondir la connaissance de différentes cultures. Leur comparaison permet de recenser les différentes modalités de la souffrance et du vœu. Même si la douleur et les vœux ont été présents tout au long de l’histoire humaine, leur contenu varie selon les cultures et les époques. Autrefois on souffrait à cause de la peste ; aujourd’hui on souffre du manque d’argent ou à cause de l’irruption et de la fragilité des relations amoureuses. Les formes rituelles se transforment aussi, tout comme les matériaux avec lesquels on les élabore (qui vont de l’argent et du métal, au bois, au papier photographique, en passant par les cheveux humains, la fumée de l’encens ou les pixels d’une page web). Actuellement, les matériaux cèdent progressivement leur solidité à des éléments plus éphémères et volatiles en accord avec les nouveaux supports technologiques de la société de consommation. Les époques et les cultures imposent elles aussi leurs codes et leurs supports communicatifs et les espaces, ceux où l’on demande et ceux où l’on rend grâce.

Sainte Lucie, Rio de Janeiro, Brésil. 13 avril 2013. Photo Renée de la Torre.

Saint Judas Thaddée à Tlalpan, Mexique. 28 août 2014. Photo Renée de la Torre.

Le lieu peut aussi modifier la valeur de l’objet ex-voto. Le même objet peut par exemple se trouver dans une vitrine et simplement être une marchandise. Ou bien se trouver dans une salle des miracles et acquérir les fonctions d’un ex-voto. Il peut même cesser de l’être quand il est placé dans une salle de musée pour y être admiré. Toutefois, même dans une salle de musée ou dans le cadre de reproductions graphiques (comme celles que nous offre ce numéro spécial), les collections d’ex-voto produisent un effet de lecture graphique qui ouvre l’accès à l’histoire des mentalités et de leurs représentations, des formes populaires de communiquer ou de témoigner, des angoisses et des problèmes que les individus et leurs communautés connaissent selon les époques, des manières de demander et de remercier les miracles ou les interventions qui modifient l’état des choses, des mentalités et leur relation aux formes d’organisation matérielles et sur tous les systèmes qui encouragent les cosmovisions ou les expériences cosmologiques en lien avec la transcendance, le surnaturel et le divin.

Salle d'ex-voto dans le Sanctuaire d'Aparecida, 2 octobre 2017. Photo Renée de la Torre.

Les ex-voto peuvent posséder une valeur archéologique en tant que vestiges d’époques passées ; ou historique en tant que matériel témoin de temps et de lieux éloignés et qui permet depuis le présent d’étudier l’évolution des transformations des cultures antiques et de leurs pratiques dévotionnelles jusqu’à aujourd’hui. Ce sont aussi des documents matériels ou iconographiques qui permettent aux spécialistes du passé d’examiner les peines et les vœux personnels, mais aussi d’accéder à la culture religieuse dans la mesure où ils reflètent les manières de représenter la relation entre le divin et le terrestre, le quotidien et le surnaturel propres aux cultures et aux civilisations. Ils ont aussi une valeur artistique ou esthétique car certains en sont arrivés à constituer des œuvres d’art appréciées des collectionneurs et deviennent parfois même des formats recréés par les artistes contemporains. Et ils sont même intégrés aux manifestations d’activisme politique qui rendent visibles les disparitions forcées ou les victimes de féminicides.

Wall Dolls, Rome, Italie, 19 septembre 2018. Photo Renée de la Torre.

Sarita Colonia, Lima, Pérou, 27 avril 2017. Photo Renée de la Torre.

