Appel à contributions “Tout ouïe”

Dr Banksy – Thomas Hawk 2010 (Flickr: cc-by-nc 2.0)


« Tout ouïe \tu.t‿wi\

Sonoriser la vie sociale »

Coordination : Marie Baltazar, Laurent Legrain, Mikaëla Le Meur


[English version below]

« Une oreille se dresse » entend-on parfois dire. C’est une image. Elle est sans doute empruntée à la vie animale car chez les humains les oreilles ne se dressent pas. Par contre, on peut tourner la tête pour mieux entendre et, si nécessaire, se déplacer pour aller vers un point d’écoute approprié. On peut aussi faire silence en tentant de ne pas bouger, fermer des fenêtres et des portes, ou encore chausser un casque et orienter un micro.

« Une oreille se dresse ». Pour un adepte des techniques du corps, la locution prend un autre sens. Mauss conçoit en effet le dressage et l’éducation des corps comme un fil de trame extrêmement solide de la vie sociale, si solide d’ailleurs qu’il autorise sa perpétuation en même temps que sa transformation (1936). Mais qu’en est-il pour le sonore ? Un exemple ethnographique introductif soulignera la constellation de dimensions présentes dans cette « éducation de l’attention » (Gibson 1986, Ingold 2001, Cohen 2010) et montrera que tendre l’oreille constitue un acte complexe, qui n’est qu’une composante d’une pratique plus large, toujours située, quelques fois entièrement dédiée aux sons – c’est plutôt rare – mais, le plus souvent, tournée vers d’autres fins.

A l’hôpital Saint-Thomas de Londres des étudiants de troisième année de médecine écoutent, sous la supervision du docteur Coltart, le « lub-dub » du cœur de leurs patients (Rice 2010). Désorientés, perdus dans le maelström qui leur parvient aux oreilles par les branches du stéthoscope, ils équipent leurs explorations soniques de graphiques animés, de tutoriels explicatifs, de CD commentés, de la palpation simultanée du pouls du patient, des indications imagées mais précises du Dr. Coltart. Leur but ? Chercher, trouver puis circonscrire le « lub-dub » d’un cœur qui bat. Dans un premier temps, l’amplification stéthoscopique voile le battement plus qu’il ne le leur révèle. Une fois la pulsation repérée, il leur faut la suivre pour détecter, derrière la régularité de ses contractions, d’éventuels sifflements et chuintements : les signes d’un dysfonctionnement des valves internes de l’organe. Ne forçons cependant pas le trait. Aucune volonté, chez les jeunes étudiants, de se muer en explorateurs patentés des paysages sonores des pénombres sous-cutanées. Ils veulent devenir des praticiens compétents de la médecine, appartenir à ce corps et en faire leur vie. Cette aspiration passe par la maîtrise des savoir-faire et des techniques de l’auscultation, et c’est en ce sens qu’ils apprennent à tendre l’oreille.

Tendre l’oreille est donc un acte inscrit dans la vie sociale – tant des humains que des choses – et c’est en cela qu’il nous intéresse : parce qu’il fait sens pour les acteurs. C’est également un acte contraint par la nature évanescente et invisible du matériau sonore qui oblige souvent – mais pas toujours – à un déploiement de stratagèmes, de tactiques et de techniques auxquels nous voudrions laisser une place de choix dans les pages du numéro à venir. Par conséquent, nous privilégierons les contributions qui cherchent à rendre compte des registres d’attention aux sons, des matériaux sonores et des biographies d’objets qui les captent, de leurs émergences et de leurs instants, des lieux qui en sont le théâtre et que ces registres d’attention reconfigurent, de leurs constructions collectives, de leurs fins. Nous faisons le pari de la diversité de ces modes d’engagement sonique et de la richesse de ce qu’ils dévoilent du rapport aux sons, bien sûr, mais aussi de ce qu’ils permettent de dire du rapport aux autres, présents et absents, aux espaces vécus et imaginés, et aux temps : passé, présent et futur.  Trois axes se déploient à partir de cet objectif général.

Axe 1. Coups d’oreille : collectifs et instants « supersoniques »

Est sonique, ce qui est relatif aux sons. L’exemple introductif des cours d’auscultation montre qu’il existe des instants au gré desquels certains fils de la texture sonore de notre environnement sont tirés, puis suivis. Nous appelons ces moments des « instants supersoniques », c’est-à-dire des instants au cours desquels l’engagement d’un individu ou d’un collectif dans l’exploration sonore s’accroît, et ceci même s’il ne s’agit que d’un moment fugace : une idée déjà proposée par Anthony Pecqueux derrière le syntagme « coup d’oreille », sorte d’équivalent sonique du « coup d’œil » (2009). Ces instants façonnent des individus et des collectifs tout ouïe, d’un côté, et des formes sonores complexes, ciselées et manipulées, de l’autre. Comment décrire les conditions d’émergence de ces instants supersoniques ? Comment en rendre compte en dosant savamment l’importance et le poids des habitudes d’écoute, des engagements attentionnels, des protocoles à suivre, des timbres, des amplitudes, des fréquences et des intensités sonores, des équipements utilisés pour contrer le caractère évanescent et invisible des sons, pour les fixer, pour les prolonger, pour les reproduire dans d’autres contextes et parfois à d’autres fins, pour les ranger, pour les archiver… bref, pour faire de sons choisis, attendus, extirpés d’une manière ou d’une autre du maelström, un usage plus ou moins contrôlé et tourné vers un objectif spécifique ? Notre intuition est que, partout dans le monde, ces instants supersoniques foisonnent tant dans l’ordinaire de la vie sociale qu’au sein de cours d’action plus spécifiques, plus travaillés.

