« Techniques et contre-cultures, pour une revue récalcitrante »


Récalcitrant, -ante, participe présent et adjectif. Qui résiste en ruant, en se cabrant. Avec opiniâtreté, avec entêtement. Qui présente une résistance, dont on ne peut venir à bout, qu’on ne peut arranger à sa guise.


Une revue combative et bien vivante

Ainsi que d’autres revues (120 recensées mais davantage sans doute aujourd’hui), Techniques&Culture s’est déclarée « mobilisée » par le biais d’une motion votée par les membres de son comité de rédaction le 24 janvier 2020. Comme beaucoup de chercheur·se·s, enseignant·e·s, personnels d’appui à l’enseignement et à la recherche et étudiant·e·s, notre inquiétude est grande devant le rouleau compresseur que constitue la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Comme beaucoup de citoyen·ne·s, notre indignation – notre colère – s’accroît à mesure que des réformes démantèlent des pans entiers de notre organisation sociale et démocratique. Nous sommes vivant·e·s ! Contre ces politiques mortifères, nous le réaffirmons, nous sommes vivant·e·s ! C’est pourquoi, assumant quelques contradictions qui tiennent aux spécificités de l’organisation du travail de l’homo academicus, nous nous engageons dans un numéro spécial dédié aux techniques de lutte.


La mobilisation du point de vue de ses techniques

Aucun numéro de notre revue n’a jusqu’alors été pleinement consacré aux luttes ou même aux techniques du politique alors même que l’équipe qui l’a créée était très engagée (Cresswell 1976). Notre détermination à réparer cette situation n’en est que plus grande. Ainsi la revue Techniques&Culture abordera la question de la « mobilisation », nécessaire et vitale, dans la continuité de son approche, ancrée dans l’anthropologie des techniques mais résolument interdisciplinaire, de la matérialité des relations qu’entretiennent les humains à leurs milieux. La revue Techniques&Culture a déjà accordé son attention aux subalternalités et aux résistances vis-à-vis d’un monde en apparence « bien réglé » (numéro 56). En réfléchissant par exemple à la wild tech, c’est-à-dire à des dispositifs d’hybridation et d’innovation qui ensauvagent et bousculent la partition traditionnelle low tech / high tech (numéro 67) et, à travers elle, nombre de dualismes dont toute l’anthropologie contemporaine nous montre les limites. Ou bien en nous intéressant à la façon dont le devenir des restes met en question les processus de production et de constitution de la valeur (numéro 65-66). Ou bien encore en plaçant sur le devant de la scène ce qui s’enraye, ce qui bloque, ce qui tombe en panne et parasite la bonne marche des choses (numéro 72)… Parce que pratiquer les sciences humaines et sociales revient en premier lieu à ne pas se satisfaire des harmonies affichées et des décrets de bonne conformité sociale, les objets que nous nous sommes donnés ont souvent été, en définitive, des objets « récalcitrants ». À leur image, nous souhaitons que notre revue résiste à l’entreprise de mise au pas et de dévitalisation des savoirs en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Depuis notre perspective partielle (Haraway 2007), à la fois saisi·e·s par l’urgence et l’actualité mais aussi inscrit·e·s dans le temps long de la recherche, nous proposons de collecter et partager les outils et dispositifs des collectifs qui, à un moment donné, dans un espace donné, ont été dans l’obligation ou ont décidé de résister. Ici et ailleurs, hier et aujourd’hui, par quels moyens techniques et matériels les individus et les collectifs s’opposent-ils et luttent-ils contre des situations insupportables ? Quels sont ces objets de la (contre-)culture matérielle des conflits dits « de société » ? Quels sont les actes de récits et actions de langage divergents et les instruments par lesquels ils s’expriment dans l’espace public ? Quelles sont les techniques d’insubordination qui s’inventent et se réinventent pour trouver un mode d’action pertinent au regard d’une situation donnée et/ou d’un constat de déséquilibre des forces en présence ? Par quelle matérialité tente-t-on de se soustraire à une domination ? Comment la « mésentente » qui vient troubler l’idylle consensuelle de la politique (Rancière 1995) se trouve-t-elle lestée, instruite et outillée par les objets et les dispositifs techniques en tout genre ?