Mais ils sont aussi un matériel sans cesse plus apprécié par les anthropologues dans la mesure où leur étude rend possible l’examen des structures de classement, qui nous aident à aborder les interactions entre le sacré et le profane, entre la vie publique et la vie privée. Ils permettent même de comprendre le déplacement des transcendances dans la vie séculaire comme peuvent l’être les pratiques votives autour de la mort de la Princesse Diana ou du chanteur mexicain Juan Gabriel, les cadenas accrochés sur les ponts pour faire le serment de l’amour et le rendre plus solide et moins liquide et fuyant, ou la disposition de lettres d’amour sur le balcon où Roméo rendait visite à Juliette. Pour citer Dittmar, Fabre, Golsenne et Perrée : « Force est de constater qu’il existe une diffusion horizontale des désirs par les ≪ choses ≫, qui ne répond plus au schéma d’une transcendance. » (2018 : 16).Mur d'ex-voto à l'animita[1] de Romualdito, Santiago du Chili, 17 novembre 2018 . Photo Renée de la Torre.

Un article intéressant à propos des ex-voto qui représentaient les corps malades de la ville de Paris pendant la peste au XVIe siècle souligne les représentations qui articulent les conceptions de la ville et du corps souffrant. Cela m’a beaucoup fait penser à l’extraordinaire travail de Richard Senett, La chair et la pierre, qui montre comment les traces urbaines ont été dessinées conformément aux imaginaires qu’on avait du fonctionnement physionomique du corps. À travers la représentation votive de la ville comme un corps solidaire qui souffre de la contagion, on peut aussi avoir accès aux expériences corporelles qui articulent les modes de vivre la ville. Mais à la même époque, à Florence en Italie, l’acte votif fut instrumentalisé comme preuve non seulement de l’intervention divine mais surtout de la relation de ladite intervention avec les membres de l’élite, qui l’utilisèrent comme un signe de pouvoir.

Salle d'ex-voto dans le sanctuaire du Bon Jésus, Bahia Brésil, 5 avril 2013. Photo Renée de la Torre.

Traiter des expressions votives ne signifie pas seulement étudier les objets, sinon y inclure aussi l’acte votif. Cette activité est en soi un système rituel par lequel on paie en rendant grâce à la divinité pour une faveur octroyée, mais elle est immergée dans un système rituel plus complexe. C’est une expérience cosmologique présente dans différentes cultures et religions et qui est en lien avec la magie, le spirituel, les pouvoirs surnaturels, la croyance en des divinités qui agissent sur les problèmes des mortels. Ce système permet de maintenir une communication entre les êtres et les forces invisibles mais qui trouve son support dans la production et la circulation de matérialités diverses qui, en se ritualisant, se transforment ontologiquement. Le système votif est lié aux lieux sacrés. Des lieux vers lesquels on pèlerine dans le but de demander l’intervention des divinités et, plus tard, pour payer les faveurs reçues. Ce système d’échanges possède aussi ses codes symboliques dans lesquels opère la représentation matérielle ou graphique du mal-être au travers de stratégies narratives comme la métonymie et la métaphore. Ce système huile et entretient aussi le système de culte des reliques (nombreuses sont les offrandes qui se déroulent dans les lieux sacrés où se trouvent des reliques: objets matériels des restes de saints) qui à leur tour établissent le lien entre le ciel et la terre. Dans les sociétés actuelles, ni le protestantisme rationaliste, ni le matérialisme consumériste, ni la rationalité expérimentale n’ont vidé les nombreux rituels votifs de leur signification magique transcendantale.

 Los santos Niños Cuatitos[2] (jumeaux), Tzintzuntzan, Michoacán, Mexique, 13 avril 2019. Photo Renée de la Torre.

Le seigneur de los Rebozos (« des châles »), Centre Historique de Mexico, 13 avril 2019. Photo Renée de la Torre.

En Amérique Latine, que ce soit au Mexique ou au Brésil, dans les capitales comme dans les petits villages ruraux, le catholicisme populaire est un fil de continuité de cette ancienne pratique. Il est possible que les vœux aient changé avec l’apparition de nouveaux objectifs à atteindre. Il se peut que les matérialités aient été modifiées en objets plus éphémères, produits en masse, voire jetables. Mais, même ainsi – comme le mentionne Caroline Perrée – « l’ex-voto conserve la mémoire du corps, celui du donateur à soigner, celui du saint guérisseur. » (2018 :132). Le corps est toujours représenté, que ce soit des parties de ce dernier (comme les tresses des jeunes filles qui remercient ainsi pour leur mariage) ou le don des cordons ombilicaux des nouveaux nés. Le corps se fait aussi présent au travers de métonymies (comme le sont les représentations de parties du corps sur des pièces de métal ou de cire), au travers de dessins ou de photographies des opérations chirurgicales ou des accidents, au travers d’objets qui montrent qu’il y a eu un accident et qu’on en est ressorti indemne.