En voici quelques exemples : des chasseurs écoutent les aboiements de leurs chiens qui traquent la bête (Stépanoff 2020) ; des moines marchent à pas feutrés dans le cloître et, de leur démarche discrète, incarnent la préoccupation pour le silence (Whitaker 2019) ; un habitant d’un quartier résidentiel peste contre les bruits des engins de jardinage de son voisin. Il ne peut s’empêcher de les entendre. Cela tourne à l’obsession, surtout les après-midis où sa femme essaie de faire la sieste (Colon 2012). Un charpentier travaillant sur le versant d’un toit écoute la frappe de son collègue caché à sa vue et se figure l’état d’avancement du travail de l’autre côté du faîte (Adell 2019) ; très loin d’ici, en Mongolie, un jeune enfant est chargé d’écouter le son du moteur de la voiture de son père absent durant quinze jours pour prévenir les conducteurs occasionnels du véhicule de la nécessité d’un appoint d’huile (Legrain, carnet de terrain) ; des archéo-acousticiens déambulent sur un site paléolithique en tentant de prouver, avec force cris et manipulations de logiciels de cartographie sonore, que nos ancêtres réalisaient leur peintures rupestres dans des lieux choisis pour leur riche acoustique (Reznikoff 2008). Après de multiples écoutes, des ornithologues s’interrogent : toutes les espèces d’oiseaux ne semblent pas se précipiter sur les territoires riches en ressources alimentaires et en possibilités de caches et de refuges. Elles semblent parfois préférer rester à portée du chant de leurs congénères (Despret 2019). L’énumération pourrait se prolonger et inclure d’autres pratiques, comme celles des architectes et des urbanistes, d’autres attentions ordinaires comme celles des habitants du Caire (Battesti 2013) ou de Naples (Féraud 2013), d’autres engagements plus extraordinaires comme celui des festivaliers de la province de Shaanbei qui produisent intentionnellement de riches environnements sonores et sensoriels dans l’espoir de voir les déités quitter leur résidence et gagner le temple du dragon (Chau 2008). Arrêtons-nous ici.

Le premier axe de ce projet de numéro devrait, à ce stade, apparaître clairement. Depuis plusieurs années, une anthropologie du sonore est en marche (Augoyard & Torgue 1995, Feld 2003, Guillebaud 2017). Depuis plus longtemps encore une anthropologie des sens se structure (Gélard 2013, Howes 1991, Stoller 1989). Nous voudrions leur emboîter le pas mais en le faisant un peu de guingois, en proposant une ethnographie des instants supersoniques qui fasse la part belle aux êtres (individus et collectifs) tout ouïe d’un côté et, de l’autre, aux sons qu’ils sculptent même s’ils ne les créent pas. Pas besoin d’être ethnographe pour s’embarquer dans ce projet. Il faut d’abord aimer décrire et disséquer la complexité de ces rencontres entre gens et sons. C’est avec cette attention descriptive et analytique que nous étudierons les propositions de contributions.

Axe 2. Sons, patrimoines et rapports au temps

Dans ce numéro, nous souhaitons rendre compte de la multiplicité des dispositifs par lesquels les humains entreprennent des « voyages » dans le temps en manipulant des matières sonores ; ou du moins, comment ils établissent, par les sons, des liens avec le passé, voire le futur.  Parmi les différentes formes d’attention au sonore, on ne peut que constater le succès des reconstitutions des sons et paysages sonores du passé (Pardoen 2020). L’engouement de passionnés – chercheurs compris – va croissant. Comment part-on à la recherche de sonorités évanouies ? Par quels procédés tente-t-on de leur redonner vie ? Quel chemin emprunte-t-on pour faire entendre et/ou ressusciter un univers sonique disparu ? Comment s’articulent quête d’authenticité, ou de vérité, et recompositions sonores, voire fictions plus ou moins réalistes du passé ? Autrement dit, comment travaille-t-on son imaginaire et son rapport au passé en passant par le son ?

Parce que les sons sont par essence évanescents, le désir de les conserver, de remédier à leur disparition, a trouvé une voie d’épanouissement grâce aux outils de captation sonore. D’emblée, à la fin du XIXe siècle, le phonographe d’Edison est investi de la fonction d’immortaliser la voix, avant que, dans les siècles suivants, des musiciens et des ethnographes tentent de palier la perte d’un monde affecté par les changements sociaux, l’industrialisation et l’urbanisation, en collectant paroles et musiques populaires régionales à travers le monde. Depuis, l’étendue des sons que des individus ou des communautés ressentent le besoin de conserver n’a cessé de croître, favorisée par l’évolution technologique et la démocratisation des outils d’enregistrement, d’archivage et de diffusion. Nous pensons, entre autres exemples, aux soundscapes collectés dans les années 1960-1970 par R. Murray Schafer, inquiet d’une altération esthétique des environnements sonores par les activités humaines  (Schafer 2010) ; aux prises de sons réalisées durant plus de quarante ans par Bernie Krausse, dont les soundscapes montrent un penchant non pas esthétique mais écologique, en alertant sur le déclin de la biodiversité par l’entremise de l’extinction des sons animaux (Krausse 2018) ; tout comme aux diverses entreprises muséales qui utilisent des sons pour faire vivre des collections et favoriser l’immersion.