À l’aune de l’écart entre « texte public de la domination » et « textes cachés des arts de la résistance » (Scott 2019), ce numéro de Techniques&Culture souhaite documenter les modes opératoires matériels des subalternalités récalcitrantes et décrire concrètement comment la contestation d’une gouvernementalité et de ses procédures (Foucault 2004) produit des espaces autres, inventifs, sensibles, en tension éthique et esthétique (Rancière 2000). Interroger cette production d’écart, c’est par exemple comprendre comment des pneus, symboles de mobilité, sont devenus des auxiliaires indispensables du piquet de grève, savoir pourquoi l’usage d’un fax ou d’une photocopieuse permet de signifier qu’un dialogue est rompu, appréhender quand l’établissement d’un camp précaire devient un manifeste sur l’habitabilité du monde, décrire comment le jaune fluo à bandes réfléchissantes a fait irruption dans les couleurs habituelles du rassemblement politique, relater à quelle occasion l’activation d’un rituel de sorcellerie ou d’une chorégraphie peut désarçonner l’exercice brut de la force, etc. Les objets « désobéissants » (Flood & Grindon 2014) prolifèrent et un numéro de Techniques&Culture ne saurait à lui seul en épuiser l’inventaire, tout au plus parviendrons-nous à esquisser un manuel technocritique qui donne à penser aux lectrices et aux lecteurs quelques voies de libération ou d’échappement au jeu réglé des mécanismes de l’autorité.

Un engagement éditorial pour répondre à l’urgence

Le comité de rédaction de Techniques&Culture réuni en plénière à Marseille le 31 janvier 2020 a décidé, d’une part, de décaler le calendrier de ses numéros en cours pour donner priorité à la conception-réalisation de ce numéro, et d’autre part, de conduire ledit numéro selon un agenda d’urgence, pour une parution à l’automne 2020. Nous considérons collégialement que notre mobilisation doit se déployer, d’une part vers le public, en éditant des techniques de lutte et des techniques de liberté pour ceux qui en manquent (et les chercheur·se·s ne sont pas les plus  outillé·e·s), pour celles et ceux qui se questionnent encore sur l’urgence de se mettre à l’œuvre, pour ceux et celles qui cherchent à aller plus loin. D’autre part vers le milieu de la recherche, en nous impliquant dans l’organisation des actions collectives soucieuses de l’autonomie et de la liberté de penser. Il ressort de cette disposition que, pour nous affirmer « en lutte », davantage de travail et d’énergie sera encore consenti par des personnes dont on s’accorde à dire qu’elles croulent déjà sous les diverses tâches qui incombent à leur pluralité d’engagements (Thévenot 2006). Le collectif a tranché, entre la grève et le « travail gratuit » (Simonet 2018) nous cheminerons. Une autre conséquence de ce choix est que notre protocole éditorial habituel – qui requiert un an et demi à deux ans de « chaîne opératoire »  – sera bousculé : nous allons… faire autrement. Et nous prendrons toutes les libertés nécessaires afin de tenir la cohérence de notre posture. Aussi, si ce texte n’est pas, à proprement parler, un appel à contributions, nous invitons toutes les bonnes volontés que ce numéro consacré aux techniques de résistance et de lutte intéresse à se rapprocher sans délai des personnes en charge de la coordination de ce numéro.


Contre la domestication et la dévitalisation des savoirs, nous imaginons un manuel “technocritique” (Jarrige 2016).


