Les téléphonistes de la Chambre, J. Chibois

« Les téléphonistes de la Chambre : Infrastructure de communication et division du travail au Palais Bourbon sous la Troisième République », Revue française de science politique 67 (4) : 653-673. 

Jonathan Chibois (EHESS, IIAC)

La représentation politique est une activité sociotechnique, comme d’autres. Elle a ses outils et ses gestes propres, sujets à des représentations de la part de ceux qui les mettent en œuvre, indissociables donc de contextes culturellement et historiquement situés. L’activité d’un député aujourd’hui n’a en cela pas grand-chose à voir avec celle de son homologue, un siècle auparavant. Non seulement celui-ci dispose aujourd’hui de moyens financiers et humains bien supérieurs, mais en plus les outils à sa disposition, en particulier pour communiquer, sont sans commune mesure. De fait, le monde parlementaire peut lui aussi être abordé sous l’angle de sa culture matérielle, en interrogeant les modalités selon lesquelles celle-ci façonne la pratique de la représentation politique. En procédant de la sorte, on renouvelle la compréhension des modalités concrètes d’organisation du pouvoir d’État et de sa genèse (Abélès 1995), en profitant d’une porte d’entrée qui n’a été que peu exploitée encore. Dans un tel projet, l’anthropologie des techniques rejoint l’anthropologie politique.

Cette perspective est explorée dans un article de la Revue française de science politique (Chibois 2017). Celui-ci s’arrête sur un épisode méconnu de l’histoire des institutions d’État en France : l’arrivée du téléphone dans l’enceinte du Palais Bourbon, à la Chambre des députés, à partir de la fin 1881. Le propos vise d’abord à apporter des éléments de compréhension du fonctionnement ordinaire d’une institution connue pour avoir été la scène principale de la vie politique nationale, durant la IIIe République, dont on ne connaît pourtant aujourd’hui essentiellement que l’histoire des idées et des grands hommes (Guiral & Thuillier 1980 : 8-9). Mais le récit ne se limite pas à une seule description factuelle, puisque celui-ci conduit à rapprocher et à mêler deux processus historiques distincts et concomitants. Il semblerait en effet, et c’est l’hypothèse défendue, que la diffusion de cette nouvelle technologie de communication à l’échelle du territoire français n’ait pas été sans lien avec la transformation du métier de député propre au début du xxe siècle, sous le coup de la rationalisation et de la professionnalisation de l’activité législative.

L’analyse s’appuie sur plusieurs cartons d’archives de l’Assemblée nationale, à peine explorés à ce jour. Dans son ensemble, cette vaste documentation permet d’entrevoir le quotidien du Service du téléphone de la Chambre des députés, sur une durée de près de cinquante ans, entre le début des années 1880 et le début des années 1930. Dans un premier temps, l’article décrit avec précision l’architecture téléphonique, telle qu’elle a été déployée dans le Palais, aussi bien que son organisation fonctionnelle, qui a été confiée à une entité dédiée de l’administration parlementaire : le Service du Téléphone. Dans un second temps, ce sont les usages du téléphone qui sont rapportés, et caractérisés par une tension intrinsèque, elle-même engendrée par une organisation matérielle et humaine incapable de faire face au succès que rencontre ce moyen de communication chez les députés. Il naît alors une appropriation originale du téléphone qualifiée d’usage par délégation, consistant pour les élus à confier progressivement aux téléphonistes le soin de passer et de recevoir leurs appels. L’article détaille dans un troisième temps en quoi ce transfert d’activité est à l’origine d’une nouvelle division du travail au sein du monde parlementaire, et initie finalement une formalisation progressive du Service du Téléphone en un secrétariat téléphonique pour les députés.

Dans sa conclusion, l’article pose la question du silence historiographique qui entoure ce moyen de communication à la Chambre, tant les traces de ses usages sont rares à être parvenues jusqu’à nous. Pour expliquer ce phénomène, les travaux de Susan L. Star et Anselm Strauss (1999) sont mobilisés pour souligner l’entreprise d’effacement dont cette infrastructure de communication a fait l’objet tout au long de son existence. Pour le dire autrement, les usagers du téléphone au Palais sous la IIIe République n’ont disposé eux-mêmes que d’une vue très partielle de la matérialité et de l’organisation effective qui sous-tendait le fonctionnement du téléphone. Il émerge en conséquence que pour être pleinement intégré dans les routines de cette institution d’État, l’usage du téléphone se devait de s’appuyer sur une infrastructure invisible. Une infrastructure dans laquelle s’encastrent des enjeux historiquement situés de division du travail, d’innovation technique et d’organisation sociale, et qui apparaît, en dernier ressort, comme la notion clé de cette approche sociotechnique du politique.


Références citées

Abélès, M. 1995 « Pour une anthropologie des institutions », L’Homme 35 (135) : 65-85.

Chibois, J. 2017 « Les téléphonistes de la Chambre : Infrastructure de communication et division du travail au Palais Bourbon sous la Troisième République », Revue française de science politique 67 (4) : 653-673. doi:10.3917/rfsp.674.0653.

Guiral, P. & G. Thuillier 1980 La vie quotidienne des députés en France, de 1871 à 1914. Paris : Hachette.

Star Susan, L. & A. Strauss 1999 « Layers of silence, arenas of voice : The ecology of visible and invisible work », Computer Supported Cooperative Work (CSCW) 8 (1-2) : 9-30.


L’auteur

Jonathan Chibois est Doctorant à l’EHESS. Institut interdisciplinaire d’Anthropologie du contemporain (IIAC), UMR 8177, Paris.

Pour citer cet article: "Les téléphonistes de la Chambre, J. Chibois", publié sur Le carnet de Techniques & Culture, 15/04/2018, lien: https://tc.hypotheses.org/928.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.