La cristallisation des formes d’attachement à des sons perçus comme menacés ou en danger nous semble particulièrement manifeste dans les entreprises – marchandes et non marchandes – visant à constituer et sauvegarder un « patrimoine sonore ». Il est des sons appelés à transmettre quelque chose des sociétés présentes aux générations futures. Autour de ces sons des collectifs se constituent, tant pour les identifier que les protéger, dans une logique patrimoniale ou une forme de lamentation collective spécifique à ces communautés qualifiées, dans un contexte différent, de « communautés de perte » (Berliner 2018). Le chant matinal d’un coq agace un couple de retraité qui, portant plainte, déclenche une polémique sur les valeurs et l’identité des campagnes françaises (Baltazar & Martinat 2023, Granger 2014). La disparition des rires d’enfants se baignant dans la rivière – et avec eux d’un éventail de pratiques et de loisirs aquatiques – sonne le glas, pour les riverains, d’un cours d’eau vietnamien intoxiqué par des rejets industriels (Le Meur 2021). Des usines ferment les unes après les autres, entraînant avec elles la disparition d’un univers sensoriel dont des associations tentent de palier la perte au travers de ses réminiscences sonores. De quelles valeurs, sociales et symboliques, des individus ou des collectifs investissent-elles les sons auxquels ils s’attachent, ou du moins, auxquels ils prêtent attention ? Comment ces sons sont-ils mobilisés pour venir au secours de mondes dont on craint la disparition ? Comment, encore, les connecte-t-on à des processus mémoriels ou de transmission ? On a pu lire, à maintes reprises, combien les sons sont capables de réveiller des souvenirs profondément enfouis. A travers cet appel, nous aimerions investiguer ces manières d’utiliser les sons comme supports mnémoniques et embrayeurs mémoriels, au-delà de la trop belle métaphore proustienne. Que faut-il pour qu’un son parviennent à placer son auditeur en présence d’un passé ? Quel travail et quelle énergie faut-il déployer pour qu’un son permette de faire l’expérience d’une séquence temporelle donnée ? Passée, présente et pourquoi pas future ?

Axe 3. Écrire avec le son et sonoriser la recherche

Parmi les collectifs soniques que ce numéro souhaite aborder, nous n’oublions pas les chercheurs. Sont-ils eux-aussi habités par le sentiment de perte et d’urgence à collecter les sons de la vie sociale ? La recherche en sciences sociales s’écrit en tout cas avec les sons, même si cette dimension sonore du travail scientifique englobe des pratiques plus ou moins conscientes. Ce numéro souhaite rendre visible – ou plutôt audible – cette dimension sonore de la recherche et de ses écritures, depuis l’expérience de terrain et la coproduction des enquêtes, jusqu’au partage des connaissances auprès de publics académiques et non-académiques.

Avec le carnet de terrain ou l’appareil photo, l’enregistreur fait partie de la panoplie dont s’équipent les ethnographes, afin de recueillir les dires des acteurs. Largement centré sur la parole, l’entretien semi-directif enregistré joue un rôle prépondérant dans la recherche en sciences sociales et dans l’attention que développent les chercheuses et les chercheurs vis-à-vis des sons, au premier rang desquels la voix. La pratique à la fois laborieuse et minutieuse de la retranscription à l’écrit des propos formulés au micro du téléphone, du dictaphone ou de l’enregistreur par les personnes enquêtées, façonne une sensibilité au flux de la parole et aux silences, aux accents, aux hésitations et aux timbres de la voix, mais aussi aux acoustiques des contextes d’enregistrement, depuis le calme des intérieurs jusqu’aux atmosphères bruyantes des cafés. Comment les chercheurs considèrent-ils ces matériaux sonores extraits du réel, puis traduits et réduits (Latour 2007) en mots et en guillemets pour les besoins de l’écriture académique ? Que dire de cette sensibilité aux voix dans un contexte de sous-traitance massive de la retranscription des entretiens de recherche, souvent jugée trop chronophage ? Comment les « petites mains de la recherche » (Le Tamis 2018) embauchées pour retranscrire ces bandes sonores perçoivent-elles cette plongée dans l’intimité du travail scientifique ? Les conditions de traitement et d’analyse de ces matériaux sonores posent des questions scientifiques, éthiques, politiques, (écologiques ?) tout comme les dispositifs techniques liés à leur captation, leur stockage, leur archivage et leur circulation. Ainsi, que racontent les archives sonores issues d’enquêtes anciennes lorsqu’elles sont mobilisées par d’autres, hors de leur contexte de production ? Quelles questions soulèvent la « quête de rushes » que certaines institutions collectent et tentent de faire entendre via des phonothèques (Martel 1992 ; Olmos 2021) ?

Au-delà de la voix, la dimension sonore du monde intéresse les sciences sociales, qu’il s’agisse des ambiances urbaines (Pecqueux 2012 ; Puig 2017), des soundscapes de la forêt tropicale (Feld, op. cit.) et bien d’autres encore. Est-ce parce que leur sensibilité à l’écoute et leur attachement technique au casque et au micro ont été attisés par des expériences de terrain, de field recording, de transcription et de réécoute immersive des « long plays » (Feld & Brenneis 2004), que certaines chercheuses et certains chercheurs se forment et développent des écritures proches du documentaire radiophonique ou bien de la création sonore (voir rubrique « à écouter » en fin d’appel) ? Ou encore est-ce la démocratisation des plateformes de podcasts et leur arrivée dans l’intimité des foyers qui a stimulé un devenir sonore et un devenir numérique des productions académiques ? En se frottant aux métiers du son et des univers associés – radio, théâtre, cinéma etc., les scientifiques apprivoisent leurs « outils de conception » et travaillent masses, matières et énergies sonores, via des « techniques de creusement » et d’épure (Deshays 2006), comme un tailleur de pierre taillerait des sons (Paranthoën 1990). Comment cette expérience manuelle, technique et sensible du travail du son réinterroge-t-elle la pratique de l’écriture scientifique ? Si « [l]a question de l’écriture n’est pas dissociable de celle du vocabulaire », comment faire face à la « pauvreté lexicale » pour parler des sons (et non pas des bruits !), face au référentiel dominant qu’est la vision (Larrue & Mervant-Roux 2016) ? L’écriture, pensée en tant que « chaîne opératoire » impliquant des gestes, des techniques et une « action efficace » sur la matière sonore (Leroi-Gourhan 1965) crée un point de rencontre entre universitaires et praticiens du son (Equoy Hutin & Deleu 2019). Quelles expériences, quelles questions et quelles pratiques les relient ? Lors de collaborations, quels désaccords ou frictions s’opèrent ? Peut-on, enfin, faire la différence entre une création sonore scientifique et non-scientifique ?

