8es rencontres : “De tout pour faire un rite” au Mucem

Scène de tatouage en gros plan (Point Chevalier, Nouvelle-Zélande), 2007 © Sébastien Galliot


MUCEM LAB - Fort St Jean [salles Khamsim & Meltem]
entrée 201 quai du port
mardi 29 et mercredi 30 mars 2022

Placées sous la coordination de Sébastien Galliot, Frédéric Joulian et Pierre Lemonnier, ces rencontres sont destinées à discuter les propositions d’articles retenues : chaque auteur, autrice ou collectif a 15 minutes pour présenter son projet. Les sessions sont ponctuées d’un temps d’échanges à partir de chaque exposé.

Présentations et discussions se concrétiseront par un numéro dont la parution est programmée à l’automne 2022.

Ces rencontres en présence et à distance sont ouvertes à toute personne intéressée. Entrée libre et gratuite sous réserve d’inscription préalable en écrivant à mucemlab@mucem.org.


De l’accumulation de pierres dans les troncs d’arbres par des chimpanzés d’Afrique de l’Ouest, aux pratiques de fertilisation biodynamiques en passant par les initiations maçonniques, les conduites rituelles n’interviennent pas toujours, et en vérité rarement, in loco verbi (à la place des paroles), contrairement à ce qu’affirmait Claude Lévi-Strauss (1971). Cependant, alors que matières et artefacts rituels font l’objet d’un regain d’intérêt en anthropologie et en histoire, la « causalité rituelle » demeure souvent la boîte noire de ces disciplines.

Dans le cadre de cette rencontre de Techniques&Culture on entendra par rituel des événements répétitifs, constitués d’une suite de paroles et d’actions, suivant un scénario connu à l’avance, parfois difficiles à relier logiquement aux effets qu’ils sont supposés produire et mettant en jeu des entités surnaturelles et/ou des objets spéciaux. Ceci représente un champ de pratiques extrêmement vaste mais exclut d’une part les formes individuelles, routinières, peu ou pas réflexives et ordinaires de rites de la vie quotidienne comme serrer des mains ou promener son chien (pour emprunter des exemples à Jack Goody), et d’autre part, les ritualisations animales renvoyant à des comportements adaptatifs (comme les divers comportements de parade).

Si de nombreux rites procèdent par manipulation de signes et de symboles dans une relation sémiotique, par exploitation de la force iconique de certaines images, par usage d’espaces délimités particuliers, d’artefacts intercesseurs et médiateurs entre les humains et non-humains, ou par la seule performance verbale, nombreux également sont ceux qui emploient des objets quotidiens pour effectuer des actions et atteindre des objectifs tangibles que les mots seuls ne peuvent atteindre. Souvent, l’ordre et la coordination des actions sont eux aussi partie prenante du processus rituel. Ce sont alors les modes d’assemblages et la combinatoire de divers objets et techniques qu’il y a lieu de décrire et de comprendre. Qu’il soit positif ou négatif, profane ou sacré, thérapeutique ou initiatique, le rite sera donc abordé en tant que cadre institué d’actions visant un large éventail d’objectifs et d’effets tangibles et intangibles. Ce sont tout particulièrement le fonctionnement des rituels et les processus de fabrication de leurs effets, plutôt que la « fonction » des rituels, que les contributeurs sont invités à explorer par des études de cas ethnographiques et des travaux d’archives.

Cet ouvrage collectif ne posera pas tant la question de la fonction des rituels que celle de leur fonctionnement : ce qui y est mis en œuvre pour qu’ils atteignent les buts que les acteurs ou que les chercheurs leur attribuent. À la suite de la proposition de clarification des cadres d’observation proposée par François Sigaut (1987), nous distinguons entre « structure, fonctionnement et fonction » afin de s’attacher aux accomplissements et aux effets des rituels et non aux seules significations.


mardi 29 mars • 11h-16h30


11h – Accueil et mots d’ouverture du Mucem, de la revue
et de la coordination scientifique du numéro

