Appel à contributions : Matérialiser les désirs

Qu’est ce que l’on dit avec quelque « chose » qu’on ne pourrait dire avec des mots ? La forme ex-voto offre un paradigme de première envergure pour penser la place de la matérialité dans les pratiques de transaction avec les invisibles. Depuis la Chypre du néolithique et la Crète minoenne, dans la Grande Grèce du ve siècle, dans l’Italie du xve siècle, sur les îles Trobriand jusqu’au siècle dernier, à Paris ou à Tokyo au xxie, des femmes et des hommes expriment leurs souffrances et leurs désirs par des objets. Cette documentation remarquable a trop souvent été cantonnée aux inventaires de musées et aux études sur l’art et les dévotions populaires.

Alors que la recherche sur ces pratiques a mobilisé plusieurs enquêtes en histoire de l’art ces dernières années, qui ont fortement changé notre perception de ce phénomène [1], et dans le prolongement d’un séminaire conduit depuis trois ans au sein de l’EHESS, (« Saintetés, sacralités, dévotions. Pour une anthropologie historique de l’objet votif »), la revue Techniques&Culture lance cet appel à contribution, qui souhaite donner par la mobilisation des ressources les plus larges toute sa puissance heuristique à l’objet ex-voto.

Pour mieux saisir l’ampleur du phénomène, il est indispensable d’oublier temporairement le monde des maquettes de bateaux et des petites peintures « naïves », afin de rendre à la pratique toute sa diversité : amas de cire disposés dans les églises, fruits et légumes déposés devant des autels, figurines animales mais aussi tableaux de Raphaël, de Poussin ou d’Ingres, places de villes ou églises, tout ou presque peut être investi d’une intention votive.

Si l’accumulation d’organes malades, de béquilles ou de plâtres force à penser l’exposition collective de souffrances intimes, la diversité des pratiques contemporaines oblige à re-situer le phénomène dans le cadre d’une société de consommation et invite à tenir compte des photographies de motos ou autres engins désirables, des T-shirt de footballeurs, des serments d’amour et des remerciements pour un diplôme ou pour un permis de conduire, autant de pratiques qui invitent à s’émanciper de la notion de vœu (païen puis chrétien) pour trouver, celle plus englobante, de désir.

On le comprend, il s’agit dès lors d’approcher la chose et le problème par ses limites, sans négliger la part de fascination qu’il exerce, en embrassant dans un même mouvement, d’une part l’incroyable stabilité des formes relevée par Georges Didi-Huberman [2], qui impose de penser la présence d’objets quasiment similaires, fragments de corps, pieds, mains, seins, dans les dépôts votifs celtiques et les sanctuaires chrétiens du xxie siècle, et d’autre part un besoin d’histoire toujours plus urgent, face à un phénomène totalement plastique, dont la compréhension est constamment mobile, qui participe à l’émergence du portrait individuel, promeut l’usage de la photographie dévotionnelle, et associe dans un même mouvement des chefs-d’œuvre de Crivelli ou de Philippe de Champaigne et des cadenas accrochés par des touristes sur le pont des Arts à Paris.

Pour mieux travailler ce terrain essentiellement comparatif, articuler son hétérogénéité et rendre compte de ses singularités, nous proposons une définition par provision de ce phénomène :

« L’ex-voto est un objet manufacturé (écrit, peint, moulé, etc.), ou non (nourriture, animal vivant, etc.), placé dans un lieu cultuel spécifique, supposant un transport et matérialisant une transaction avec une puissance supposée agissante en ce lieu. Il associe à une pratique collective un acte personnel ou attaché à une communauté spécifique (l’équipage d’un navire, par exemple). »

Cette définition est à dessein la plus générale possible. Elle ne spécifie ni les objets, ni les lieux, ni les puissances.