Si ces enjeux épistémologiques animent probablement tous les universitaires devenus praticiens du son, l’absence de réponses tranchées n’empêche pas la pratique de l’écriture sonore et l’usage des dispositifs d’enregistrement, d’écoute et de diffusion de se développer. La liste des productions sonores réalisées par des universitaires est difficile à établir et c’est un des enjeux de ce numéro de participer à référencer et mettre en résonance des initiatives multiples mais éparses. Que disent ces productions sonores de plus, de moins, ou de différent d’un article ou d’un ouvrage scientifique ? Comment ces objets circulent-ils ? Qui les écoute ? Comment l’écriture sonore réinterroge-t-elle le rapport aux personnes enquêtées, ou bien aux publics non-académiques ? Il faut également mentionner ici toutes les enquêtes qui mobilisent le son et les dispositifs radiophoniques dans une démarche de coproduction de la recherche et de la parole publique (voir notre rubrique “à écouter”). Notre appel à communication espère générer des propositions réflexives sur ces différentes démarches et autres « pas de côté » dans l’écriture de la recherche en sciences sociales, depuis la multitude des champs disciplinaires et des terrains d’enquête.

Toutes les propositions de contributions seront examinées par un trio d’anthropologues, tout ouïe à leur manière, singulière, et pourrons explorer des formats d’écriture multimédia déjà travaillés par la revue. Ainsi les textes courts (format « notules ») et les textes longs (formats d’articles classiques, mais aussi portfolios), les images, les vidéos et bien sûr les sons, sont les bienvenus.


Références

Adell, N. 2019 « Des sons qui donnent forme aux gestes », conférence présentée dans le cadre du séminaire Empreintes sonores. Approches anthropologiques de la vie des collectifs par le son, Université de Toulouse Jean Jaurès.

Augoyard, J.-F. & H. Torgue, 1995 À l’écoute de l’environnement. Répertoire des effets sonores, Marseille : Éditions Parenthèse.

Baltazar, M. & J-M Martinat 2023 « Allo, allo. Entendez-vous dans nos campagnes ? », GARAE, Carcassonne, (52’).

Battesti, V. 2013 « ‘L’ambiance est bonne’ ou l’évanescent rapport au paysage sonore au Caire. Invitation à une écoute participante et proposition d’une grille d’analyse », in J. Candeau & B. Le Gonidec dir. Paysages sensoriels. Essai d’anthropologie de la construction et de la perception de l’environnement sonore, Aubervilliers : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Berliner, D. 2018 Perdre sa culture, Bruxelles : Zones sensibles.

Chau, A. Y. 2008 « The sensorial production of the social », Ethnos, 73(4): 485-504.

Chion, M. 1993 Le promeneur écoutant, Paris : Éditions Plume.

Cohen, E. 2010 « Anthropology of Knowledge » in T. H. J. Marchand dir. Making Knowledge. Exploration in the indissoluble relation between Mind, Body and Environment, Oxford: Wiley-Blackwell – Royal Anthropological Institute.

Colon, P. L. 2012 « Écouter le bruit, faire entendre la gêne », Communications, 90 : 95-107.

Deshays, D. 2006 Pour une écriture du son, Paris : Klincksieck.

Despret, V. 2019 Habiter en oiseau, Arles : Actes Sud.

Equoy Hutin, Sé. & Deleu, C. 2019 « Quand l’écriture renouvelle les programmes radiophoniques : analyser les pratiques, les formes et les contenus », RadioMorphoses, N°4 [En ligne].

Feld, S. 2003 « A Rainforest Acoustemology » in M. Bull & L. Back eds. The Auditory Culture Reader, Oxford/New York: Berg: 223-240.

Feld, S. & Brenneis, D. 2004 “Doing anthropology in sound”, American Ethnologist, Vol. 31, No. 4: 461 – 474.

Féraud, O. 2013 « Environnements vocaux napolitains » in J. Candeau & B. Le Gonidec dir. Paysages sensoriels. Essai d’anthropologie de la construction et de la perception de l’environnement sonore, Aubervilliers : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Gélard M.-L. 2013 Corps sensibles. Usages et langages des sens, Nancy : Presses universitaires de Lorraine.

Gibson, J. J. 1986 The Ecological Approach to Visual Perception, London: Taylor & Francis.

Granger, C. 2014 « Le coq et le klaxon, ou la France à la découverte du bruit (1945-1975) », 20&21. Revue d’histoire, N°123: 85 – 100.

Guillebaud, C. dir. 2017 Toward an Anthropology of Ambient Sound, New York & London: Routledge.

Howes, D. 1991 The varieties of sensory experiences: A Sourcebook in the Anthropology of the senses, Toronto: University of Toronto Press.

Ingold, T. 2001 « From the Transmission of Representations to the Education of Attention » in H. Whitehouse ed. The Debated Mind. Evolutionary Psychology vs Ethnography, Oxford & New York: Berg: 113-153.

Krause, B. 2013 Le grand orchestre animal, Paris : Flammarion.

