The arts of living with nature, visioconférence, 7-11 mars 2022

Le symposium “The arts of living with nature” porté par le Research Institute for Humanity and Nature de Kyoto est le fruit d’une collaboration interdisciplinaire franco-japonaise à propos des façons de penser et pratiquer la Nature. Il se déroulera en ligne, du 7 au 11 mars 2022, sous la coordination scientifique de Frédéric Joulian (Centre Norbert Elias / EHESS), Ken-ichi Abe (RIHN) et Daniel Niles (RIHN).

D’une réflexion théorique sur les rapports entre anthropologie et philosophie asiatique et occidentale au départ (journées d’étude 2018, Marseille et Paris), les chercheurs sont passés à une entreprise plus élargie de débats et de contributions autour de la question : “La nature pense-t-elle ?” (symposium 2019, Paris) pour aujourd’hui mettre ensemble le savoir des sciences humaines, des artistes et des sciences de la nature avec comme point de départ les expériences et savoirs traditionnels en matière d’administration du milieu.

Comment depuis la préhistoire la plus ancienne les cultures humaines vivent et aménagent-elles leurs milieux ? Comment face au changement climatique brutal que la planète est en train de vivre pouvons nous user de toutes les leçons des savoirs locaux tels que la préhistoire, l’anthropologie, l’écologie ou les productions artistiques peuvent les exprimer ? La rencontre mêlera intimement toutes ces dimensions sous deux formats de discussion : académique et publique, l’idée étant de faire participer très largement les auditeurs en ligne.

La rencontre est ouverte aux expériences les plus diverses : des primatologues, des anthropologues, des spécialistes de musées, des artistes, des géographes… japonais, américain, australien, malien, canadien et bien sûr aussi d’une participation française avec l’équipe Techniques&Culture et l’EHESS (Frédéric Joulian, Damien Kunik, Tim Ingold, Yoann Moreau, Caroline Darroux, Augustin Berque, Maëlle Calandra et Tadashi Ono) tous spécialistes des rapports sociaux et idéels aux techniques et aux natures. Les débats seront animés par Frédéric Joulian, Kennichi Abe et Daniel Niles, qui recevront Juichi Yamagiwa (directeur général de l’Institut, spécialiste des Gorilles et de l’évolution humaine) et Oussouby Sacko (architecte et urbaniste, président de l’Université Seika) pour ouvrir le bal le 8 mars et le clôturer le 11.


> Programme complet et modalités de participation sur le site web du colloque.


This 2021/2022 symposium builds on two previous RIHN collaborations with scholars at Kyoto University and EHESS of France (“Dialogue: Japanese Views of Nature” at Kyoto University in 2018, and “Does Nature Think?”, held at UNESCO Headquarters and at Maison de la Culture du Japon in Paris, 2019). Those events joined Japanese and French scholars in exploration of different philosophical standpoints and field studies challenging the dualistic modern Nature/Culture paradigm. These past inquiries must also be extended to dismantle the dualisms clinging to key concepts of our present symposium, such as art/technology, art/craft, aesthetic/utility.

The garden provides a key point of entry. Gardens are sites of both labor and repose, idealized representations of nature that are nourishing to body and mind. In microcosm, gardens can express human understandings of the principles of life, even as their plants, trees, animals, insects, and soils remain as silent ambassadors of other kinds of time and patterns of interaction. In human history, gardening is also a close cousin of gathering, and in this view, the techniques of the garden also extend to other much more dispersed activities and territories, informing different ways of life in particular places.

In the Arts of Living, we continue to explore Eastern and Western conceptions of natural intelligence, for such ideas of unpossessable alterity affirms a creative role for humankind. We explore these root sources of human creativity in the material world, as they extend across the formal plastic arts, craft, and fields such as dance, music, and performance, all of which can be seen to speak to the human hope for life within a nature that remains a vast source of the unknown.


1 réponse

  1. La survie dit :

    J’adore. La nature pense-t-elle ? C’est un sujet que j’aurais aimé avoir eu au bac de philo. Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search