Ex-voto personnels dans la mission de la Sierra Gorda de Querétaro, Mexique, 18 décembre 2017. Photo Renée de la Torre.

Ex-voto corporels dans une salle  du sanctuaire de Notre Seigneur de Bonfim à Salvador de Bahia, Brésil, 5 avril 2013. Photo Renée de la Torre.

À l’occasion de ma visite au sanctuaire d’Aparecida au Brésil, je me suis dirigée vers l’endroit où sont exposés les ex-voto. Ce lieu est organisé par des employés du sanctuaire. Une des vitrines montrait de nombreux téléphones de la marque Black Berry sur lesquels se dessinait un impact de balle au niveau de la partie supérieure de l’appareil. Cet objet transmet l’histoire de quelqu’un qui allait mourir par balle et qui a été sauvé après avoir placé son téléphone sur sa tempe. Le miracle est que cette personne soit aujourd’hui en vie pour pouvoir rendre grâce. J’ai aussi trouvé des pièces de monnaie accompagnées de cette légende : « Elle a demandé la protection de Notre Dame d’Aparecida. Une des balles a frappé la pièce de monnaie qui était dans sa poche. Grâce à Notre Dame José Alencar n’a pas été blessé ».

Black Berry avec impact de balle dans la loge des ex-voto, Sanctuaire de Notre Dame d'Aparecida, Brésil, 3 octobre 2017. Photo Renée de la Torre.

Argent et légende en remerciement pour l'avoir protégé d'une blessure par balle, salle d'ex-voto, sanctuaire de Notre Dame d'Aparecida, Brésil, 3 octobre 2017. Photo Renée de la Torre.

Les béquilles sont d’autres éléments corporels qu’on peut retrouver dans les sanctuaires, mais aussi les robes de mariée ou les pulls, les vêtements pour bébés. Ces matérialités fournissent les preuves de la guérison d’une maladie ou d’un accident. Elles fournissent aussi les preuves du miracle du don de la vie après une grossesse compliquée ou bien lorsque des difficultés pour tomber enceinte se sont présentées. Elles ont aussi une fonction de témoignage.

Salle d'ex-voto au sanctuaire du Bon Jesus, Bahia, Brésil, 5 avril 2013. Photo Renée de la Torre.

Mais les ex-voto consistent aussi en des matérialités qui communiquent des sensations (de douleur ou de soulagement, des problèmes ou des succès) et qui réaffirment le miracle de la survie et de la reproduction. Certains de ces objets ont impliqué un sacrifice, d’autres sont seulement des témoignages physiques pour communiquer ce qui était sur le point d’advenir et qui n’est pas arrivé grâce à l’intervention divine. D’autres sont de simples actes de répétition (le billet, la pièce de monnaie, l’estampe religieuse qui a été achetée à l’extérieur). Des actes qui reproduisent ce qu’on voit que les autres font. Un élan qui active la vision de ce que les autres ont offert et qui invite à la répétition.

Les ex-voto nous renseignent sur la dimension accidentelle de la vie, sur la souffrance quotidienne, l’aspiration au succès (les titres universitaires en sont un exemple), les dangers, les solitudes, les drames familiaux, les problèmes économiques, etc. Comme le disent Fliche et Pénicaud: « L’écriture votive au sens large (« hétérographie ») crée de l’esthétique qui détermine, en partie, l’expérience religieuse. » (2018 : 144) mais qui possède en même temps une force factuelle afin de reproduire la croyance et le rituel.