Larrue, J.-M. & Mervant-Roux, M.-M. 2016 Le son du théâtre. XIXe-XXI siècle, Paris : CNRS Éditions.

Latour, B. 2007 Petites leçons de sociologie des sciences, Paris : La Découverte/Poche.

Leroi-Gourhan, A. 1965 Le geste et la parole II. La mémoire et les rythmes, Paris : Albin Michel.

Le Meur, M. 2021 Le mythe du recyclage, Paris : Premier Parallèle.

Le Tamis, 2018 « A pas de fourmis. Une sociohistoire du tamis », Carnets de Terrain, [En ligne].

Martel, C. dir. 1992 Les phonothèques entre recherche et culture, Bulletin de l’AFAS. Sonorités [En ligne].

Mauss, M. 1936 « Les techniques du corps », Journal de psychologie, XXXII (3-4).

Paranthoën, Y. 1990 Propos d’un tailleur de son [recueillis par Alain Veinstein], Arles : Phonurgia.

Pardoen, M. 2020 « Bretez II » et l’archéologie du paysage sonore : la restitution sensorielle. In Situ : Revue des patrimoines, N°42, [En ligne].

Pecqueux, A. 2012 « Les bruits de la ville », Communications, N° 90, [En ligne].

Pecqueux, A. 2009. « Les ajustements auditifs des auditeurs-baladeurs. Instabilités sensorielles entre écoute de la musique et de l’espace sonore urbain », ethnographiques.org, N°19, [En ligne].

Puig, N. 2017 « La ville amplifiée. Synthétiseurs, sonorisation et effets électro-acoustiques dans les rituels urbains au Caire », Techniques & Culture, N°67, [En ligne].

Olmos, R. 2021 « En quête de rushes », Bulletin de l’AFAS, Sonorités, N°47, 10-30.

Reznikoff I. 2008 « Sound resonance in prehistoric times: a study of Paleolithic painted caves and rocks ». Paper presented at Acoustics ’08 Paris, June 29–July 4.

Rice T. 2010 « Learning to listen. Auscultation and the transmission of auditory Knowledge », in Trevor Marchand eds. Making Knowledge. Exploration in the indissoluble relation between Mind, Body and Environment, Oxford: Wiley-Blackwell – Royal Anthropological Institute: 39-58.

Schafer, R. M. 2010 Le paysage sonore, Marseille : Wildproject.

Simmonot, N. & Siret, D. 2014 « Héritage industriel et mémoire sensible : observations sur la constitution d’un « patrimoine sensoriel » », L’Homme & la Société, N°192 : 127-142.

Stépanoff, C. 2020 « Des chiens et des hommes : modes de vie partagés et coopération cynégétique » in T. Bedossa & S. Jeannin, Comportement et bien-être du chien. Une approche interdisciplinaire, Dijon: Educagri Éditions.

Stoller, P. 1989 The taste of ethnographic things. The sense in anthropology, Philadelphia: University of Pensylvannia Press.

Whitaker, D. 2019 Habiter l’espace monastique, Mémoire de master 2 en anthropologie, Université de Toulouse Jean Jaurès.

À écouter (liste non exhaustive) :

« Voices of the rainforest » de Steven Feld (ethnomusicologue)

« Éprouver le silence » de Sarah Le Menestrel (anthropologue)

« Wilfried » d’Isabelle Coutant (sociologue) et Mehdi Ahoudig (documentariste)

« Autour du 5 novembre 2018 » de Mikaëla Le Meur, avec Sandrine Musso et Maud Saint-Lary (anthropologues)

« Carnason – Les coutures du carnaval » de Maïté Maskens et Julie Métais (anthropologues)

Notre-Dame Whispers. Une balade audio-immersive proposée par le GT Acoustique du chantier scientifique Notre-Dame de Paris, coordonné par Brian Katz et Mylène Pardoen

La sonothèque du projet Parchemins, coordonné par Alix Levain (anthropologue)

Les productions de La Fabrique des écritures du Centre Norbert Élias de l’EHESS Marseille.

Les expérimentations sonores de l’AHA – Atelier d’Hybridations Anthropologiques à Bruxelles


Conditions de soumission

Un résumé compris entre 2 000 et 3 000 caractères maximum, accompagné d’une dizaine d’illustrations.

Plusieurs formes d’articles sont envisageables :

  • Un article de 35 000 signes (espaces compris) accompagné d’un maximum de 10 images (fournies en haute résolution et libres de droits) où l’auteur, l’autrice s’efforcera d’écrire pour des lecteurs et lectrices extérieur.es à son propre champ, exercice impliquant une double exigence de scientificité et de lisibilité : la revue touche un lectorat interdisciplinaire de sciences humaines et est diffusée en librairie comme un ouvrage à destination d’un public élargi.
  • Un article portfolio (visuel et sonore) de 15 000 signes maximum (espaces compris) où les auteurs et autrices, mettant l’accent sur le terrain et les documents, analysent une quinzaine d’images (fournies en haute résolution libres de droits).
  • Un court article de format notule, constitué d’un texte de 5000 caractères maximum (espaces compris) illustré d’une image et/ou d’un son (QR code). Ces textes sont destinés à être publiés sur une double page du « livre revue ».

Les articles pourront renvoyer, via à un QR code, à des extraits sonores en ligne.

Les résumés devront mentionner explicitement le type de format visé parmi les trois listés. Chaque contribution portera directement sur la thématique du numéro et alimentera la compréhension de la vie sociale des sons.