11h40-14h25. Approches processuelles des rituels

Modération : Pierre Lemonnier et Ingrid Sénépart

  • Sandrine Ruhlmann (CNRS). L’allumage du feu, une séquence élémentaire du rituel matrimonial mongol
  • Marc-Emmanuel Grandgeorge (Université de Strasbourg). Défaire ce qui enserre. Fabrication, utilisation et symbolique de la corde dans les soins au Gabon
  • Aïda Filali Ansary (Architecte indépendante). Essai de conception alternative de l’architecture : la chaîne opératoire

12h45-13h45 : pause repas

  • Xavier Hermant (chercheur indépendant). Consommation carnée et religion nouvelle
  • Étienne Bourel (LADEC). Dépôt et rituel près d’un grand arbre. Un chantier au Gabon

14h30-16h45. Approches englobantes

Modération : Frédéric Joulian et Pierre-Olivier Dittmar

  • Ludovic Coupaye (University College London). Aiguiser le jëwaai grâce au yakët. Techniques et matériaux de l’efficacité à Nyamikum
  • Guillaume Alévêque (IIAC). Quand les mauvais esprits redeviennent des ancêtres. Ritualisation et sécularisme à Tahiti
  • Sandra Revolon & Anne Di Piazza (AMU et CNRS). Comme des bêtes ! L’engendrement interspécifique chez les Owa (îles Salomon)

15h30 : pause café

  • Leonardo Bora & Lucas Bártolo (Museu Nacional / UFRJ Instituto de Estudos da Religião (ISER), Brésil). Barracão : l’art et le travail dans le système technique du carnaval des écoles de samba au Brésil
  • Francesca Cozzolino & Sophie Krier (Ensad). « Faire danser la terre ». Le lasotè : un rituel agricole en Martinique
  • Loreley Franchina (LinCS / Université de Strasbourg). Apaiser, circonscrire, se prémunir. Étapes rituelles qui confèrent la protection et contribuent à l’efficacité rituelle

16h20 – Débat général avec Techniques&Culture, les participants et le public


mercredi 30 mars • 9h30-16h30


9h30-11h. Des objets singuliers

Modération : Sébastien Galliot

  • Frédéric Joulian (EHESS). Des origines animales du rite
  • Nicolas Nova (HEAD Genève). Curious rituals
  • Claire Bodolet (Cermes3 chercheuse associée). Chausser son nez rouge. Enjeux et rituels dans la profession de clown
  • Anne Dalles Maréchal (EPHE / GSRL). « Des robes nuptiales sans noces ». Fabrication de vêtements de mariage nanaï, Extrême-Orient de la Russie

11h30-15h45. Les dispositifs matériels et Structures performatives

Modération : Frédéric Joulian

  • Pierre Lemonnier (CNRS). Un pochon magique peut en cacher un autre. À propos d’objets rituels anga (Papouasie-Nouvelle-Guinée)

12h-13h : pause repas

  • Monia Bousnina (Université Ferhat Abbés, Sétif). La ziara du saint Sidi el Khier : entre matérialité et intercession religieuse
  • Emmanuel de Vienne (LESC). Quand faire c’est seulement dire. Note sur le rapport entre technologie et mot magique
  • Cécile Vandernoot (Université catholique de Louvain). Immobilité, postures, artefacts : effets sur les rites
  • Éléonore Hourt (Sophiapol). Langage, paroles, et interactions dans le cadre des audiences d’application des peines
  • Sylvia Frederikkson, Anne-Laure Fréant, Manon Souchet & Luiz Gustavo Machado de Carvalho (Ecolab / Esad Orléans). Concevoir des matérialités agissantes

 16h – Débat général avec les coordinateurs, Techniques&Culture, les participants et le public


[Télécharger le PDF du programme]


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pain Jean-Pierre dit :

    A l’issue de “De tout pour faire un rite” avez-vous édité une synthèse des interventions?
    Si oui, où puis-je l’obtenir? Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search