Plusieurs axes de travail peuvent faire l’objet de contributions :

  1. Matérialité et temporalité. Ce premier axe consiste à étudier la fabrication des ex-voto, sur laquelle repose en partie leur efficacité. Ce travail sur la matière est notamment mis en scène par les récits de miracles, qui contiennent la description de plusieurs chaînes opératoires, la réalisation de l’objet important (presque) plus que son dépôt. Chaque type de matérialisation implique un rapport au temps : d’une part, les matériaux choisis peuvent témoigner d’un rythme rapide de désirs et de satisfactions (la cire, le métal), il s’agit alors d’objets faits en série, de peu de valeur, qui anticipent sur leur destruction (ou leur réemploi ornemental) qui accompagne la satisfaction du désir, la fin de la souffrance. Mais il peut aussi s’agir d’objets de pierre ou de bois, de peintures prestigieuses destinées à durer où l’expression d’un vœu intègre d’emblée une vocation mémorielle. Entre ces deux pôles, les ex-voto témoignent d’une très grande variété de modalisations temporelles.
    Cette réflexion sur la matière implique par ailleurs tous les objets investis d’une fonction d’ex-voto indépendamment même de leur usage premier – ex voto ready made (les langes d’un enfant, un vélo, une natte de cheveux, une masse de cire brute, par exemple), en vertu de leur transport vers un « sanctuaire » pour y être déposé. On tiendra alors en compte des rituels directement ou indirectement liés à l’ex-voto (comme les messes votives par exemple), des actions corporelles, des gestes, permettant d’acter et d’activer ce changement de statut des objets.
  2. Spatialité et visibilité. Cet axe invite à considérer les dispositifs dans lesquels sont impliqués les ex-voto et le problème de leur visibilité. Les ex-voto matérialisent un temps de visibilité d’une souffrance ou d’un désir, d’un individu au sein d’un espace collectif, ou d’un collectif comme tel : on ne fait pas d’ex-voto pour soi, à l’insu de tous. L’histoire des contextes spatiaux de ces objets reste largement à écrire. Cette histoire est aussi celle des lieux d’agentivité (comme on dit des lieux de pouvoir) : si la volonté de proximité avec certaines puissances agissantes (reliques, images de culte, autels…) relève de l’évidence, on tâchera de penser aussi la présence de ces objets, non seulement auprès des sources ou dans l’épaisseur des forêts, mais aussi dans des lieux touristiques (ponts, lampadaires) dans des contextes a priori non religieux.
  3. Rapports de force. L’expression collective de souffrances et de désirs individuels constitue sans aucun doute une des modalités du politique. De fait, il est pertinent de penser aussi ces accumulations d’objets comme l’expression de rapports de force entre différents collectifs. On insistera d’un côté sur l’appropriation des moyens d’un dialogue avec les invisibles par les acteurs qui tiennent à garder autant que possible une maîtrise sur l’ensemble de la vie de ces objets de médiation. D’où l’importance d’objets réalisés par les déposants eux-mêmes, cathédrales d’allumettes ou autres broderies votives ; d’où aussi le caractère spontané et anarchique de certaines accumulations, et du caractère « sauvage » de certains dépôts dans les lieux de culte. Pour autant, ces interventions directes sur la matière n’ont eu de cesse de susciter des résistances, les sanctuaires votifs étant fréquemment contestés, ou remis en ordre et repris en mains par des institutions qui cherchent à assurer le contrôle des matières et des transactions dans l’espace sacré ou public.
  4. Économie et efficacité. En dernier lieu, on s’efforcera de penser l’économie et le fonctionnement très singuliers de ces objets. On pourrait croire que plus un souhait « coûte », plus il est efficace ; encore faut-il savoir ce que « coûter » signifie, dans les contextes où l’ex-voto apparaît. Comment penser les modes de valorisation très particuliers à l’œuvre dans ces conduites ? Que faire des nombreux sanctuaires où c’est le don d’objets de plus faible valeur qui est la norme ? Quels rapports les souhaits et les dons entretiennent-ils, s’ils ne relèvent pas de la transaction marchande ? En quoi l’économie des dépôts votifs se distingue-t-elle d’autres dépôts rituels ? La dépense votive relève-t-elle de l’investissement ou du sacrifice ? Comment se calculent les systèmes d’équivalences comme les cas de dons de matière brute, de mottes de cire de la taille ou du poids du corps à soigner ? Dans quelles circonstances le don votif est-il accompli, avant ou après la réalisation du souhait, comme une avance ou comme une récompense ?