Détails pratiques

Les auteurs et autrices prendront contact avec les coordinatrices et coordinateur du numéro par mail (baltazar.marie@ymail.com, laurent.legrain@univ-tlse2.fr, mlemeur@ulb.be) pour soumettre leur projet (titre et résumé, projet d’iconographie) accompagné de leur nom, coordonnées, affiliation institutionnelle, pour le 16 septembre 2024 au plus tard.

Consulter le site de Techniques&Culture pour connaître les normes de la revue.


Calendrier indicatif

  • 16 septembre 2024 : Date butoir pour la réception des propositions et présélection
  • 2e quinzaine de février 2025 : Rencontres-atelier Techniques&Culture au Mucem, Marseille
  • Fin mars 2025 : Remise des versions 1
  • Fin mai 2025 : Retours des évaluations
  • Fin juin 2025 : Remise des contributions finales (versions 2)
  • Novembre-décembre 2025 : Parution du numéro

Techniques&Culture

La revue Techniques&Culture s’intéresse aux dimensions pragmatiques, sociales et symboliques des techniques, des plus « traditionnelles » aux plus modernes. Les cultures matérielles et la matérialité permettent de révéler et de donner un sens concret aux rapports entre les hommes ou entre les hommes (en sociétés) et leurs milieux. La revue élabore et coproduit des numéros thématiques, synthèse des avancées les plus récentes de grandes questions anthropologiques qu’elle destine autant au monde savant (revue de rang A) qu’à un plus large public (disponible en librairie et sur internet).


Call for papers

« Sounding social life »

Editors: Marie Baltazar, Laurent Legrain, Mikaëla Le Meur


There is an idiomatic expression in English: a person can prick up his ears. Of course, this is metaphorical, inspired by observations of the animal world, since human ears cannot literally prick up. However, a person can turn his head to hear better and, if necessary, move to a more suitable listening spot. He can remain still and quiet, closes windows and doors, or even puts on headphones and direct a microphone toward a sound source.

« An ear pricks up ». For someone versed in body techniques, this phrase takes on a different meaning. Mauss indeed conceives the training and education of bodies as an extremely robust framework of social life, so robust, in fact, that it allows for both its perpetuation and transformation (1936). But what about the auditory? An introductory ethnographic example will highlight the constellation of dimensions present in this specific form of “education of attention” (Gibson 1986, Ingold 2001, Cohen 2010) and will show that pricking up one’s ear is a complex act, which is only one component of a broader practice, always situated, sometimes entirely dedicated to sounds – which is quite rare – but more often aimed at other purposes.

At Saint Thomas’ Hospital in London, students in their third year of medical schoolwork under Dr. Coltart’s supervision. They learn to listen to the « lub-dub » of their patients’ heart (Rice 2010). Overwhelmed by the flood of sounds coming through their stethoscopes, they use animated charts, explanatory tutorials, CD recording, simultaneous pulse palpation, and Dr. Coltart’s clear, vivid instructions to guide their auditory explorations. But what are they aiming at ? They are trying to pinpoint the « lub-dub » of a beating heart. At first, the amplified sounds coming from the stethoscope obscure the heartbeat more than reveal it. Once they detect the pulse, they must track it to identify any potential whistles and murmurs which, they know, are possible signs of malfunctioning heart valves. But let’s not place too much importance on their listening skills. These young students don’t aim to become expert explorers of the subcutaneous sonic landscape. They want to become skilled medical practitioners, to enter the profession, and make it their life’s work. This ambition requires mastering the skills and techniques of auscultation, and that’s why they learn to listen so carefully.

Listening carefully is an act embedded in social life and this this is precisely because of it that is interests us in the upcoming issue. Listening carefully makes sense for those involved. It’s also an act constrained by the fleeting and invisible nature of sound, which most of the times necessitates a range of strategies, tactics, and techniques that we aim to highlight in this issue of Techniques & Culture. Consequently, we will prioritize contributions that seek to explore the various ways people pay attention to sounds, contributions that scrutinize the sonic materials, and the life stories of objects that capture the flow of sounds, the emergences of sonic attention and their moments. We bet on the diversity of these modes of sonic engagement and the richness of what they reveal about our relationship with sounds but also what they tell us about our relationships with others, both present and absent, with lived and imagined spaces, and with time: past, present, and future. Three main themes will unfold from this overarching aim.

Focus 1 : Supersonic instants

« Sonic » is an adjective which refers to anything related to sounds. The introductory example of the auscultation courses shows that there are moments when certain elements in the sonic texture of our environment are drawn out and then followed. We call these moments “supersonic instants,” i.e., instants during which an individual’s or collective’s commitment to sound exploration is greater, even if only for a short time: hence the idea of “coup d’oreille” (Pecqueux 2012), a kind of sonic equivalent of “coup d’œil”. These moments shape individuals and collectives who become « all ears ». How can we describe the conditions under which these supersonic moments emerge? How can we account for them by skillfully balancing the importance and weight of listening habits, attentional commitments, protocols to be followed, timbres, amplitudes, frequencies, and sound intensities, as well as the equipment used to counteract the evanescent and invisible nature of sounds, to fix them, to prolong them, to reproduce them in other contexts and sometimes for other purposes, to organize them, to archive them… in short, to make a more or less controlled use of selected, expected sounds, somehow extracted from the maelstrom, with a specific objective in mind? Our intuition is that, all over the world, these supersonic moments abound in the ordinary course of social life as well as in more elaborate courses of action.