Il faut voir et lire ce numéro pour reconnaître que les ex-voto ont été le témoignage d’époques et de cultures, ainsi que leurs adaptations actuelles suggérant qu’il s’agit d’une tradition sans frontières religieuses, temporelles, géographiques ou culturelles et qui génère des chaînes d’amour (comme les cadenas accrochés sur des milliers de ponts par les touristes dans les principales villes du monde), et qui annoncent la continuité et la vitalité d’une tradition matérielle et sensorielle capable d’expérimenter des métamorphoses continues.


L’auteur

Renée de la Torre  est professeur, chercheure au CIESAS Occidente – Mexique.


Traduction en espagnol

Diversa. Red de estudios de la diversidad religiosa en Argentina


Références

Ammerman, Nancy, 2007 Everyday religion: Observing Modern Religious Lives, Oxford: Oxford University Press

Csordas, Thomas, 1994  Embodiment and Expierience. The existential ground of culture and self. Cambridege.        New York: Cambridge University Press.

Ingold, Tim, 2015 The life of lines. New York: Rotledge.

McGuire, Mary, 2008 Lived Religion. Faith and Practice in Everyday Life, Nueva York: Oxford University Press.

Meyer, Brigit, 2018 A Estética da Persuasão: as formas sensoriais do cristianismo global e do    pentecostalismo. Debates do NER, Porto Alegre, año 19, n. 34, pp. 13-45

Latour, Bruno, 2012  Nunca fuimos modernos. Ensayos de antropología simétrica. Ciudad de México:      Siglo XXI editores.

Newell, Sasha, 2018  The Affectiveness of Symbols. Materiality, Magicality, and the Limits of the        Antisemiotic Turn. Current Anthropology,  Volume 59, Number 1, February 2018

Orsi, Robert A., 2002 La Virgen de la calle 115: fe y comunidad en Harlem italiano, 1880-1950, Yale          University      Press.

Sennett, Richard, 2007  Carne y piedra: el cuerpo y la ciudad en la civilización occidental. Alianza.

                                  , 2005 Between Heaven and Earth: The Religious Worlds People Make and the Scholars Who Study Them. Nueva Jersey: Princeton University Press.


Notes

[1] Dans la ville de Santiago du Chili, sur un mur à côté de la gare centrale, se trouve un sanctuaire de rue en l’honneur de Romualdito. Il y a différentes histoires à son sujet, la plus populaire parle d’un migrant qui avait été assassiné en passant dans la rue. Cette pratique votive reprend la tradition des autels aux animitas, « petites âmes », laquelle consiste à ce que les familiers des morts tués dans un accident montent des petites maisons sur les autoroutes ou les routes pour protéger et maintenir la communication avec les esprits qui reposent encore sur terre. Sur le mur où il fut assassiné au début du XXe siècle, les citadins laissent leurs offrandes et leurs ex-voto pour témoigner des miracles réalisés par l’animita de Romualdito. Bien qu’il y ait eu des tentatives municipales pour faire tomber le mur, les fidèles l’ont défendu et ont préservé leur dévotion populaire.

[2] Dans le temple de Soledad, à Tzintzutzan, une ville de tradition indigène purhépecha située dans l’état de Michoacán (Mexique) un culte est pratiqué aux Enfants Dieu Cuates. Ce sont deux images de Jésus enfants représentant des jumeaux (bien que théologiquement Jésus fût unique). Les fidèles ont pour tradition votive de leur apporter deux jouets similaires (car sinon on est emprisonné) et les Enfants Cuates sont reconnus pour leur intervention miraculeuse en faveur de la grossesse. C’est une appropriation indigène du catholicisme populaire syncrétique mexicain.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31/01/2021

    […] y por la invitación que los autores me hicieron a presentarla. Se publicó con el título “Retour sur l’ex-voto: une lecture de Renée de la Torre”. Es  una reseña de la propuesta de la revista y del contenido de algunos de los artículos, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search