Conditions de soumission

Un résumé de 3000 caractères maximum, accompagné d’une dizaine d’illustrations.

À terme, trois formes d’articles sont envisageables :

  • un article pour la version en ligne disponible en accès immédiat, d’une longueur maximale de 50 000 car. et dans lequel toutes sortes d’illustrations (photos, vidéo, audio) sont possibles. Il sera également présenté sur deux pages dans la version papier (avec l’annonce du lien http).
  • un article pour la version papier de la revue, de 25 000 à 30 000 signes (espaces compris) accompagnée d’un maximum de 10 images HD (300 dpi)dans lequel l’auteur s’efforcera d’écrire pour des lecteurs extérieurs à son propre champ, exercice impliquant une double exigence de scientificité et de lisibilité (la revue touchant un lectorat interdisciplinaire de sciences humaines et se diffusant en librairies comme un « livre revue » à destination d’un public élargi).
  • un article partant à l’inverse du terrain et des documents, dans lequel l’auteur, se fondant sur des corpus précis, analysera de 15 à 20 images, dans un format inférieur à 10 000 caractères.

Détails pratiques

Les auteur-e-s devront prendre contact avec les coordinateurs du numéro, Pierre-Olivier Dittmar, Pierre Antoine Fabre et Thomas Golsenne par l’intermédiaire du secrétariat de rédaction de la revue (techniques-et-culture@ehess.fr) pour soumettre leur projet (titre et résumé, projet d’iconographie) accompagné de leur nom, coordonnées, affiliation institutionnelle, avant le 22 décembre 2017.

Une rencontre des contributeurs retenus est prévue au Mucem à Marseille en février 2018.

La proposition ainsi que le texte intégral peuvent être envoyés en langues française ou anglaise ; le volume papier paraîtra en français, mais les articles en ligne pourront paraître en anglais.


Calendrier

  • Date limite de soumission : 22 décembre 2017
  • Sélection et réponse des coordinateurs : 12 janvier 2018
  • Rencontre des contributeurs au Mucem : 19-20 février 2018
  • Rendu des Versions 1 : 1ermai 2018
  • Publication : octobre 2018

Pour connaître les normes de la revue, consulter le site : http://tc.revues.org/1556

ou s’adresser à la rédaction : techniques-et-culture@ehess.fr 


 Techniques&Culture

La revue Techniques&Culture s’intéresse aux dimensions pragmatiques, sociales et symboliques des techniques, des plus « traditionnelles » aux plus modernes. Les cultures matérielles et la matérialité permettent de révéler et de donner un sens concret aux rapports entre les hommes ou entre les hommes (sociétés) et leurs milieux. La revue élabore et coproduit des numéros thématiques, synthèse des avancées les plus récentes de grandes questions anthropologiques qu’elle destine autant au monde savant (revue de rang A) qu’à un plus large public (disponible en librairie et sur le net).


[1] C’est notamment le cas aux amériques avec le projet international Ex votos das Àmericas (http://www.ex-votosdasamericas.net). Une exposition organisée par le Bard Graduate College intitulée Agents of Faith: Material, Place, Memory se tiendra cet automne à New York, elle a été préfigurée par la publication de Ittai Weinryb (dir.) 2015, Ex-voto : Votive Giving across cultures. Chigago : Chicago Press.

[2] G.Didi-Huberman 2006, Ex-Voto. Image, organe, temps. Paris : Bayard.


Vous aimerez aussi...