Here are just a few examples: hunters listen to the barking of their dogs as they stalk the game (Stépanoff 2020); monks walk quietly through the cloister and, with their discreet gait, embody a concern for silence (Whitaker 2019); a resident of a residential area complains about the noise of his neighbor’s gardening machinery. He can’t help hearing them. This turns into an obsession, especially on afternoons when his wife is trying to take a nap (Colon 2012). A carpenter working on the slope of a roof listens to the tapping of his colleague hidden from his view and imagines the state of progress of the work on the other side of the ridge (Adell 2019); far from here, in Mongolia, a young child is tasked with listening to the sound of the engine of his father’s car, absent for a fortnight, to warn occasional drivers of the vehicle of the need for an oil top-up (Legrain, field journal) ; archaeoacousticians wander around a Paleolithic site, trying to prove, with much shouting and manipulation of sound mapping software, that our ancestors produced their cave paintings in places chosen for their rich acoustics (Reznikoff 2008). After much listening, ornithologists are wondering: not all bird species seem to flock to territories rich in food resources and opportunities for hiding places and refuges. They sometimes seem to prefer to stay within earshot of their fellow birds (Despret 2019). The list could be extended to include other practices, such as those of architects and urban planners, other ordinary attentions such as those of the inhabitants of Cairo (Battesti 2013) or Naples (Féraud 2013), other more extraordinary engagements such as that of festival-goers in Shaanbei province who intentionally produce rich sonic and sensory environments in the hope of seeing the deities leave their residences and reach the Dragon’s temple (Chau 2008). Let’s stop here.

The first focus of this upcoming issue should, at this point, become clear. For several years now, an anthropology of sound has been underway (Augoyard & Torgue 1995, Feld 2003, Guillebaud 2017). For even longer, an anthropology of the senses has been taking shape (Gélard 2013, Howes 1991, Stoller 1989). We’d like to follow in their footsteps, but in a slightly offbeat way, by proposing an ethnography of supersonic moments that gives pride of place to beings (individuals and collectives) who are « all ears », on the one hand, and, on the other hand, to the sounds they sculpt, even if they don’t create them. You don’t need to be an ethnographer to embark on this project. You have to love describing and dissecting the complexity of these encounters between people and sounds. It is with this descriptive and analytical attention that we will study the proposals.

Focus 2 : Sounds, heritage and relationships with the past, the present and the future

In this issue, we’d like to give an account of the many ways in which humans undertake “time travel” by manipulating sound materials; or at least, how they use sound to establish links with the past, or to project themselves into the future.  Among the various forms of attention to sound, it seems impossible to miss the success of rebuilding of sounds and soundscapes from the past. The enthusiasm of afficionados – including researchers – is growing. How do we go about finding these vanished sounds? How do we bring them back to life? What path do we take to make a lost soundscape heard again? How does the quest for authenticity, or truth, fit in with sonic recompositions and more or less realistic fictions of the past? In other words, how do we use sound to work on our imagination and our relationship with the past?

Because sounds are, by their very nature, evanescent, the desire to preserve them, to remedy their disappearance, has found a way to flourish thanks to the tools of sound recording. At the end of the 19th century, Edison’s phonograph was invested with the function of immortalizing human voice. In the following centuries, musicians and ethnographers attempted to compensate for the loss of a world impacted by huge changes, industrialization and urbanization to name but a few. And so, they collected regional folk music and lyrics around the world. Since then, the range of sounds that individuals and communities feel the need to preserve has grown steadily, aided by technological evolution and the democratization of recording, archiving and broadcasting tools. Examples include the soundscapes collected by R. Murray Schafer in the 1960s and 1970s (2010); the sound recordings made over more than forty years by Bernie Krausse, whose soundscapes show not an aesthetic but an ecological bent, warning of the decline in biodiversity through the extinction of animal sounds (Krausse 2018). And of course, we can also mention the various museum endeavour that use sounds to bring collections to life and encourage immersion of museum-goers.

The crystallization of forms of attachment to sounds perceived as threatened or endangered seems to us to be particularly evident in enterprises – both commercial and non-commercial – aimed at building up and safeguarding a “sound heritage”. Some sounds are destined to pass on something from present societies to future generations. Around these sounds, groups are formed, both to identify and to protect them, in a patrimonial logic or a form of collective lament specific to these communities that have been described, in a different context, as “communities of loss” (Berliner 2018). The morning crowing of a rooster annoys a retired couple who, filing a complaint, trigger a polemic about the values and identity of the French countryside (Baltazar 2023, Granger 2014). The disappearance of the laughter of children bathing in the river – and with them the sounds of a range of aquatic practices and leisure activities – sounds the death knell, for local residents, of a Vietnamese river poisoned by industrial waste (Le Meur 2021). One factory after another is closing, bringing with it the disappearance of a sensory universe. Some persons are concerned. An association is created. Its member try to compensate for the loss through the organization of events based on sonic reminiscences. What social and symbolic values do individuals and groups invest in the sounds to which they are attached, or at least to which they pay attention? How are these sounds mobilized to come to the rescue of worlds feel as if disappearing? And how are these sounds connected to processes of memory and transmission? We’ve read time and again about the power of sound to awaken deeply buried memories. With this call for papers, we’d like to investigate the ways in which sounds can be used as mnemonic supports and memory clutches, going beyond the all-too-beautiful Proustian metaphor. What does it take for a sound to place its listener in the presence of the past? What work and energy is required for a sound to enable the experience of a given temporal sequence? Past, present and future?

Focus 3 : Sound writing and doing research in sound

Among the sonic communities this issue aims to address, we haven’t forgotten the researchers. Are they, too, driven by a sense of loss and urgency to collect the sounds of social life? In any case, social science research is written with sound, even if this sonic dimension of scientific work encompasses more or less conscious practices. This issue aims to make visible – or rather, audible – this sound dimension of research. Sounds are present from field experience and the co-production of surveys, to knowledge sharing with academic and non-academic audiences.

