Georges Guille-Escuret, un anthropologue dans la Nature

Georges Guille-Escuret et Séjin Park, en 2010 à la Vieille Charité photographiés par Frédéric Joulian

Nous avons l’immense tristesse de vous annoncer la disparition de notre collègue et ami Georges Guille-Escuret emporté la semaine dernière par une leucémie foudroyante.

Sa double formation en éthologie (il était un spécialiste des termites) et en anthropologie des techniques (du monde viticole notamment) faisait de lui un chercheur hors normes dans les secteurs des SHS. Son immense érudition n’avait d’égale que son implacable exigence intellectuelle qu’il mobilisait pour attaquer les grandes questions de l’anthropologie comparative – celle du cannibalisme notamment, à laquelle il consacrera toute une série d’ouvrages – mais aussi pour être l’homme de son temps, celui qui pourfendait les réductionnismes les plus patents de notre époque ; le sociobiologisme, le cognitivisme ou le culturalisme. Son influence en archéologie mais également dans le secteur du développement agricole, de l’anthropo-technologie ou de l’épistémologie critique est cruciale et encore à venir.

Mais l’heure des évocations et hommages intellectuels à ses 25 livres et centaines d’articles n’est pas encore venue et nous pensons ce jour plutôt à l’ami qu’il fut depuis 30 ans au sein de l’équipe CNRS Techniques et Culture puis au Centre Norbert Elias, nous songeons aux multiples enseignements et séminaires que nous avons montés, à Techniques&Culture, à la MSH, au Collège de France et depuis quinze ans au CNE, à toutes ces aventures de la pensée souvent à mi-chemin entre écologie et anthropologie jouées ensemble avec les collègues et étudiants dont il s’occupait avec passion et exigence.

Nous pensons aujourd’hui à son immense générosité, à son rire gargantuesque, à ses irrévérences, à ses cigares, aux vins du Languedoc, à sa discrétion, à son départ radical.

Que ses deux fils, Charles et Paul et tous ses proches trouvent ici l’expression de notre affection la plus sincère,

Frédéric Joulian (Centre Norbert Elias/EHESS), Suzanne de Cheveigné (Centre Norbert Elias/CNRS)


 


Encore quelques liens pour réécouter Georges Guille-Escuret :

Et enfin :


5 réponses

  1. En tant que chercheur de l’équipe Interactions et Adaptations Bioculturelles du Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive à Montpellier, je souhaite témoigner de l’apport de Georges Guille-Escuret à mes/ nos recherches, surement parce que comme lui, nous sommes tour à tour Anthropologue et Ecologue. Grand visionnaire des relations entre les sociétés et leurs natures au pluriel, il laissera à tout jamais des traces qui perdureront dans notre communauté. Nous avons eu la joie d’accueillir Paul Guille-Lescuret son fils, venu nous dire qu’en tant que biologiste et plutôt mathématicien, il souhaitait ardemment faire désormais de l’anthropologie. Il nous aura aussi beaucoup apporté et nous souhaitons dire aujourd’hui à Paul que nous sommes à ses côtés et pensons très fort à lui. Affectueusement, Yildiz

  2. Léo Mariani dit :

    « Une vilaine sciatique qui m’empêche de travailler ». L’empêcher de travailler ? J’aurais dû comprendre. Merci Georges pour tes débordements, de vin, de passion, d’intelligence et d’humanité. So long, Léo

  3. Nora GUELIANE dit :

    Condoléances sincères et attristées à ses enfants ainsi qu’à toute sa famille

  4. Laurent Barry dit :

    Georges a été mon professeur à Nanterre Paris X et j’admirai tout à la fois son intelligence, son éclectisme intellectuel et son immense rigueur scientifique. Sans oublier sa jovialité et son humour toujours présents. Sa connaissance croisée dans les domaines de la théorie évolutionniste et de l’ethnologie était sans équivalent en France.
    Il restera toujours dans nos mémoires.
    Laurent Barry

  5. GUY dit :

    Intelligence, fulgurance, gentillesse, exigence et bienveillance, drôlatique. Le géant aux cigares s’en est allé. Merci Georges pour tous ces partages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search