La coordination


Bibliographie succincte

  • Abbey, E. 2013a Le Gang de la clef à molette. Traduit par Jacques Mailhos. Paris : Gallmeister.
  • Abbey, E. 2013 Le retour du gang. Traduit par Jacques Mailhos. Paris : Gallmeister.
  • Aleksic, K. 2017 « La théâtralisation d’une lutte “écoféministe” », Multitudes 2 (67) : 57-65.
  • Boidy, M. 2017 « Luttes de représentation, luttes de visibilité. Notes sur l’iconographie et l’iconologie politiques des dominé(e)s », Hybrid. Revue des arts et des médiations humaines 4 [En ligne] : http://www.hybrid.univ-paris8.fr/lodel/index.php?id=842.
  • Bouvier, S. 2018 « Livreur.ses de tous les pays, unissons-nous ! », Mouvements 3 (95) : 140‑49.
  • Braun, B. & Whatmore, S. dir. 2010 Political Matter. Technoscience, Democracy, and Public Life. Minneapolis : University of Minnesota Press.
  • Butler, J. 2006 Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité. Traduit par Cynthia Kraus. Paris : La Découverte.
  • Cefaï, D. 2007 Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective. Recherches / M.A.U.S.S. Paris : La Découverte.
  • Centemeri, L. 2011 « Retour à Seveso La complexité morale et politique du dommage à l’environnement », Annales. Histoire, Sciences Sociales 66e année (1) : 213-240.
  • Centemeri, L. 2017 « From Public Participation to Place-Based Resistance. Environmental Critique and Modes of Valuation in the Struggles against the Expansion of the Malpensa Airport », Historical Social Research 42 (3) : 97-122. doi : 10.12759/hsr.42.2017.3.97–122.
  • Cohen, Y. 2008 « Un ingénieur et sa pratique. Les techniques et la subjectivité », Documents pour l’histoire des techniques 15 : 77-89.
  • Cowen, D. 2017 « Infrastructures of Empire and Resistance », Verso (blog). [En ligne] : https ://www.versobooks.com/blogs/3067-infrastructures-of-empire-and-resistance.
  • Crawford, M. B. 2010 Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail. Traduit par Marc Saint-Upéry. Cahiers libres. Paris : La Découverte.
  • Cresswell, R. 2010 [1976] « Techniques et culture : les bases d’un programme de travail », Techniques&Culture 54-55 [En ligne] : http://journals.openedition.org/tc/4979. doi : 10.4000/tc.4979.
  • D’Allens, G., Andrea, F. & F. Jarrige 2018 « Politiser les infrastructures nucléaires : les résistances au projet Cigéo à Bure. Entretien avec Gaspard D’Allens et Andrea Fuori, auteurs militants de Bure, la bataille du nucléaire », Tracés 35 : 229-249. doi: 10.4000/traces.8527.
  • Da Costa, B. & K. Philip dir. 2008 Tactical Biopolitics. Art, Activism, and Technoscience. Cambridge / London : MIT Press (Leonardo Books).
  • Feenberg, A. 2004 (Re)penser la technique. Vers une technologie démocratique. Traduit par Anne-Marie Dibon. Recherches / M.A.U.S.S. Paris : La Découverte.
  • Flood, C. & G. Grindon dir. 2014 Disobedient Objects. Londres : V&A Publishing.
  • Foad, H. & M. Baljko 2014 « Subversive Interaction Design : Inspiration and Design », in J. Salamanca, P. Desmet, A. Burbano, G. Dina, S. Ludden & J. Maya dir. The Colors of Care : Design & Emotion 2014, 9th International Conference, Colombia. Bogota : Universidad de los Andes : 25-31.
  • Fondation Copernic dir. 2019 Manuel indocile de sciences sociales. Pour des savoirs résistants. Paris : La Découverte.
  • Foucault, M. 2004 Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978. Paris : Gallimard-Seuil (Hautes études).
  • Fourmentraux, J.-P. 2017 « Disnovation. Archéologie de quelques dispositifs médiactivistes low-tech ». Techniques&Culture 67. [En ligne] : http://journals.openedition.org/tc/8522.
  • Glowczewski, B. 2019 « Se soigner en soignant la terre », Multitudes 4 (77) : 161-167.
  • Guille-Escuret, G. 2010 « Retour aux modes de production, sans contrôle philosophique », Techniques&Culture 54-55. doi : 10.4000/tc.5017 : 489-505.
