Séminaire culture matérielle et visuelle

Le séminaire interdisciplinaire « Culture matérielle et visuelle » se tiendra les mercredis 16 mai, 30 mai et 6 juin à l’université de Lille (Maison de la recherche). Comme chaque année, nous donnons la parole à des universitaires, des artistes et des professionnels sur des thèmes communs. Le croisement des disciplines et des savoir-faire (histoire, arts, anthropologie, cinéma, sociologie, philosophie, enquête…) est privilégié.

Journée 1 mercredi 16 mai 2018 (10-17h)

ÉCHELLES DE VUE

La journée a pour thème les échelles de vue et notamment la miniaturisation, avec ses techniques, ses enjeux, ses usages (sociaux, scientifiques, politiques), et ses effets sur la perception de la réalité. De la nano-sculpture contemporaine aux réalisations en mie de pain, le « miniature » relève de la performance, parfois de la pathologie. Donner à voir des objets et des êtres trop petits pour être visibles à l’œil nu, ce n’est pas réduire les choses pour se les approprier ou par défi. Mais les deux opérations ont en commun le geste technique et une fascination qui, à travers des objets très divers, ne semble pas se démentir au cours du temps. Il sera question de « mondes infimes », d’arts du minuscule, de maquettes anciennes, de la Lune et d’autres objets qui étonnent.

Gil Bartholeyns (Université de Lille) et Manuel Charpy (CNRS, Université de Lille)

Introduction

Sophie Houdart (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris Nanterre)

La discrétion. Praxis de l’infime après la catastrophe de Fukushima

Elsa Desmet, Observatoire de l’Espace de Paris / Université de Champagne-Ardennes

Modèles réduits de la Lune pour une visite didactique

Elisabeth Lusset (CNRS, Université Paris 1, LAMOP)

Mettre sa vie en boîte : les « cellules de nonnes », 17e-20e siècle

Nathalie Dereymaker, Marc Gil et Raphaële Skupien (Université de Lille, IRHIS)

Micro-paysages et stratégies politiques : les enjeux d’échelles dans les sceaux, les plans-reliefs et les cartes locales.

Journée 2 mercredi 30 mai 2018 (10-17h)

ACCUMULER

La journée a pour thème l’accumulation des images et toutes les démarches cumulatives, avec leur histoire, leurs difficultés, leurs principes, leur puissance heuristique, sociologique, ethnographique. La force affective ou mémorative du nombre, de la quantité ne cesse d’étonner. L’« excès de rareté » est une expérience relativement récente. Depuis un ou deux siècles, artistes, historiens de l’art et collectionneurs tentent de faire face au déferlement des images multiples et industrielles. À côté des collections de reproductions à la manière de l’Atlas mnémosynequi conduisent à repenser filiations et comparaisons, des collectionneurs moissonnent les images ordinaires, des centaines de milliers d’ephemera récupérées ici et là, tandis que d’autres mènent de gigantesques entreprises pour documenter le monde. Nait aussi une famille d’artistes qui, de Manet aux artistes les plus contemporains comme Martin Parr, s’empare d’images ordinaires et anonymes. Souvent loin des musées, ces collectes ouvrent de nouveaux champs pour penser la culture visuelle, en dehors des hiérarchies culturelles.

Gil Bartholeyns (Université de Lille) et Manuel Charpy (CNRS, Université de Lille)

Introduction

Philippe Artières (CNRS EHESS)

Collecter, contextualiser et exposer les images des mouvements sociaux

Emmanuelle Fructus (artiste – Un livre, une image)

Usages de la photographie de famille

Adrien Genoudet (ATER Collège de France)

L’effervescence des images : les Archives de la Planète

Emmanuelle de Larminat (Kharbine-Tapabor)

Accumuler, penser, classer… dans un ordre fulminant

Journée 3 mercredi 6 juin 2018 (10-17h)

COMMENT LES IMAGES BRAVENT LE TEMPS

Des tableaux à restaurer à nos photographies de familles anciennes et numérisées, la manière dont les images traversent le temps est constamment rejouée. La question est technique d’abord : en produisant des images, leur durée de vie et par là leur postérité sont en jeu, que l’on promette des images « inaltérables » ou que l’on cherche à revers à créer des images éphémères, impossibles à conserver. Mais c’est aussi une affaire de formes et d’usages. Nombre d’images, migrant de support en support et changeant de significations, durent contre toute attente. Paradoxalement, les images de peu, anonymes, aux antipodes des grandes œuvres que l’on dit protégées des outrages du temps, traversent souvent les crises. D’autres encore n’auraient jamais vu le jour sans la pratique du témoignage, et toute une série de curiosia, parce que les valeurs changent autour d’elles, finissent par tenir le devant de la scène. Au final, il s’agit de réfléchir aux manières dont les images et les objets jouent et déjouent le temps qui passe.

Gil Bartholeyns (Université de Lille) et Manuel Charpy (CNRS, Université de Lille)

Introduction

Christian Joschke (Université Paris Nanterre)

Regards sur la photographie ouvrière (1926-1936)

Sarah Gensburger (CNRS, Université Paris Nanterre)

Que faire des images ? Deux expériences parisiennes. 1940-1944 / 2015-2016

Arnaud Bertinet (Université Paris 1)

Survivre à la guerre : protection et évacuation des collections publiques françaises 1870-1980

Renaud Bardez (Université libre de Bruxelles)

Restes humains et patrimoine universitaire : le cas d’Atifu

Anne Lacoste (directrice de Institut pour la Photographie)

Qu’est l’Institut pour la photographie des Hauts-de-France, 2018 ?

Sylvain Lesage (Université de Lille, IRHiS)

La modernité des images archaïques


Contacts
gilbartho@gmail.com
manuel.charpy@wanadoo.fr

Document

Affiche_grand_format_SEMINAIRE_CULTURES_VISUELLES_LILLE_2018

Années précédentes
https://lc.cx/ghSM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *