Appel à contributions “Forêts”

Un chauffeur d’abatteuse au travail : ébranchage en forêt vosgienne (France 2022 – Charlotte Glinel)


« Techniques forestières »

Coordination : Pierre-Louis Choquet, Emilio Frignati, Charlotte Glinel


[English version below]

L’ambition de cet appel est de réunir des travaux qui prennent pour objet ou pour contexte d’enquête les forêts, et qui s’intéressent aux techniques d’usage ou de représentation qui ont, ou prétendent avoir, un effet sur la définition matérielle et symbolique des forêts. À l’heure des changements globaux, dans un contexte où s’imposent de nouvelles formes de valorisation capitaliste des forêts tandis que fleurissent les imaginaires visant à « retisser des liens avec le vivant », il nous semble nécessaire de mettre ceux-ci à l’épreuve du terrain, en prêtant attention aux techniques qui transforment jour après jour les milieux forestiers.

Les allées rectilignes de pins maritimes de la forêt des Landes semblent s’opposer en tout point à l’enchevêtrement d’espèces de l’emblématique forêt « primaire » de Białowieża en Pologne. Si la première rend immédiatement perceptible une volonté aiguë de planification, qui se traduit par l’intervention massive de machines visant à rationaliser la production de ressources en bois, la seconde est présentée comme un espace naturel par définition préservé de toute action humaine. C’est pourtant en grande partie aux interventions techniques quotidiennes de naturalistes et de gestionnaires sylvicoles que ces deux espaces forestiers doivent leurs physionomies contrastées.

Les récents travaux relatifs au façonnage du bush australien par des brûlis contrôlés (Gammage 2011) et à l’entretien des pâturages à la lisière des bois (Dupré, Lasseur et Poccard-Chapuis 2015), montrent comment les écosystèmes forestiers sont le résultat d’interactions complexes entre des sociétés humaines et de multiples êtres vivants intégrés à des formations pédo-géologiques. Or, dans un contexte de changements climatiques et de globalisation du capitalisme, l’impact des techniques sur les forêts s’avère d’autant plus saillant. Investies par de nouvelles promesses de valorisation – crédits carbone, plantations, conservation –, les forêts se voient chaque jour davantage intégrées aux flux des échanges économiques globaux. Ces dernières décennies, l’industrialisation des modes de gestion a connu une accélération sans précédent. Les travailleurs forestiers s’équipent de tronçonneuses, débardeuses et engins de chantier aux quatre coins du globe (Chao 2022 ; Gautreau 2014 ; Hendriks 2022) qui incarnent de multiples stratégies de façonnage de l’espace ou d’appropriation des ressources (prélèvement de bois, extraction de minerais, développement de plantations monospécifiques). Sous toutes les latitudes, les forêts sont désormais embarquées dans des transformations rapides qui sont à la fois causes et conséquences du réchauffement climatique et de la détérioration de la biodiversité. À mesure que les forêts se transforment, que les techniques professionnelles et vernaculaires sont remises en cause, elles deviennent les foyers de luttes nouvelles (Vidalou 2017), à l’image des forestiers publics et des associations écologistes françaises qui s’allient pour défendre une sylviculture alternative.

Dès lors, considérer les forêts uniquement comme des espaces naturels revient à s’interdire de comprendre comment elles peuvent devenir un enjeu économique et politique majeur de notre époque. Les conflits socio-écologiques inédits, qui remettent en question les usages et les modes de transformation des forêts, enjoignent à dénaturaliser notre compréhension des espaces forestiers pour étudier de près l’inscription des gestes techniques humains à l’intérieur d’un milieu vivant qui les englobe – et qu’ils peuvent tout aussi bien soigner, aménager que détruire. Guider, à coups de peinture ou de marteau, l’évolution du milieu forestier afin d’y prélever des ressources (Glinel 2024) ou modéliser celui-ci de sorte à maximiser la production (Doganova 2014) ; scruter des signes (Kohn 2013) et collecter des informations (Latour 1995) ; discipliner les usages paysans à l’aide du droit (Thompson 2014 ; Jacoby 2001 ; Bépoix et Richard 2019) : toutes ces activités requièrent la mobilisation d’une grande diversité d’artefacts, de savoirs et d’habiletés qui traduisent autant de manières particulières d’envisager le rapport au milieu forestier. En retour, prendre en compte la dynamique vivante des forêts, les rythmes et les associations singulières qu’elles imposent s’avère essentiel pour mieux comprendre les actes techniques qui contribuent à les façonner.

Cet appel à contributions se veut interdisciplinaire, il s’adresse tant à des anthropologues et à des sociologues, qu’à des historiens, des géographes et à des archéologues, qui partagent une même attention pour les méthodes qualitatives, l’étude des techniques et des matérialités. Ce numéro entend mettre en résonance des horizons géographiques et temporels éloignés autour de l’objet forestier afin de faire discuter des champs disciplinaires qui se rencontrent peu. Les deux axes, non-exclusifs, qui ont été identifiés sont les suivants.

Axe 1. Exploitation et coopération : usages et transformations de la forêt

Le premier axe de cet appel s’attache à rendre compte de la pluralité des usages que les sociétés humaines tissent avec les écosystèmes forestiers, dès lors que ceux-ci sont envisagés comme des espaces ressources. Il s’agit d’interroger les dispositifs techniques mobilisés, en prenant en considération les spécificités des écosystèmes en question. Quels gestes, quels outils (ou machines), quels répertoires symboliques les acteurs mobilisent-ils pour accomplir des actions aussi diverses que la coupe d’un arbre pour se chauffer, la pose d’un piège de chasse ou l’entretien des sentiers ?

De la subsistance à l’extraction, l’intensité des prélèvements varie à l’aune de la puissance des artefacts techniques mobilisés. Couper un arbre à la hache, à la tronçonneuse (Schepens 2007) ou à l’aide d’une abatteuse requiert des savoir-faire et des habiletés tout en comportant pour les travailleurs des conditions de travail, des cadences et des risques spécifiques. L’analyse ethnographique du travail en train de se faire, et l’attention aux appuis matériels qu’il mobilise (Dodier 1995) permet ici d’éviter l’écueil du déterminisme technique et de situer l’usage des outils dans des réseaux économiques – des circuits de subsistance locale aux chaînes de valeur globales (Tsing 2017) – et dans des schèmes historiques (notamment post-coloniaux) au long cours (Davis 2012 ; Mitman 2021). Elle conduit enfin à prêter attention aux chaînes opératoires et aux filières économiques qui se construisent conjointement pour intensifier l’exploitation de la forêt.

Ces activités, à l’image de la chasse, de la pêche, de la culture sur abattis-brûlis, ou de la sylviculture moderne impliquent par ailleurs des négociations avec à la fois des êtres vivants et des entités invisibles (Pitrou, Coupaye, Provost 2016 ; Nahum-Claudel 2019). Cette diplomatie entre humains et non-humains (de Vienne et Nahum-Claudel 2020) suscite d’intenses querelles sociotechniques que les propositions auront pour ambition d’explorer à partir d’études de cas empiriques : comment réécrit-on un plan de gestion forestier lorsqu’on a découvert des nids de grand tétras protégés par les réglementations européennes ? L’introduction d’une nouvelle technique de pêche à la lampe torche sur le fleuve Vaupés en Colombie ne risque-t-elle pas de mettre en danger l’équilibre subtil que les humains entretiennent avec le maître des poissons ?

Depuis les collaborations les plus surprenantes entre vivants – à l’instar du partage de savoirs écologiques entre humains, animaux, végétaux et esprits dans la forêt kasua en Papouasie Nouvelle-Guinée (Brunois-Pasina 2020) – jusqu’à la destruction pure et simple d’espèces et d’écosystèmes, ces actions techniques produisent des résultats contrastés dont les effets parfois irréversibles se font sentir sur le temps long, façonnant les usages de la forêt, les paysages forestiers et les rapports entre les entités multiples qui s’y trouvent. De quelles manières ces opérations techniques participent-elles à la transformation et à la gestion des milieux forestiers ? En prenant pour objet d’analyse des cas situés empiriquement, les propositions chercheront à questionner les imbrications entre dispositifs sociotechniques et écosystèmes forestiers spécifiques.

Elena scrute son nouvel essart après le brûlage (peuple Hupda, Amazonie colombienne, 2022 – Thibault Pastierik et Emilio Frignati)

Axe 2. Abstractions, circulations : techniques de représentation des forêts

Le second axe se propose d’explorer les chaînes de traductions successives qui contribuent à désenclaver les forêts des territoires où elles sont matériellement ancrées, pour les faire circuler symboliquement dans des réseaux larges et hétérogènes (Latour 1993) : supports photographiques et filmiques (Glinel 2022), cartes et systèmes d’information géographique, banques d’images satellitaires (Rajão et Jarke 2018), données d’inventaires numérisées (Ehrenstein 2018), textes de droit international (Boyd 2010), contrats commerciaux (Murray Li et Semedi 2021), pièges photographiques et suivi GPS pour pister les sangliers (Bondon et al. 2021) etc. Il est question, dans cet axe, de décrire et d’analyser les médiations techniques qui, déployées in situ ou à distance, saisissent la forêt pour la recoder sur des supports mobiles, destinés à informer l’action.

Les scientifiques développent de nouvelles méthodes de travail articulant expéditions sur le terrain et analyse de mégadonnées pour modéliser la structure des canopées, décrire des tourbières jusqu’alors mal connues, ou étudier des populations d’insectes ou de batraciens ; des entrepreneurs bolsonaristes utilisent les places de marché sur les réseaux sociaux pour revendre des terres accaparées illégalement (Fellet 2021), poussant les peuples autochtones à se doter de drones pour surveiller les intrusions dans les réserves (González et Kröger 2022)  ; des consultants internationaux déploient les dispositifs de production de crédits carbone en République Démocratique du Congo (Gray 2017) ; des ONG expertes se constituent pour surveiller la déforestation à distance et appuyer les administrations dans l’identification des criminels environnementaux. Ainsi, la démultiplication des forêts dans les espaces numériques et médiatiques organise des mises en relation inédites : les arbres d’une réserve située en Amazonie péruvienne deviennent l’objet d’un contrat entre une communauté locale et une multinationale française, pour permettre à cette dernière de diminuer son empreinte carbone ; la Commission européenne publie une réglementation pour lutter contre la « déforestation importée », et impose de nouvelles pratiques d’audit et de vérification dans les chaînes d’approvisionnement en matières premières agricoles (Choquet 2024).

De l’abstraction à la simplification, il n’y a qu’un pas : celui du risque d’une invisibilisation de la complexité des écosystèmes forestiers, et avec eux, des groupes sociaux qui les gèrent et de leurs connaissances techniques. Pour autant, l’abstraction par les inscriptions écrites et numériques ne peut que dans une certaine mesure s’affranchir du terrain : l’étalonnage des instruments de télédétection ou la saisie d’engins de chantier dans des zones protégées requièrent tôt ou tard d’aller sur place. L’analyse fine des situations doit donc autant permettre de décrire et d’analyser les diverses arènes où la forêt est recodée symboliquement (en étant mise en données, saisie dans le droit, représentée, etc.), que de comprendre, en retour, la façon dont ces recodages informent et orientent l’action sur le terrain.

Dans la prolongation de ces questionnements, nous proposons de nous interroger sur l’analyse de la représentation des techniques en forêt. Comment les productions audiovisuelles permettent-elles de donner une visibilité à la forêt dans les arènes politiques (Drouet 2018 ; Pritz 2022 ; Frignati et Pastierik 2024) ? Qu’est-ce que les images produites par les enquêteurs ou les journalistes disent des travailleurs (Bourel 2022) ? Comment les archéologues rendent-ils compte de la transformation des espaces forestiers à partir de l’étude des traces techniques des sociétés du passé (Rostain 2015) ? Les contributions pourront prendre une posture réflexive sur l’analyse des interventions en forêt en abordant des questions épistémiques et méthodologiques.

Deux vues d’une même zone où des déboisements illégaux ont été identifiés par la police de l’environnement du Mato Grosso: (1) depuis le siège administratif à Cuiaba, à l’aide d’images satellitaires ; puis, (2) sur le terrain, à l’aide d’un drone permettant aux agents de localiser les trafiquants pour les interpeller avant qu’ils ne prennent la fuite en motocross (décembre 2021 – P.-L. Choquet).


Références

 

Bépoix S. & H. Richard 2019 La forêt au Moyen-âge, Paris : Les Belles Lettres.

Bondon, R., Mathevet, R., Mounet, C., Chamaillé-Jammes, S., 2021 « Passer les limites, rythmer le territoire. Paysage et mobilités du sanglier en Valbonnais (Isère, France) », Géocarrefour [En ligne] 95 (4).

Bourel, E. 2022 « Des images de soi dans le monde forestier gabonais. Production, restitution et circulation de photographies au cours d’une enquête ethnographique », Images du travail, travail des images [En ligne] 13.

Boyd, W. 2010 « Ways of seeing in environmental law: how deforestation became an object of climate governance », Ecology Law Quarterly 37 : 37-843.

Brunois-Pasina, F. 2020 « “Nous les avons copiés.” L’apprentissage d’un savoir-vivre interspécifique dans la forêt kasua », Techniques & Culture 73 : 58-77.

Chao, S. 2022 In the shadows of the palm. Durham : Duke University Press.

Choquet, P.-L. 2024, à paraître « Produire et faire circuler les preuves de la déforestation en Amazonie brésilienne » Droit & Société.

Davis, D. 2012 Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel : Champ Vallon.

de Vienne, E. & C. Nahum-Claudel (éd.) 2020 « Homo Diplomaticus », Terrain, 73.

Dodier, N. 1995 Les hommes et les machines. Paris : Métailié.

Doganova, L. 2014 « Décompter le futur La formule des flux actualisés et le manager-investisseur », Sociétés Contemporaines, 93 : 67 – 87.

Drouet, F.-X. 2018 Le temps des forêts. Distribution KMBO.

Ehrenstein, V. 2018 « Carbon sink geopolitics », Economy and Society 47 (1) : 162-186.

Fellet, J. 2021 Amazônia à venda. BBC News Brasil.

Gammage, B. 2011 The biggest estate on Earth : how Aborigenes made Australia.  Crows Nest : Allen et Unwin.

Frignati E. & T. Pastierik, Nous sommes de la forêt, Cagnard Prod.

Gautreau, P. 2014 25 años de silvicultura transnacional en Uruguay, Brasil y Argentina. Montevideo : Ediciones Trilce.

Glinel, C. 2022 « Les forêts vues du ciel. L’appropriation militante des dispositifs de visualisation aérienne dans une controverse canadienne forestière autour du glyphosate », Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne] 16 (3).

Glinel, C. 2024 « Marteler à coups de peinture. Une analyse des mutations du travail forestier public », Sociologie du Travail, [En ligne] 66 (2).

González N. & M. Kröger 2022 « The adoption of earth-observation technologies for deforestation monitoring by Indigenous people: evidence from the Amazon », Globalizations.

Gray, I. 2017 « Marketization as political technology: unintended consequences of climate finance in the Democratic Republic of Congo », Economy and Society 46 (3-4) : 545-575.

Hendriks, T. 2022 Rainforest capitalism.  Durham : Duke University Press.

Jacoby, K. 2021 (2001) Crimes contre la nature. Voleurs, squatters et braconniers : l’histoire cachée de la conservation de la nature aux États-Unis. Toulouse : Anacharsis.

Kohn, E. 2017 Comment pensent les forêts. Bruxelles : Zones sensibles.

Latour, B. 1993 « Le “pédofil” de Boa Vista – montage photo-philosophique », in Petites leçons de sociologie des sciences, Paris : La Découverte : 171-225.

Mitman, G. 2021 Empire of Rubber. Firestone’s Scramble for Land and Power in Liberia, New York : The New Press.

Murray Li T., Semedi P., 2021 Plantation life. Durham : Duke University Press.

Nahum-Claudel, C. 2019 « From Mastery to Subjection: An Embodied Ethics of Entrapment in Amazonia », Journal of Material Culture 24 (4) : 473-490.

Pitrou, P., Coupaye, L. & F. Provost (dir.) 2016 Des êtres vivants et des artefacts. L’imbrication des processus techniques et des processus vitaux. Actes du colloque organisé au musée du Quai Branly les 9 et 10 avril 2014. En ligne : actesbranly.revues.org/ consulté le 04/02/2016.

Pritz, A. 2022 The territory. National Geographic Documentary Films.

Rajão, R. & J. Jarke 2018 « The materiality of data transparency and the (re)configuration of environmental activism in the Brazilian Amazon ». Social Movement Studies. 17 : 1-15.

Rostain, S. 2015 Archéologie de l’Amazonie. Les premiers habitants de la Guyane côtière. Paris : Archaeopress.

Schepens, F. 2007 Hommes des bois ? Socio-anthropologie d’un groupe professionnel. Paris : Comité des travaux historiques et scientifiques.

Thompson, E.P. 2014 [1975] La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle. Paris : La Découverte.

Tsing, A. 2017 [2015] Le champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme. Paris : La Découverte.

Varet-Vitu A. (éd.) 2017 « Mesurer la forêt », Histoire & mesure, 32.

Vidalou, J.-B. 2017 Être forêts. Habiter des territoires en lutte. Paris : La Découverte.


Conditions de soumission

Un résumé de 3000 à 5 000 caractères, précisant l’objet, le terrain d’études, les méthodes employées et le cadre théorique de l’article, accompagné d’illustrations.

Deux formes d’articles sont envisageables :

  • Un article analytique de 35 000 signes (espaces compris) accompagné d’un maximum de 10 images (fournies en haute résolution et libres de droits) où l’auteur, l’auteure s’efforcera d’écrire pour des lecteurs et lectrices extérieur.es à son propre champ, exercice impliquant une double exigence de scientificité et de lisibilité : la revue touche un lectorat interdisciplinaire de sciences humaines et est diffusée en librairie comme un ouvrage à destination d’un public élargi.
  • Un article portfolio de 15 000 signes (espaces compris), où les auteurs et autrices, mettant l’accent sur le terrain et les documents, analysent une quinzaine d’images (fournies en haute résolution libres de droits).

Détails pratiques

Les auteurs et autrices prendront contact avec les coordinateurs et coordinatrice du numéro par mail (pierre-louis.choquet@ird.fr ; frignatie@gmail.com ; charlotte.glinel@sciencespo.fr) pour soumettre leur projet (titre et résumé, projet d’iconographie) accompagné de leur nom, coordonnées, affiliation institutionnelle, pour le 13 septembre au plus tard.

Une rencontre des contributeurs retenus est prévue à Paris au début du mois de novembre 2024. La proposition, ainsi que le texte de présentation pour les rencontres, seront envoyés en français. N’hésitez pas à prendre contact avec nous en cas de questions.

Consulter le site de Techniques&Culture pour connaître les normes de la revue.


Calendrier indicatif

  • 13 septembre 2024 : Date butoir pour la réception des propositions
  • Début octobre 2024 : Retour de la part de la revue et de l’équipe de coordination sur les propositions
  • 4 novembre 2024 : Envoi d’une première version des articles
  • Mi-novembre : Journée d’études à Paris
  • 27 janvier 2025 : Envoi de la deuxième version
  • Mai-juin 2025 : Parution du numéro

Techniques&Culture

La revue Techniques&Culture s’intéresse aux dimensions pragmatiques, sociales et symboliques des techniques, des plus « traditionnelles » aux plus modernes. Les cultures matérielles et la matérialité permettent de révéler et de donner un sens concret aux rapports entre les hommes ou entre les hommes (en sociétés) et leurs milieux. La revue élabore et coproduit des numéros thématiques, synthèse des avancées les plus récentes de grandes questions anthropologiques qu’elle destine autant au monde savant (revue de rang A) qu’à un plus large public (disponible en librairie et sur internet).


Call for papers

« Technical forests »

Editors: Pierre-Louis Choquet, Emilio Frignati, Charlotte Glinel


The ambition of this call is to bring together research works which take forests as their object or context of investigation, and which are interested in the techniques of use or representation which have, or claim to have, an effect on the material definition and symbolism of forests.

The rectilinear avenues of maritime pines of the Landes forest seem to oppose in every way the tangle of species of the emblematic “primary” forest of Białowieża in Poland. The first makes immediately perceptible an acute desire for planning, which results in the massive intervention of machines aimed at rationalizing the production of wood resources; the second is often presented as a natural space by definition preserved from all human action. However, it is largely to the daily technical interventions of naturalists and silvicultural managers that these two forest areas owe their contrasting appearances.

Recent work relating to the shaping of the Australian bush through controlled burning (Gammage 2011) and the maintenance of pastures at the edge of the woods (Dupré, Lasseur and Poccard-Chapuis 2015), shows how forest ecosystems are the result of complex interactions between human societies and multiple living beings integrated into soil-geological formations. However, in a context marked by both the intensification of global warming and the aggressive globalization of capitalism, the impact of techniques on forests is reaching unprecedented scales. As they are increasingly invested by new promises of development – ​​carbon credits, plantations, conservation – forests are becoming more and more integrated into the flow of global economic exchange. In recent decades, the industrialization of management methods has unfolded at a staggering pace. Forestry workers equip themselves with chainsaws, skidders and construction machines all over the world (Chao 2022; Gautreau 2014; Hendriks 2022); these artifacts embody multiple strategies for appropriating resources (harvesting of wood, extraction of minerals, development of monospecific plantations). Across all latitudes, forests are now undergoing rapid transformations which are both causes and consequences of global warming and biodiversity loss. Professional and vernacular techniques are re-assembled and become new sites of struggle (Vidalou 2017) – like in France, where public foresters and environmental NGOs have collaborated to defend alternative forestry techniques.

For all these reasons, forests cannot be construed only as natural spaces. The sociotechnical practices that alter them unfold on a large spectrum: human beings can indeed (i) gently guide the evolution of the forest environment in order to extract resources from it (Glinel 2024) or, on the contrary, modelize it so as to maximize production (Doganova 2014); (ii) examine signs (Kohn 2013) and collect information (Latour 1995); (iii) discipline traditional-peasant practices using modern law systems (Thompson 2014; Jacoby 2001; Bépoix and Richard 2019): all these activities require the mobilization of a great diversity of artifacts, knowledge and skills. In return, taking into account the more-than-human materiality of forests, the rhythms and the unique associations that they impose, proves essential to better understand the technical acts that contribute to shaping them.

This call for contributions intends to be interdisciplinary: it is aimed as much at anthropologists and sociologists as at historians, geographers and archaeologists, who share the same attention to qualitative methods, the study of techniques and living materialities. This issue intends to bring into resonance distant geographical and temporal horizons around the forest object in order to discuss disciplinary fields that are rarely encountered. The two non-exclusive axes that have been identified are as follows.

Axis 1: Exploitation and cooperation: uses and transformations of the forest

The first axis of this call seeks to account for the plurality of uses that human societies weave with forest ecosystems when these are considered as resource areas. This involves both questioning the technical devices used and taking into consideration the specificities of the ecosystems in question. Which kind of gestures, of tools (or machines), of symbolic repertoires do the actors mobilize when they carry out actions as diverse as cutting down a tree for heating, setting a hunting trap or maintaining trails?

From subsistence to extraction, the intensity of sampling varies depending on the power of the technical artifacts mobilized. Cutting a tree with an axe, chainsaw (Schepens 2007) or using a feller requires know-how and skills while entailing specific working conditions, speeds and risks for workers. The ethnographic analysis of living labor and of the sociotechnical assemblages that it activates (Dodier 1995) makes it possible here to avoid the pitfall of technical determinism and to situate the use of tools in economic networks – from local subsistence circuits to global value chains (Tsing 2017) – and in long-term historical schemes (notably post-colonial) (Davis 2012; Mitman 2021). It allows to highlight the variegated operations that intensify the exploitation of the forest.

More generally, all activities like hunting, fishing, slash-and-burn cultivation, or modern forestry, somehow involve negotiations with both living beings and invisible entities (Pitrou, Coupaye, Provost 2016; Nahum-Claudel 2019). This diplomacy between humans and non-humans (de Vienne & Nahum-Claudel 2020) gives rise to intense sociotechnical disputes that the proposals will aim to explore based on empirical case studies: how do we rewrite a forest management plan when we discovered capercaillie nests protected by European regulations? Doesn’t the introduction of a new flashlight fishing technique among indigenous people on the Vaupés River in Colombia risk endangering the subtle balance that they seek to maintain with the “master of the fish”?

From the most surprising collaborations between living beings – like the sharing of ecological knowledge between humans, animals, plants and spirits in the Kasua forest in Papua New Guinea (Brunois-Pasina 2020) – to pure and simple destruction of species and ecosystems, technical actions produce extremely contrasted results. Their effects, when not plainly irreversible, can be felt over the long term, shaping the uses of the forest, modifying the vast web of relations that we call “landscapes”. In what ways do technical operations contribute to the transformation and management of forest environments? By studying empirical cases, the proposals will seek to question the overlap between socio-technical devices and specific forest ecosystems.

Axis 2: Abstractions, circulations: forest representation techniques

The second axis aims to explore the chains of successive translations that contribute to opening up forests from the territories where they are materially anchored, to make them circulate symbolically in large and heterogeneous networks (Latour 1993): photographic and filmic supports (Glinel 2022 ), maps and geographic information systems, satellite image banks (Rajão and Jarke 2018), digitized inventory data (Ehrenstein 2018), international law texts (Boyd 2010), commercial contracts (Murray Li and Semedi 2021), etc. In this area, our aim is to describe and analyze the technical mediations which, deployed in situ or remotely, recode forests in something other than their actual, plain, physical existence.

Scientists are developing new working methods combining field expeditions and big data analysis to model the structure of canopies, describe previously poorly known peatlands, or study populations of insects or amphibians; Brazilian libertarian entrepreneurs use marketplaces on social networks to resell illegally grabbed land (Fellet 2021), pushing indigenous communities to equip themselves with drones to monitor intrusions into reserves (González and Kröger 2022); international consultants deploy carbon credit production systems in the Democratic Republic of Congo (Gray 2017); expert NGOs are being formed to monitor deforestation remotely and support administrations in identifying environmental criminals. The multiplication of forests in digital and media spaces organizes unprecedented connections: the trees of a reserve located in the Peruvian Amazon become the subject of a contract between a local community and a French multinational, and are thereby redefined as “carbon offsets”; the European Commission introduces a regulation to combat “imported deforestation”, and imposes new auditing and verification practices in commodity supply chains (Choquet 2024).

Yet such processes of abstraction remain ambiguous: they bear the risk of obfuscating the complexity of forest ecosystems, and/or of invisibilizing the social groups that inhabit them. However, the process of abstraction through written and digital inscriptions can only to a certain extent free itself from the field: satellite images and databases cannot be relevant unless they are cross-checked with down-to-earth empirical verifications. The detailed analysis of the situations must therefore make it possible to describe and scrutinize the various arenas where the forest is symbolically recoded (by being put into data, entered into law, represented in movies, etc.), as well as to understand, in return, the way these recodings inform and guide action on the ground.

As an extension of these questions, we propose to examine the analysis of the representation of techniques in the forest. How do audiovisual productions give visibility to forests in political arenas (Drouet 2018; Pritz 2022)? What do the images produced by investigators or journalists say about workers (Bourel 2022)? How do archaeologists account for the transformation of forest areas based on the study of the technical traces left by past societies (Rostain 2015)? Contributions may take a reflective stance on the analysis of forest interventions by addressing epistemic and methodological questions.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
techniquesetculture (3 juillet 2024). Appel à contributions “Forêts” Le carnet de Techniques & Culture. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11xnj


2 réponses

  1. 11/07/2024

    […] En savoir plus ICI […]

  2. 11/07/2024

    […] En savoir plus ICI […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search