  • Haraway, D. J. 2007 Manifeste cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes. Anthologie établie par L. Allard, D. Gardey & N. Magnan. Paris : Exils (Essais).
  • Hatuka, T. 2018 The design of Protest. Choreographing Political Demonstrations in Public Space. Austin : University of Texas Press.
  • Hervet, C. 2019 « Réfractaires et irrécupérables. Penser la résistance à l’incorporation sociale », Tracés 37. https://doi.org/10.4000/traces.10165.
  • Jarrige, F. 2016 Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences. Paris : La Découverte.
  • Kyrou, A. 2012 « L’imaginaire des Anonymous, des luddites à V pour Vendetta », Multitudes 3 (50) : 165-173.
  • Lallement, M. 2015 L’âge du faire. Hacking, travail, anarchie. La couleur des idées. Paris : Éditions du Seuil.
  • Le Texier, T. 2016 Le maniement des hommes. Essai sur la rationalité managériale. Paris : La Découverte.
  • Lebovici, E. 2017 Ce que le sida m’a fait. Art et activisme à la fin du xxe siècle. Paris : jrp|ringier.
  • Marquet, C. 2018 « Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les data centers à Plaine Commune ». Tracés 35. [En ligne] : https ://doi.org/10.4000/traces.8235 : 75-98.
  • Mathieu, N.-C. dir. 1985 L’arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes. Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales (Cahiers de l’Homme).
  • McGarry, A., Erhart, I., Hande, E.-Z., Jenzen, O. & U. Korkut dir. 2019 The Aesthetics of Global Protest. Visual Culture and Communication. Amsterdam University Press. [En ligne] : https ://doi.org/10.2307/j.ctvswx8bm.
  • Pfaffenberger, B. 1992 « Technological Dramas », Science, Technology & Human Values 17 (3) : 282-312.
  • Rancière, J. 1995 La mésentente. Politique et philosophie. La philosophie en effet. Paris : Galilée.
  • Rancière, J. 2000 Le partage du sensible. Esthétique et politique. Paris : La Fabrique.
  • Rosini, P. 2012 « Le fragile refuge de l’habitude. Rythmes et ruptures du travail intérimaire », Techniques&Culture 58 « Objets irremplaçables ». [En ligne] : https://journals.openedition.org/tc/6356 : 212-239.
  • Scott, J. C. 2019 La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne. Traduit par Olivier Ruchet. Paris : Éditions Amsterdam.
  • Shell, J. 2015 Transportation and Revolt. Pigeons, Mules, Canals, and the Vanishing Geographies of Subversive Mobility. Cambridge : The MIT Press (Mobility studies).
  • Sigaut, F. 2004 « Folie, réel et technologie. À propos de Philippe Bernardet, Les Dossiers noirs de l’internement psychiatrique, Paris, Fayard, 1989 », Travailler 2 (12) : 117-130. [En ligne] : https://www.cairn.info/revue-travailler-2004-2-page-117.htm.
  • Simonet, M. 2018 Travail gratuit. La nouvelle exploitation ? Petite encyclopédie critique. Paris : Textuel.
  • Siniscalchi, V. 2019 « Mobilization, activism and economic alternative » in J. G. Carrier dir. A Research Agenda for Economic Anthropology. Cheltenham : Edward Elgar : 105-118.
  • Starhawk, 2003 Femmes, magie et politique. Traduit par Morbic. Paris : Les Empêcheurs de penser en rond.
  • Tabet, P. 1979 « Les Mains, les outils, les armes », L’Homme 19 (3) : 5-61. [En ligne] : https://doi.org/10.3406/hom.1979.367998.
  • Tabet, P. 1998 La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps. Paris : L’Harmattan (Bibliothèque du féminisme).
  • Thévenot, L. 2006 L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement. Paris : La Découverte (Textes à l’appui / Politique et sociétés).
  • Tilly, C. 2008 Contentious Performances. Cambridge : Cambridge University Press (Cambridge Studies in Contentious Politics). doi :10.1017/CBO9780511804366.
  • Treré, E. 2019 Hybrid Media Activism. Ecologies, Imaginaries, Algorithms. New York : Routledge (Routledge studies in radical history and politics).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.