L’esperluette de Claude Lefébure

Sous la bienveillante férule de Robert Cresswell – recevant, à l’origine chez lui, une douzaine d’affidés – naquit en 1976 Techniques et Culture, organe d’expression dactylographié de l’équipe CNRS du même nom créée un an auparavant. Sept années plus tard, avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme de Clemens Heller, adviendrait sa nouvelle série, celle à l’esperluette dodue et au bandeau maussien « Pour une ethnologie de l’acte traditionnel efficace » que j’avais voulus. Cette esperluette-là, à mes yeux la meilleure entremetteuse du marché typographique, c’était pour insister sur l’entreprise de déchiffrage que nous nous étions donnée. À terme, mettre tout dans le et : ces relations à dévoiler entre l’instance des pratiques techniques et celle du système culturel dans une société donnée. Nos soubassements ? Moitié crypto marxisme, moitié matérialisme enchanté.

Extrait de Claude Lefébure « Retour sur Linguistique et technologie culturelle »

Regardez l’esperluette, recopiez-la, dans son tracé se cache un esprit, Claude Lefébure l’a emprisonné au moment où naissait Techniques&Culture. Manipuler correctement l’esperluette est l’un des rites d’initiation du comité de rédaction: ne pas confondre simple coordination de Techniques et Culture avec la ligature entre Techniques & Culture. La création de ce Carnet en ligne a permis la radicalité de l’agglutination de Techniques&Culture. C’est toute une philosophie des liens, des affordances, vers un comparatisme interspecifique qui réside dans ce symbole. En 2010, lors du séminaire qui eut lieu pour le 35e anniversaire de la revue, Bob Creswell, Pierre Lemonnier, et bien d’autres revenaient sur cette création : débats à grande gorge sur les évolutions et les non-évolutions épistémologiques, le décryptage crypto-structural des franches réussites, les échecs piquants et les hésitations… Et Claude Lefébure convoque alors cet esprit, avec une pointe de pessimisme. Il parlait du « deuxième souffle » qui s’ouvrait pour la revue. Vers quoi nous orientions-nous ? Davantage d’abstraction ? Moins de passion ? La question du nombre, de la « masse critique » revenait sans cesse. Comment être plus nombreux lorsque nous ne sommes pas dans le modèle dominant ?

Anthropologue du monde berbère, grand spécialiste des Aït Atta, Claude Lefébure déployait une technique de description des chaînes opératoires précise et affûtée. Son article augmenté, publié en 2010 dans le numéro anniversaire 54-55 Cultures matérielles, est le témoignage de ce travail lent, long et extrêmement rigoureux. « Linguistique et technologie culturelle: l’exemple du métier à tisser vertical berbère » démontre comment l’enquête lexicographique et l’analyse linguistique croisent et enrichissent les études de technologies culturelles. Jusqu’à démêler les entrelacs de la matière et de la poésie.

Dans un chant recueilli en 1967 (Harries 1970), le Maître d’un de ces groupes a un prologue que je traduis :

« Louange à Dieu. Sans Lui saurait-on dévider le poème. Louange à Dieu. Sans Lui saurait-on n’en pas perdre le fil.
Qu’alternent les mots ! Qu’ils vous livrent mes réflexions.
Qu’alternent les mots ! Leurs motifs sont à ma disposition.
La tisseuse et moi, les figures sont notre lot :
Nous activons-nous à l’une, c’est à la prochaine qu’il faut penser. »

[…] Pour un esprit berbère, l’entrelacs des fils et celui des mots sont donc parents. Le nom de la chaîne à tisser et celui de l’ensouple, les noms du fil de trame et du motif décoratif, connotent à divers degrés l’idée de création littéraire.

Extrait de Claude Lefébure, « Linguistique et technologie culturelle: l’exemple du métier à tisser vertical berbère » 

Claude Lefébure est parti le 15 avril 2020, emporté par un virus pandémique invisible né du temps des catastrophes. Mais l’esperluette persiste et persévère.

Dix ans après, nous pourrions débattre de ses angoisses de l’époque. La revue pulse un nouvel air, ses numéros tentent à chaque fois de réussir l’entremise entre instance technique et systèmes culturels. Le public s’élargit, les croisements et les rapprochements indisciplinés se sont accentués jusqu’à défriser certains, la chaîne opératoire est plus que jamais dans notre ligne de mire. Les questionnements se sont ouverts à des champs inexplorés, dans les numéros de ces dernières années, sur les techniques « low » et « wild », sur la panne (phénomène largement systémique), sur les façons de réparer le monde, de matérialiser les désirs, ainsi que dans les prochains numéros consacrés aux biomimétismes puis aux techniques de liberté.

C’est toujours bon, quand on reprend du souffle, de réentendre les fondamentaux:

« Grâce aux travaux qui ont été faits avant, en technologie culturelle « nouvelle formule », par des gens qui regardent la matière, qui regardent les objets, pas pour ce qu’ils signifient d’abord, mais pour ce qu’ils font – les gens qui se posent la question: « que font les objets dans la société que les mots seuls ne feraient pas ? » Il s’est simplement passé que plus personne aujourd’hui ne peut mettre en doute le fait qu’en regardant comment ça marche physiquement, en décrivant des chaînes opératoires – pas comme des malades comme on l’a fait, mais au moins en regardant comment ça agit sur la matière – on trouve sur les sociétés et les cultures, sur les systèmes de pensée et les systèmes d’action, des choses fondamentales qu’on ne peut pas trouver autrement. CQFD. On a eu raison ! »

Pierre Lemonnier lors de cette même journée des 35 ans de la revue Techniques & Culture


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search