Together with the field notebook and the camera, the recorder is one of the tools ethnographers use to capture the words of participants. Largely focused on the spoken word, the comprehensive interview plays a key role in social science research and in the attention that researchers pay to sounds, first and foremost the voice. The painstaking and meticulous practice of transcribing the words spoken into a cell phone microphone, dictaphone or tape recorder by interviewees, fashions a sensitivity to the flow of speech and to silences, accents, hesitations and timbres of the voice, but also to the acoustics of the recording contexts, from the quiet of interiors to the noisy atmospheres of cafés. How do researchers view these sound materials extracted from reality, then translated and reduced (Latour 2007) to words and quotation marks for the purposes of academic writing? What can we say about this sensitivity to voices in a context of massive outsourcing of research interview transcription, often deemed too time-consuming? How do the “little hands of research” (Le Tamis 2018) hired to transcribe these audio tapes perceive this plunge into the intimacy of scientific work? The conditions under which these sound materials are processed and analyzed raise scientific, ethical, political (and ecological?) questions, as do the technical devices linked to their capture, storage, archiving and circulation. What, for example, do the sound archives of past surveys have to say when mobilized by others, outside their context of production? What questions are raised by the “quests for rushes” that certain institutions collect and attempt to make heard via sound archives (Martel 1992; Olmos 2021)?

Beyond the voice, the sound dimension of the world is of interest to the social sciences, including urban ambiences (Pecqueux 2012; Puig 2017), rainforest soundscapes (Feld, op. cit.), and many others. Is it because their sensitivity to listening and their technical attachment to headphones and microphones have been aroused by field experiments, field recording, transcription, and immersive re-listening to “long plays” (Feld & Brenneis 2004) that some researchers are training and developing writing styles similar to radio documentary or sound creation (see the “A écouter” section at the end of this call)? Or is it the democratization of podcast platforms and their entry into homes that has stimulated a sonic and digital future for academic productions? As they engage with the world of sound and its associated universes—radio, theater, cinema, etc.—scientists learn to work on sound textures, materials, and energies, using “techniques of hollowing out” and purification (Deshays 2006), much like a stonecutter carving out sounds (Paranthoën 1990). How does the manual, technical, and sensitive experience of working with sound re-interrogate the practice of scientific writing? If “the question of writing cannot be dissociated from that of vocabulary,” how do we address the “lexical poverty” in discussing sounds (as distinct from noises) in a world dominated by visual references (Larrue & Mervant-Roux 2016)? Writing, conceived as a “chaîne opératoire” involving gestures, techniques, and “effective action” on sound matter (Leroi-Gourhan 1965), creates a meeting point between academics and sound practitioners (Equoy Hutin & Deleu 2019). What experiences, questions, and practices link them? What disagreements or frictions arise during collaborations? Can we distinguish between scientific and non-scientific sound creation?

While these epistemological issues likely animate all academics when they turned sound practitioners, the absence of clear-cut answers does not hinder the development of sound writing and the use of recording, listening, and broadcasting devices. Compiling a comprehensive list of sound productions by academics is challenging, and one of the aims of this issue is to contribute to the referencing and resonance of these diverse but scattered initiatives. What do these sound productions convey that is more, less, or different from a scientific article or book? How do these works circulate? Who listens to them? How does sound writing re-examine the relationship with the people surveyed or with non-academic audiences? Additionally, it’s important to highlight surveys that utilize sound and radio devices in a co-production process of research and public discourse (see our « A écouter » section). Our call for papers aims to generate reflective proposals on these various approaches and other “steps aside” in the writing of social science research, encompassing a multitude of disciplinary fields and areas of investigation.

All proposals will be reviewed by a panel of three anthropologists who are open to unique approaches and formats. Proposals can explore multimedia writing formats previously featured by the journal. Submissions in various formats are welcome, including short texts (“notules”), long texts (traditional articles and portfolios), images, videos, and, of course, sound.


Submission Guidelines

A summary between 2,000 and 3,000 characters, accompanied by approximately ten illustrations.

Three types of contribution are possible:

  • An analytical article for the print version of the journal, with a maximum of 30,000 characters (including spaces) and up to 10 HD images (royalty free). The author should strive to write for readers outside their own field, balancing scientific rigor with readability (as the journal reaches an interdisciplinary readership in the humanities and is distributed in bookstores as a “book-journal” for a broader audience).
  • A visual and sonic portfolio article, focusing on fieldwork and documents, where the author will analyze 15 to 20 HD images (royalty free) based on specific corpuses. These images can be linked to sound excerpts via a QR code. The written text should not exceed 15,000 characters (including spaces).
  • A short « notule », consisting of a text up to 5,000 characters (including spaces) illustrated with one image (HD and royalty free) and/or a sound (QR code). These texts, intended to be published on a double page of the “book-journal,” will focus on the issue’s theme and contribute to the understanding of the social life of sounds.

Abstracts must explicitly mention the type of format targeted among the three listed. Each contribution will relate directly to the special issue and will contribute to the understanding of the social life of sounds.

The authors will contact the editors by email (baltazar.marie@ymail.com, laurent.legrain@univ-tlse2.fr, mlemeur@ulb.be) to submit their project (title and summary, project iconography) accompanied by their name, contact details, institutional affiliation.


Indicative Timeline

  • September 16, 2024: Deadline for proposal submissions and pre-selection
  • Second half of February 2025: Techniques&Culture workshop at Mucem, Marseille
  • End of March 2025: Submission of revised drafts (version 1)
  • End of May 2025: Feedback on evaluations
  • End of June 2025: Submission of final contributions (version 2)
  • November-December 2025: Issue release in bookstores

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
techniquesetculture (4 juillet 2024). Appel à contributions “Tout ouïe” Le carnet de Techniques & Culture. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11xnk


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search